Au jour le jour #13

Alors que l’arrivée du printemps m’avait bien revigorée, j’ai accumulé cette semaine une fatigue terrible et accablante, qui à mon avis n’est pas sans rapport avec ce foutu changement d’heure.

Jusqu’à présent, je me réveillais toujours quelques minutes avant le réveil, une chose que j’ai toujours trouvée particulièrement agréable : pouvoir bénéficier d’un réveil naturel et de ne pas entendre cette fichue sonnerie stressante, ça n’a pas de prix.
Mais depuis lundi, chaque matin n’est que torture car le réveil m’extrait d’un sommeil profond.
Je reste ainsi dans le coma, tel un zombie, toute la matinée, voire même toute la journée pendant laquelle je ne rêve que d’une chose : me recoucher.

Ce n’est qu’une petite heure de décalage me direz-vous, et la solution est simple : il suffit de se coucher plus tôt.
Certes.
Mais même en me couchant à 22h maximum (ce qui fait tout de même 8h30 de sommeil), je suis dans cet état.
Bonjour les cernes que je me trimballe sous les yeux.
Des valises.
Même pas un truc classe genre Louis Vuitton.
On est plutôt dans le genre sac cabas de chez Lidl.

Heureusement, comme un cadeau venu du ciel, j’ai appris cette semaine que lundi serait férié (lundi de Pâques toussa toussa…) et je dois dire que la perspective de passer 3 jours à ne rien faire ou presque est particulièrement alléchante !
(Encore plus alléchante que de manger du chocolat d’une manière outrancière, c’est dire) 

Sinon, revenons tout de suite sur les jolis moments de cette semaine qui vient de s’écouler…

 

 

 

Quelques achats printaniers.
Cette semaine, j’ai eu envie de renouveau dans ma garde-robe.
Tout l’hiver, je dois dire que je n’ai pas vraiment fait d’efforts vestimentaires. Je me fringue à 90% de la même façon depuis des mois : « jean et pull noir » ou « jean noir et pull rose » et parfois, attention coup de folie : une robe.
J’ai eu comme des envies de prendre plus soin de moi et d’être plus féminine.

 

 


Du coup, j’ai fait un petit tour sur Naf Naf Outlet et j’ai craqué pour 4 robes printanières à des prix défiants toute concurrence : 15€ la robe au lieu de 60€ environ – tout ça parce que c’est la collection de l’année dernière. Entre nous, on s’en fout que ce soit la collection de l’année dernière non ?
Malheureusement, celle que j’aimais le plus (la jaune à fleurs un peu kitsch) et que je trouvais la plus originale va repartir car elle s’est avérée particulièrement mal coupée et trop bouffante et j’ai clairement l’air enceinte de 8 mois. (#lesproblemes)(même Chéri n’a pas démenti, ce qui veut tout dire vu l’attention quasi nulle qu’il porte à tout ce qui est d’ordre vestimentaire)
Dommage. Mais en même temps, y’a pire dans la vie, hein.
Et puis les autres sont chouettes alors ça compense.

 

 

 

Toujours en quête de petits changements et de féminité, j’ai acheté un nouveau vernis à ongles. J’ai été accro aux vernis OPI pendant longtemps mais je dois dire que ceux de Essie les ont dépassés. Le pinceau est top, les couleurs aussi, et ils durent vraiment longtemps par rapport à un vernis classique (environ 5 jours quasi niquels). Seul bémol, le prix : 14€.
Gloups.
Cela dit quand on compare avec les prix d’une manucure, c’est vite amorti.

 

 

 

Rayon gourmandise, j’ai refait cette semaine une petite merveille que je n’avais pas pris le temps de faire depuis des lustres : la tourte aux blettes et au Comté. J’avais mis autrefois la recette sur le blog cuisine et c’est TELLEMENT bon que je pense déjà à la refaire cette semaine …

 

 

Egalement un risotto aux asperges et au parmesan … Un régal et super facile à faire. 

 

 

 

 

Côté sucré, une chouette recette découverte et aussitôt mise en application : celle du tiramisu sans œufs (recette ici)
Je ne sais pas pourquoi mais j’ai un petit blocage psychologique quant aux œufs crus (j’ai du lire il y a longtemps un article sur la listériose ou je ne sais quoi) et donc cette recette était particulièrement bienvenue…. Et parfaite qui plus est !
Je l’ai divisée par deux et j’ai rajouté une touche d’amaretto dans le café : un délice visuel et gustatif !

 

 

 

 

 

Il y a eu également un déjeuner en tête à tête avec ma mère, prévu chez elle à l’origine et puis qui finalement, vu le beau temps ce jour là, s’est passé au bord de la mer.
Papoter au soleil autour d’une bruschetta aux légumes
(et à l’huile, obviously), voilà un programme bien plus sympathique que le traditionnel combo courses/ménage/lessive du samedi.
(Ne nous leurrons pas, toutes ces réjouissances m’attendaient bien sagement à mon retour de cette brève escapade car malheureusement, tout cela ne se fait pas tout seul)

 

 

 

Et du même coup, on a profité un peu du beau temps et du bord de mer pas encore trop surchargé mais avec tout de même quelques individus dans l’eau (vraisemblablement sous l’emprise de la cocaïne).

J’en profite pour faire un petit apparté puisque cette photo … (sur laquelle contrairement aux apparences, je ne suis pas en train de me gratter le cul)(c’est juste que dès qu’un objectif est pointé en ma direction, je ne sais plus quoi faire de mes mains, qui deviennent tout à coup une chose terriblement embarrassante. J’ai cru bien faire que de les glisser dans ma poche <– Bad Idea)
Bref.
Où j’en étais ? Ah oui … Je disais donc que cette photo est illustration parfaite de ce que j’écrivais au tout début : je me fringue toujours pareil. Ce jour là, c’était un jour jean et pull noir.
Originalité, quand tu nous tiens.

 

 

 

 

 

Malgré la fatigue, je continue évidemment le sport avec une séance à la salle dimanche et samedi, et en plus une course à pied de 30 minutes le mercredi.

 

 

 

Niveau lecture, pas mal de choses encore cette semaine …
Un chouette moment avec le nouveau livre de Liane Moriarty : « Un peu, beaucoup, à la folie »
Liane Moriarty est mondialement connue pour son best-seller « Le Secret du Mari » (que je n’ai pas lu mais ça ne saurait tarder) et présente là son nouveau livre.
Je ne sais pas pourquoi mais je m’attendais à un roman policier et en fait, on est plus dans la catégorie du thriller psychologique.

C’est l’histoire de trois couples épanouis. De charmants enfants. Une amitié solide. Et un barbecue entre voisins par un beau dimanche ensoleillée. Tous les ingrédients sont réunis pour passer un bon moment. Mais pourquoi, des semaines après, les invités ne cessent de se répéter : « Si seulement nous n’y étions pas allés ? »
Pas de meurtre, pas d’enquête policière mais des relations complexes entre les personnages, des mystères et une tension à couper le souffle.
La première moitié du livre est un peu longue et frustrante car on espère savoir au plus vite ce qu’il s’est passé pendant ce fucking barbecue mais l’auteur tourne avec brio autour du pot ne lâche le morceau que vers le milieu, puis la lecture prend un autre tournant.
J’ai beaucoup aimé.

 

 

Lu également « L’archipel du chien », le nouveau livre de Philippe Claudel.
L’auteur nous plonge dans un sujet malheureusement d’actualité : l’immigration clandestine.
3 corps échouent sur une plage d’un archipel isolé et coupé du reste du monde. Que faire ? Que dire ? Comment se comporter ?
Dès la première page, on sent la qualité. C’est sublimement écrit et l’auteur met en avant tous les travers de l’humain, son coté sombre, sa cruauté et son horreur, juste pour protéger ses propres intérêts.
Difficile mais un gros coup de cœur.

 

 

Encore une chouette lecture cette semaine (en ce moment, j’ai de la chance et je me régale bien que de l’un à l’autre, les styles soient diamétralement opposés) :
Je suis le genre de fille de Nathalie Kuperman.
Le personnage principal, c’est une fille dans mon genre, dans ton genre, du genre de celle à laquelle on peut toute s’identifier. Une fille qui n’arrive pas à dire non, qui s’excuse d’exister, une fille trop gentille et qui se laisse bouffer par les autres, par son ex-mari, par ses collègues ou ses amis… C’est ce genre de fille un peu gaffeuse et très drôle qui dépasse quand elle met son vernis, qui achète des robes qu’elle ne mettra jamais ou qui renverse les bouteilles d’huile dans sa cuisine … Le genre qui ment pour pouvoir passer une soirée tranquille devant un téléfilm, qui a des réparties géniales mais toujours trop tardives ou qui cogite à mort pendant des heures sur des petits détails insignifiants … je vous assure, ce genre de fille est particulièrement attachante !

 

 

 

Enfin, une BD … Emma G. Wilford de Zidrou & Edith.
Dans l’Angleterre des années 20, une jeune femme attend son fiancé, explorateur, parti en expédition en Laponie. Patiente mais quand même, et incapable de se résoudre à sa très certaine mort, elle part à sa recherche … Très sympa et une BD proche du livre d’Art avec des petites surprises glissées tout au long de la lecture.

 

 

 

 

Depuis combien de temps ne vous etes vous pas autorisé à ne rien faire ?
Par rien, j’entends RIEN. Vraiment rien.
Pas de télé, pas de coups de fil, pas de cuisine sur le feu, pas de lecture, pas de smartphone ou de tablette, pas de réseaux sociaux, pas de musique… Rien.
Pour ma part, ça fait des lustres, je cours toujours à droite et à gauche et quand je me pose, c’est soit pour lire soit pour pianoter.
Aussi, j’ai pris un moment, allongée sur mon canapé, à regarder le vent dans les arbres. 
Repsirer, écouter, regarder.
Il ne suffit pas de très longtemps pour sentir que déjà, les tensions s’apaisent et on se sent mieux.

 

 

 

 

Pour finir, cette jolie photo d’une abeille en train de butiner … et si on regarde attentivement l’abeille, on voir qu’elle est chargée de pollen ! Dingue la nature …

 

 

Voilà pour cette semaine … 
Bon dimanche de Pâques et prenez soin de vous ! 

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Publicités