Au jour le jour #11

Un peu par manque de temps mais surtout, il faut bien l’avouer, par paresse, je vous propose aujourd’hui une rétrospective un peu différente des précédentes…
Une rétrospective qui ne rentrera pas dans le détail du quotidien (j’ai l’impression que ça vous lasse ??) mais qui présente les jolis moments de cette semaine gourmande et sportive, pleine de chouettes lectures et de ciel bleu …

En ce moment, le moral est au beau fixe (enfin, nuançons tout de suite ces propos un peu exagérés : aussi au beau fixe que peut l’être le moral d’une personne qui a la fâcheuse tendance de voir tout en noir). Mais disons que les soucis qui nous plombaient le moral s’apaisent un peu, de chouettes perspectives s’annoncent pour la fin de l’année et pour l’année prochaine, et je sens comme un regain d’énergie dans mes projets perso …
Une bonne semaine donc et plein de jolis moments que je vais vous énumérer maintenant … 

 

 

 

 

 

Le jardin qui s’éveille lentement après cette longue période hivernale, les jolies petites fleurs qui arrivent, les températures plus agréables … et ce soleil ! Bon sang que ça fait du bien ! 

 

 

 

 

Un super moment de lecture avec « La Disparition de Stéphanie Mailer », le nouveau Joel Dicker.
L’auteur nous embarque encore dans une histoire passionnante, dont lui seul a le secret … Si je ne suis pas fana de polar en général, je dois dire quand même que ceux de Joel Dicker m’ont toujours captivée (comment peut on avoir autant d’imagination et sortir tout ça de sa tête ??). Un gros pavé qui se lit comme un rien et que l’on referme en se disant « Vivement le prochain ! »

 

 

 

Un autre bon moment, bien que dans un style diamétralement opposé avec « La Femme qui ne vieillissait pas », le nouveau Grégoire Delacourt, une ode au temps qui passe, à la vieillesse et à l’amour. J’ai eu du mal à accrocher au début mais quand on rentre dans le vif du sujet, le récit prend un tour à la fois tragique et poétique qui m’a beaucoup plu.

 

 

 

Encore un livre, encore un nouveau style bien différent des 2 précédents : « Qui veut la peau d’Anna C ? » de Sophie Henrinnonet.
Roman chick-lit / feel good par excellence, on se prend rapidement d’affection pour l’héroïne complétement barrée et loufouque prise bien malgré elle dans une histoire de gros bras musclés qui lui en veulent. L’histoire est abracadabrante, l’enquête et le dénouement pas vraiment crédible mais c’est drôle et frais.

 

 

 

Un dernier livre (oui, j’étais dans une vraie boulimie de lecture cette semaine), mais non des moindres car c’est la grosse claque de la semaine … 
Entre le titre, la couverture et le début du roman, on pourrait croire à un énième roman feel-good/girly/développement personnel/slow life/un peu culcul la praline, un de ceux qui se ressemblent tous et qu’on a l’impression d’avoir lu 10 fois …
Pourtant très vite, on se rend compte qu’on a tout faux et que ce roman (?) de Diane Ducret est TELLEMENT plus que ça … c’est aussi drôle que tragique sans jamais être lourd, c’est terriblement attachant et émouvant … l’écriture est parfaite, alternant toujours l’humour et le drame, et je referme là (non sans quelques larmes), mon plus gros coup de cœur depuis le début de l’année (avec Delphine de Vigan, évidemment).

 

 

 

Entre deux romans, je feuillette aussi des magazines en veux-tu en voilà ….

 

 

 

Quelques jolis plats, les premières asperges locales qui m’ont coutées un bras, du houmous, une salade de mâche aux pignons de pin et du pain aux olives …

 

 

 

Ainsi que du Mont d’Or, accompagné d’un pain italien et de légumes bouillis ou rôtis à tremper dedans : chou de Bruxelles, brocolis, carottes, épinards, panais … le tout arrivant de l’Epicerie Paysanne de quartier.

 

 

 

Une quiche aux endives braisées, bleu, noix et cheddar avec une pâte feuilletée à la farine complète…

Et dans le genre «Petits plaisirs mais sans photo », je ne peux pas ne pas vous parler de ces gnocchis fourrés au gorgonzola que j’ai agrémenté d’une sauce crémeuse au bleu.
Je ne sais pas quel est le génie qui a inventé les gnocchis fourrés au gorgonzola mais il mériterait clairement un prix Nobel (sans parler du fromage qui dégouline dans la bouche quand on croque dans le gnocchi, une expérience jouissive quasi-pornographique)

 

 

 

Deux séances de sport à la salle + une séance de course à pied … J’en ai marre de voir mes cuisses grossir et mon tour de taille s’épaissir à vue d’œil. Le printemps aidant, j’ai comme des envies de reprise en main et même si remettre le pied à l’étrier niveau sport n’a pas été facile, bouger son popotin a quand même des effets plus que positifs.

 

 

 

 

Un remède super efficace contre le mal de gorge et un rhume qui menace de s’installer : du miel d’or et une infusion de gingembre.
Pour le miel d’or, c’est 2 cuillères à soupe de miel et 1 cuillère à soupe de curcuma (bio)
On mélange et c’est prêt ! A prendre 3 fois par jour pendant les douleurs ou 1 fois par jour en prévention.
Pour l’infusion de gingembre, c’est 1L d’eau, un gros morceau de gingembre frais épluché et coupé en lamelles : on fait bouillir le tout 10 minutes, on laisse refroidir, on met au frigo et on boit ça le lendemain.
Avec ces 2 remèdes, mon rhume et mon mal de gorge avait disparu en 48h.

 

 

 

 

 

 

 

Une photo toute douce presque thérapeutique….

 

 

 

 

Ma phobie administrative mise a rude épreuve avec dans la même semaine un changement de mutuelle et un problème avec les impôts qui m’a valu quelques angoisses et suées, mais qui finalement, grâce à la spirale positive dans laquelle il me semble être en ce moment, se sont avérées super faciles à gérer.

 

 

 

 

 

Et enfin, un joli (et bon!) gâteau à mi-chemin entre le cake et le quatre quart aux pralines roses et à la poudre d’amande.

 

 

Voilà pour cette semaine !
Bon dimanche et prenez soin de vous !

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Publicités