Au jour le jour #5

Si la semaine dernière j’étais déprimée puissance 1000, cette fois-ci je dirais que je ne le suis qu’à la puissance 100.
Ce qui représente tout de même une nette amélioration mais qui reste quand même plutôt conséquent.
Ce temps hivernal continue de me tuer à petit feu et j’en suis rendue à compter les jours qui nous séparent du printemps.
Ça ne se ressent pas nécessairement dans les photos qui vont suivre car je suis maligne et je ne prends mes photos que lorsqu’il fait beau mais quand ce n’est pas la pluie qui nous casse les pieds, c’est le vent et le froid.
Bref.
Ca me saoule.

Sur ces considérations météorologiques (j’ai plus de 35 ans, alors forcément, la météo est un sujet qui me tient à cœur), passons tout de suite au résumé de cette semaine assez chargée !

 

 

Dimanche
Journée toute douce et pas de sport ce matin puisque j’y suis allé la veille.
Aussi, après avoir trainé un peu au lit, Chéri et moi prenons la direction de Sausset les Pins pour aller chez Boudouard.

 

 

 

On en revient les bras chargés de cupcakes et autres pains aux olives délicieux.
Cette boulangerie est décidément l’Antre de la Tentation. Heureusement qu’elle n’est pas à côté de chez nous sinon j’y serai fourrée plusieurs fois par semaine.

 

 

Une sieste plus tard, j’aide Chéri sur quelques trucs car il travaille comme un dingue en ce moment pour préparer sa très prochaine exposition.
J’aime être la première à voir le résultat de son travail et de ses recherches, celle à qui il demande le premier avis et sur qui il voit comment le résultat est accueilli.
Il me reproche parfois de ne pas aimer et de le dire ouvertement (les artistes ont l’égo sensible) mais je lui dis toujours les choses en toute sincérité, quand ça va et quand ça ne va pas et finalement, je crois qu’il apprécie ma franchise.
Ici par exemple, vous avez en photo le détail de la matière de ses nouvelles sculptures, il y a travaillé pendant des semaines pour obtenir un tel résultat et dans ce cas précis, je suis fan de l’effet rendu. 

 

 

Après ça, je reprend le chemin de ma cuisine pour confectionner ces petits biscuits en forme d’étoile à la farine de châtaigne et noix (yummy).
Le soir, on reprend la bonne vieille formule du repas de fromages, surtout que j’avais commandé des bons fromages de chèvres chez l’Artisan Fromager en fin de semaine dernière.
C’est l’idéal pour conclure la semaine en beauté.

 

 

 

Lundi.
De retour au boulot pour une courte journée, car après une matinée chargée et qui passe vite, je m’en vais à 14h pour un rendez vous à l’extérieur.
Cette escapade a des petits airs d’école buissonnière qui n’est pas pour me déplaire !
Après mon rendez-vous, je ne suis pas loin de la salle de sport alors j’en profite pour faire une grosse séance de 2h. Je rentre un peu tard à la maison, juste le temps de balancer tous un tas de légumes en vrac dans mon Easy Soup et de larver sur le canapé.

 

 

 

Mardi.
En ce moment, j’ai souvent envie d’aller au resto.
Je ne sais pas si c’est le fait de mettre les pieds sous la table, d’être en tête à tête avec mon amoureux, ou de gouter de nouvelles choses qui m’attire. Surement un mélange des trois.
Pourtant, la semaine, je suis tellement lessivée le soir qu’une fois rentrée à la maison, l’idée de ressortir ne m’enchante guère et je finis toujours par laisser tomber.
Ce mardi, je profite d’être en ville pour chercher sur mon portable s’il n’y aurait pas une petite épicerie Italienne dans le coin …
Et je tombe sur Fuxia.
Bon sang mais c’est bien sur !
Fuxia, l’épicerie/resto italien dont j’entends parler depuis un moment sur les Réseaux Sociaux.

 

 

 

Je choisis de prendre des calamars frits pour le Chéri, de la mozzarella panée (Oh.My.God) pour moi, une bouteille de Barolo, des Amaretti pour le dessert … Il n’y aura plus qu’à rajouter un petit plat de pâtes (achetées à Florence l’année dernière) pour accompagner le tout et nous voilà en Toscane !
Trop chouette la soirée comme au restaurant !

 

 

 

 

Mercredi.
Je suis seule au bureau toute la journée.
Le temps passe plutôt vite car j’ai pas mal de trucs à faire, le tout entrecoupé de 278 livraisons qui arrivent … Difficile de se concentrer sur un dossier !
Après le boulot, je vais chez Green Love.
Je sais.
Ce n’est absolument pas raisonnable.
Mais que voulez-vous, ils ont sorti un Love Bowl Péruvien.
Avec des empanadas à la crème de maïs, un duo riz et quinoa aux raisins, houmous aux poivrons, ceviche de mangue et papa a la huancaina.
Non mais franchement. Ça ne se fait pas de faire ça aux gens.
Je suis obligée d’y aller moi maintenant.
Pas de photo du plat, j’ai oublié de le photographier en arrivant mais de doux souvenirs dans mes papilles.

 

 

 

Mercredi soir.
Niveau lecture, pas mal de choses cette semaine.
J’ai lu « Un personnage de roman » de Philippe Besson, qui parle de la campagne présidentielle de notre actuel Président de la République jusqu’à l’issue que l’on connait.
Bon… je n’ai pas été franchement emballée mais j’ai poursuivi la lecture jusqu’au bout, l’idée de laisser tomber un livre ayant toujours en moi comme un gout d’échec.
Rien que l’on ne sache déjà, un auteur clairement partisan du personnage central et acquis à sa cause … Bof bof, j’ai été un peu déçue.

 

 

 

J’ai également lu une bande dessinée : Insolente Veggie.
Là encore, j’ai été déçue même si le sujet me tient à cœur. Il y a des passages très drôles et des réflexions intéressantes mais dans l’ensemble j’ai trouvé que c’était très « nous les vegans on a raison et les bouffeurs de viande sont des cons qui ne comprennent rien ». (J’exagère un peu mais dans l’ensemble c’est ça)

 

 

 

Jeudi.
Au bureau, c’est LA journée que nous redoutons depuis des semaines et des semaines.
Pour résumer, je vous avais dit que l’on était en train de changer de logiciel et de site Internet, et aujourd’hui, on le lâche en pâture aux gens.
Sauf que… il n’est absolument pas prêt et qu’il y a plein de bugs.
2500 appels dans la journée pour nous dire « Aaaaaah mais ça ne marche pas »
Ben ouais.
Je sais.
Mais je peux rien faire.
Je suis donc dans l’obligation de me soutenir moralement en avalant du gâteau aux pépites de chocolat (je suis faible face au stress)
En parlant de gâteau, la cerise de cette journée où il fallait être connectée non-stop : Quand j’arrive au bureau à 8h, Internet ne fonctionne pas sur mon ordinateur et ne remarchera pas de la journée.
Facile de répondre aux gens quand toi-même ne voit pas ce qu’il se passe.
Joie.

 

 

 

Le soir, je suis exténuée de cette journée.
Mais vraiment.
Vidée.
Chéri croit que je fais la gueule alors que j’ai juste envie de ne pas parler après avoir passé des heures à répondre au téléphone.
En fait, si je pouvais, je ferais comme la Chatte :  me planquer dans l’armoire, peinarde, et que personne ne me trouve pendant des heures. 

 

 

 

Aussi, on va au lit de bonne heure, pour lire et se faire des câlins de pieds.
L’occasion de finir le livre de Jean Paul Dubois : « Si ce livre pouvait me rapprocher de toi ».
Un écrivain, pour fuir sa vie qu’il estime ratée, part en voyage sur les traces de son père décédé. Cette fuite devient vite une quête d’identité, qui révèle au personnage des choses troublantes sur son passé, sur lui-même, sur son père.
Après un début assez prometteur, je dois dire que je me suis passablement ennuyée sur la dernière partie.
Décidément, c’est pas la semaine des lecteurs transcendantes.

 

 

 

 

Vendredi.
En plus de tout le bazar au bureau, j’essaie de m’occuper tant bien que mal de la communication pour la prochaine exposition de Chéri. Je cherche les contacts presse, j’envoie des dossiers, des affiches et des invitations un peu partout … C’est un boulot à plein temps (ou presque !).
Si vous êtes dans le coin et intéressés par la peinture, le dessin, la sculpture et l’art, n’hésitez pas à m’envoyer un petit message, je vous ferai parvenir les infos sur l’expo et le vernissage. Et qui sait … peut être qu’on se verra là-bas ?

 

 

 

 

L’anecdote trop drôle, c’est que quand j’essaie de me connecter sur le site de Chéri depuis le bureau, je n’y arrive pas car soit disant, le site entre dans la catégorie « Sex ».
Gros fou rire.

 

 

 

Au passage, j’ai fanfaronné la semaine dernière en vous disant que j’avais perdu les kilos qui s’attachaient à mon postérieur depuis quelques mois. Grand mal m’en a pris puisque cette semaine, et cela n’étonnera personne vu la quantité de bouffe présente dans cette rétrospective, j’en ai repris et je me sens étonnamment enflée.
De super bonne augure pour la journée de demain que je m’apprête à passer essentiellement en maillot de bain et pour laquelle je n’ai même pas pris le temps de m’épiler le maillot.
Je sens que je vais encore me sentir sur à l’aise dans mes baskets. 

 

 

 

 

 

Samedi.
Chouette journée en perspective : on se retrouve entre copines pour une journée aux Thermes Sextius d’Aix en Provence.
(D’où le maillot de bain, donc)
Au programme, 4 soins d’hydrothérapie : 

1. Un bain hydromassant stimulant qui consiste à poser son cul dans une baignoire et se faire lacérer par des jets venus de toute part. Carrément agréable et pour le coup effectivement très stimulant. Le seul truc c’est que lorsque les jets venaient au niveau des cuisses pour dégommer la cellulite, le jet du côté gauche ne marchait pas. Si bien que je me faisais défoncer la graisse du côté droit mais pas du gauche. Très vite, l’ironie de la situation m’a amusée et je n’ai plus pensé qu’à ça, m’imaginant avec une fesse de déesse et une autre truffée de cellulite (#jenesuispasfollevoussavez)

2. Un Aérobain apaisant,
pas le truc le plus transcendant du monde puisqu’il consiste également à poser son cul dans une baignoire qui glougloute et attendre que ça se passe tout en essayant de se détendre pendant 15 minutes. J’avais le compteur devant les yeux si bien que j’ai passé mon temps à le fixer en me disant : « encore 8 minutes », « encore 7 minutes », « encore 6 minutes » …
Faut vraiment que je me fasse soigner, je crois.

3. Une douche au jet, également radical pour la cellulite mais aussi très agréable pour le dos. J’ai bien aimé même si, j’avais un peu honte de la vision que j’imaginais offrir, de dos, à cette fille chargée de voir ma graisse bouger au rythme du jet hyper puissant.

4. Et enfin, un enveloppement nourrissant aux huiles qui consiste à se faire étaler de l’huile  de coco chaude sur tout le corps puis se faire envelopper dans du film plastique, et essayer de se détendre pendant 20 minutes en ayant l’impression d’être un rouleau de printemps.
C’était super agréable mais il m’a semblé que ces 20 minutes étaient hyper longues et n’en finissaient pas. J’ai alors pensé que ce n’était en fait pas du film plastique qui m’entourait mais une sorte de sac poubelle et que la pièce dans laquelle j’étais, toute petite, ressemblait étrangement à une chambre d’hôpital.
Alors je me suis dit que peut être que ça faisait ça d’être mort.
On attend dans un sac plastique.
Autant vous dire que j’ai tout de même été soulagée de voir qu’on ne m’avait pas oubliée et que ce n’était pas encore pour tout de suite.

 

Bref, mais sinon au final, c’était rudement bien.

Les soins étaient étalés sur toute la journée, ce qui fait qu’entre midi et deux, on a fait une pause déjeuner.
J’ai fait chier tout le monde car aucun plat sur la carte ne présentait ni viande ni poisson si bien qu’ils ont proposé de me faire une assiette de légumes où j’ai pu dénombrer : un navet, une mini carotte, une mini endive et 2 fleurettes de chou romanesco.
Autant vous dire que j’avais une dalle intersidérale le soir. 

Nous avions également accès au SPA où nous avons profité du sauna et du hamman, entrecoupés de douches glacées.
Un chouette moment de détente et de rigolades.

 

 

 

 

Enfin samedi soir, un peu rincée de l’expérience aux Thermes (attention jeu de mot hilarant)(non mais l’air de rien c’est assez fatiguant tous ces soins pour se faire du bien), je rentre à la maison en début de soirée.
Quand je me suis regardée dans le miroir, j’aurai juré qu’effectivement ma cellulite avait diminué du côté droit, et continuait d’être consternante du côté gauche.
Mais on va dire que c’est un effet d’optique. Ou le pouvoir de l’esprit.

Sinon, que dire sur ce samedi soir ?
Une pizza 5 fromages (oui je sais, c’est honteux), The Voice, un samedi soir classique quoi.

Voilà pour cette semaine !
Bon dimanche et prenez soin de vous !

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Publicités