Au jour le jour #51

On se retrouve aujourd’hui pour l’avant-dernière retrospective de l’année !
J’imagine que vous êtes nombreux à être en plein préparatifs pour la soirée et la journée de demain – à moins que vous ayez la chance de mettre les pieds sous la table …
Ici ce sera bien calme, en petit comité, voire même en tout petit comité, mais il sera bien temps de vous raconter ça la semaine prochaine !

Pour l’heure, retournons sur les traces des 7 jours qui viennent de écouler…

 

 

 

 

Dimanche.
Si dimanche dernier a été une journée tranquille à la maison, ce dimanche fut tout autre et je n’ai pas arrêté une minute ! Le matin, après avoir publié la retrospective, je me suis recouchée un petit peu puis on est partis faire les quelques petites courses habituelles du dimanche : fruits et légumes chez le maraicher, mousse pour la crèche chez le fleuriste, pain aux olives à la Boulangerie, puis on prend la direction du centre ville pour aller chercher le brunch à emporter commandé chez Green Love.
Vous connaissez mon amour inconditionnel pour Green Love, et ce brunch ne me décevra pas bien au contraire …

 

 

 

Au programme : assiette chaude avec des faux-oeufs brouillés, du riz au tofu, épinards et noisettes, et choux de bruxelles rôtis au sirop d’érable; une assiette froide, charcuterie végétale, faux-mages, muffins salés, assortiment de desserts, pancakes, jus frais, citronnade, confiture et pâte à tartiner maison.
En plus d’être incroyablement délicieux, vegan et fait maison, c’est terriblement copieux et clairement, notre appétit n’a pas suivi : ça nous a fait 3 repas …

 

 

 

Après avoir récupéré le brunch, on retourne à la maison en fin de matinée et je chausse aussitôt les baskets pour un petit footing décrassant (avant de me gaver avec le brunch!)

 

 

 

 

Une sieste plus tard, je pars direction Ikea pour quelques emplettes.
La magie Ikea étant ce qu’elle est et alors que je suis venue pour 3 bricoles, je ressors de là avec un ticket à 135 euros.
Je suis furieuse contre moi ! Retour à la maison, puis ce sera rangement, décoration de la crèche, lessive etc … Avant de me poser enfin sur le canapé pour un peu de lecture.

 

 

 

Lundi.
C’est reparti pour cette dernière semaine travaillée de l’année.
Et elle promet d’être intense parce que je vais être seule une bonne partie de la semaine.
Nous ne sommes que lundi et je suis lessivée, à bout de forces. Le soir, je n’ai même plus la force de parler, Chéri croit que je fais la gueule et me demande 3500 fois ce que j’ai, alors que j’ai juste envie de rien, juste dormir.
Dieu que cette semaine va être longue !

 

 

 

Mardi.
Je me suis couchée super tôt la veille alors ça va un peu mieux niveau fatigue, par contre, je suis toute seule au boulot alors je ne chôme pas.
Le soir, on se fait une jolie soirée en amoureux autour d’une raclette. On oublie la télé, on sort du vin et on fait comme si on était au restaurant (un restaurant dans lequel il y aurait un bruit de sèche-linge qui tourne au fond)(#lavraievie).
C’était une soirée parfaite.

 

 

 

Mercredi.
OH.PU.TAIN.
La mauvaise idée de mélanger gras + alcool un soir de semaine.
Quand le réveil sonne, j’ai envie de mourir.
J’ai mal 1. à la tête 2. au ventre 3. au coeur.
Plus jamais ce genre de conneries en semaine, c’est fini, j’ai passé l’âge.

Au boulot en plus, pas le droit de ne pas être en forme ou d’être en retard car une journée spéciale m’attend : tous nos responsables descendent de Paris pour la fin d’année … Non vraiment j’ai bien choisi mon jour pour avoir la tête dans le cul.

Contre toute attente, la journée s’est malgré tout bien passée et je crois que j’ai réussi à faire comme si je n’avais pas picolé la veille. J’ai même eu des propos cohérents et des remarques pertinentes.
Un exploit.
Le soir par contre, c’est soupe et rien d’autre. Je veux même pas entendre parler de quoi que ce soit d’autre. Et au lit de bonne heure.

 

 

 

 

*photo de l’année dernière*
Mercredi soir également.
Noel approche l’air de rien, et je réalise que je n’ai pas pensé à faire le faux-foie gras : Damn it !
En rentrant du boulot, je m’arrête au magasin bio pour acheter les précieux shiitakés pour ensuite me mettre aux fourneaux. Pas question pour moi de manger du foie-gras évidemment, et cette recette, largement testée et approuvée l’année dernière, me régale d’avance.

 

 

 

Du même coup, au magasin bio, j’ai acheté une crème contour des yeux (cernes, fatigue toussa toussa …)
J’avoue avoir du mal avec les produits de bauté bio qui me filent en général des boutons mais cette crème est juste parfaite : légère, elle hydrate pourtant parfaitement. Un peu chère peut être (20 euros mais elle était en promo à 14) mais vraiment pas mal … à base d’huile d’Argan et avec 99,9% d’ingrédients naturels !

 

 

 

*Photo de l’année dernière et de quand j’étais un peu moins grasse qu’aujourd’hui*
En ce moment, le matin, j’ai un nouveau rituel : je fais 3 salutations au soleil. La première est difficile car je suis raide comme un piquet; la deuxième un peu moins et la troisième finit de réveiller mon corps.
Ca ne me prend pas plus de 5 minutes et ça me met en forme pour la journée (enfin « en forme » est un bien grand mot, cette semaine, j’ai été un zombie… Mais disons que ça réveille et ça « punche » un peu le corps)
J’essaie de m’y tenir, même si ce n’est pas tous les jours facile de faire des acrobaties à 6h30 du matin mais je vois la différence quand je le fais et quand je ne le fais pas.

 

 

 

 

Niveau lecture, j’ai lu cette semaine « Depuis l’au-delà » de Bernard Werber.
C’est le premier livre de cet auteur que je lis (ouais, je sais, c’est honteux mais je n’ai jamais réussi avec le best-seller « Les Fourmis ») et je dois dire que j’ai plutôt bien aimé. Au début, ça peut paraitre un peu surprenant parce que, il faut le savoir, l’auteur est quand même hyper-branché « vie après la vie » et « au-delà » et c’est d’ailleurs, comme son titre l’indique, le thème du livre : un auteur de polar est assassiné et avec l’aide d’une médium, il va enquêter sur son crime depuis l’au-delà.
Le style est simple mais ne manque pas d’humour, bref j’ai bien aimé même si ça part légèrement en cacahuètes au fil des pages, mais je ne vous le conseillerais que si vous êtes un peu branchés spiritualité et métaphyisque, sinon, ça va vite vous gonfler.

 

 

 

Tout autre style pour ce bouquin particulièrement de saison « Y’aura-t-il trop de neige à Noel? » d’un collectif de blogueuses (Marie Vareille, Sophie Henrionnet, Adèle Bréau, Isabelle Alexis, Tonie Behar et marianne Lévy)
Je n’aime pas les nouvelles, c’est un fait, je l’ai déjà dit ici … Je n’aime pas la brieveté de l’histoire qui fait qu’à peine rentré dedans, c’est déjà fini et il faut déjà quitter les personnages.
Du coup, je lisais ce livre sans grande conviction, juste parce que c’est Noel et que c’est pratique de lire des courtes histoires entre le bus et le métro, et puis finalement, j’ai aimé.
C’est hyper girly et parfois un peu cucul la praline, c’est dégoulinant d’amour et de Christmas Spirit, mais c’est parfait pour Noel.
Et surtout, j’ai beaucoup aimé le fait qu’on retrouve les personnages un an après, pour une deuxième nouvelle.

 

 

 

 

Vendredi.
Dernière journée de travail avant les vacances !!!
Youpi tralala !!!
Je sens que j’ai vraiment, vraiment, VRAIMENT besoin d’un break.
Je sature, je tourne à 2 à l’heure, je ne pense qu’à dormir. Cette semaine off s’annonce vraiment la bienvenue.
Je pars au travail le coeur léger et joyeux.

Aujourd’hui est une journée particulière : je suis seule (ma collègue est en congés) et j’accueille les comptables de Paris venus pour checker tous les comptes en cette fin d’année.
C’est un événement qui nous met un peu la pression mais hier j’ai fanfaronné auprès de ma collègue, sûre de moi, en lui disant : « T’inquietes pas, tu peux partir l’esprit tranquille … De toute façon on est niquels, au centime près, y’a pas de facture qui manque, ils ne peuvent RIEN nous reprocher ».

Je pars donc au travail en me disant que la journée va être bonne.
Et puis, en regardant le soleil se lever, une sorte d’intuition me dit qu’on ne peux pas savoir ce que va donner cette journée. Elle sera peut être très bonne mais elle peut aussi tourner à l’horreur. C’est toute la magie du jour qui se lève : on ne sait jamais de quoi il sera fait.

 

 

 

Et de fait … Mon intuition aura été bonne.
Les comptables arrivent, tout va bien, on discute, on rigole … et vers 9h30, ils décident de se mettre au boulot et d’aller voir le coffre pour tout vérifier.
Et là, commence le drame.
La boulette de Noel !

Impossible de retrouver la clé du coffre qui est TOUJOURS à la même place depuis un an, que je remets TOUJOURS au même endroit, qui n’a JAMAIS disparue.
Je commence à paniquer, à transpirer, à avoir les mains qui tremblent (triste mais vrai) et à devenir verte, jaune et bleue, tout ça en même temps.

On cherche partout dans le bureau (autant dire chercher une aiguille dans une botte de foin), dans tous les livres de la bibliothèque, dans les dossiers, dans les décors de Noel, dans les plantes vertes (!) … On a même été faire les poubelles enlevées par la femme de ménage peu avant.

Je ne comprends pas, je suis en stress monstrueux, ces fuckings clés étaient là la veille puisque j’ai tout vérifié juste avant leur venue.

J’appelle ma collègue en panique : elle ne les a pas non plus.
La seule solution que je vois, c’est qu’elles sont restées dans la poche de mon jean d’hier.
Sauf que je suis seule et que je ne peux pas faire un aller retour chez moi pour vérifier car on ouvre au public dans 45 minutes.

Ma collègue (un Ange) vient malgré son jour de congés pour assurer l’ouverture pendant que je fais l’aller-retour.
Me voilà repartie chez moi… Jamais le bus ne m’aura paru si long.
A peine arrivée, je me rue sur le panier de linge sale et je regarde dans mes poches : RIEN.
Je regarde partout : RIEN.

PUTAIN.
La mort dans l’âme, je retourne au bureau, prête à me faire dégommer par mes responsables à Paris, alertés par les comptables, qui n’ont pas arrêter de me dire combien c’était GRAVE et qu’il fallait ABSOLUMENT les retrouver.
Putain, MAIS JE SAIS.

 

L’après midi arrive, toujours pas de clés, les comptables repartent en direction de Paris, ils sont donc venus pour rien (ils étaient ravis, vous vous en doutez …)

Cette clé a bel et bien disparue, c’est un grand mystère.
Evidemment, vous devez vous dire : « Mais il doit bien y avoir un double quelque part ? »
C’est la question que tout le monde – moi y compris – a posé immédiatement mais apparement, pas de double.
Pas de double. Pas de clé. Que dalle. A croire qu’elle s’est volatilisée.

Le stress du matin est retombé mais je pars en vacances un peu en souci l’air de rien.
C’est quand même super bizarre cette histoire.

En tout cas, on a pas fini de rigoler.
Vivement la rentrée de janvier quand il va falloir ouvrir le coffre (comment ouvrir un coffre-fort sans clé ? Aucune idée), qu’il va falloir commander un autre coffre, que tout ça va couter UNE BLINDE, et tout ça par ma faute.
(Et que je vais surement me prendre un petit avertissement tombé du ciel en guise de Bonne Année)

Voilà voilà, une bonne petite dernière journée sous le signe de la sérénité quoi.

 

 

 

 

 

Samedi.
Journée de la Mère Noel qui s’active parce que l’air de rien, c’est demain soir les gars ! (enfin, ce soir pour ceux qui lisent le dimanche).
J’ai 3 cadeaux qui se baladent on ne sait où, perdus à jamais ou qui vont arriver trop tard, mis tant pis, j’ai déjà une hotte bien chargée !

 

Cette année, je vous avoue que j’ai du mal à me laisser envahir par l’esprit de Noel. Il y a plein de raisons à ça mais la maison ne résonne pas vraiment de joie de vivre et d’envie de se gaver de (faux) foie-gras.
Pire encore, je vous avoue que je redoute même un peu ces fêtes, ce qui ne me ressemble pas, et je suis stressée puissance 1000.

J’aimerai faire en sorte que ce soit une bonne soirée, malgré tout, mais je ne sais pas si ce sera le cas. Peut être qu’on sera tous couchés à 21h30, déprimés et le moral dans les chaussettes. Mais peut être que ça va bien se passer.
On verra bien.

 

Enfin, pour ce qui est de mes tergiversations sur l’avenir de ce blog, je tenais à vous remercier pour les commentaires et les mails (mon dieu, ces mails!!) que vous m’avez envoyés et qui donnent du courage. 
Je n’ai jamais vraiment pensé à arrêter complètement car bloguer me manquerait trop mais pour l’instant, j’hésite encore entre créer un tout nouveau blog ou continuer et assumer.
Peut être que la nouvelle année m’apportera la réponse. 

 

Voilà pour cette semaine ! 
Bon dimanche, bon Noel à tous, passez de jolis moments en famille, gavez vous de chocolats et à très vite pour la dernière retrospective de l’année ! 

 

 

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Publicités