Au jour le jour #48

Allez hop une semaine de plus au compteur !
C’est une de moins qui nous sépare de la nouvelle année qui je l’espère secrètement, sera peut être un peu moins rude que 2017-sa-mère.

C’est un peu naïf, j’en conviens… Comme si le fait de passer à une autre année aller du jour au lendemain régler tous les problèmes (mais bien sur)

Mais bon, on dit que l’espoir fait vivre et c’est vrai… heureusement que la perspective de lendemains meilleurs nous tire en avant.

En tout cas, chaque chose en son temps, voici tout de suite le résumé de cette semaine bien chargée !

(J’aime autant vous prévenir avant de commencer: cette retrospective sera aussi le festival des photos moches)

 

 

Dimanche
Journée physiquement éprouvante.
Nous sommes de corvée de déménagement (pas le notre !) si bien qu’on se retrouve une bonne partie de la journée à porter des cartons, des choses archi-lourdes, des trucs et des machins qui pèsent 2 tonnes, à monter et descendre les escaliers (appartement sans ascenseur!), puis faire le ménage de fond en comble sans avoir le bon matos pour faire quelque chose de bien.
Le tout sous un froid glacial et dans un mistral à décorner les bœufs.

Le dimanche en général, j’aime bien aller au sport mais là, vous aurez compris que c’était superflu ! Evidemment, j’ai attrapé un rhume carabiné et vers la fin, en soulevant un des derniers cartons, je me suis bloquée le dos en essayant de me relever.

Autant vous dire que la fin de journée, après une bonne douche pour se décrasser de toute cette poussière, s’est faite en mode loque sur le canapé … De toute façon, pas vraiment le choix de faire autrement, il m’était impossible de bouger !

 

 

 

Lundi
Retour au boulot malade et avec un mal de dos considérable.
On a connu meilleur lundi.

Surtout que la journée est chargée et peu propice à la détente … M’enfin, l’avantage c’est que quand on a la tête dans le guidon, la journée passe vite !

 

 

 

Lundi soir.
Trop bonne surprise !
En fait, ce n’est pas vraiment une surprise car on savait que ça allait paraître mais on attendait ça pour le lendemain, alors c’est une mini-surprise.
Il y a quelques semaines, je vous avais dit qu’un journaliste d’une revue spécialisée dans l’Art était venu de Belgique pour passer du temps avec Chéri car il prévoyait de faire un article sur lui.
Et bien, c’est chose faite … Le numéro de décembre / janvier de Pratique des Arts est sorti avec son travail  en couverture … Et à l’intérieur, un dossier et une interview de 6 pages sur lui.
Trop de fierté !

 

 

Mardi.
Pas vraiment de souvenirs de mardi si ce n’est que j’ai travaillé et que je me suis couchée SUPER TOT pour limiter les dégâts le lendemain …
Et quand je vous dit super tôt, c’est vraiment super tôt (genre 20h45)

 

 

Mercredi.
Lever à l’aube (4h15) pour attraper le train de 5h22 à la gare de Marseille  direction Paris puis Saint-Denis où nous sommes attendues pour une formation.
Alors que je suis incapable de dormir dans les transports habituellement, cette fois, je me cale comme il faut sur mon siège et je dors plus de 2h … Trop bien !

 

 

 

Au programme donc, journée de formation sur un nouveau logiciel que l’on va mettre en place au bureau.
J’étais plutôt enthousiaste à cette idée car celui qu’on utilise actuellement date de l’Antéchrist mais finalement, j’ai vite déchanté et j’ai un peu peur que celui là soit encore plus galère …
Enfin, ne partons pas trop défaitistes, on verra bien ce que ça donne à la pratique …

 

En fin de journée, en rentrant à l’hôtel, je m’arrête dans les couloirs du métro à la Gare du Nord pour me faire épiler les sourcils au fil (voilà un des côtés surréaliste et génial de Paris : il est possible de se faire épiler les sourcils dans le métro pour 7 euros en 5 minutes chrono).
Je n’avais jamais tenté la technique du fil et j’étais super anxieuse mais c’est assez bluffant et surtout je suis trop contente de ma nouvelle coupe de sourcils !

 

 

 

Le soir, on est plusieurs collègues dans le même hôtel. Il était prévu de se faire un petit resto sympa à quelques stations de métro de là mais on est toutes fatiguées alors on se rabat vers plus près.
Vraiment très très près.
Genre le resto en face de l’hôtel.
On ne peut pas faire plus près.
Le problème c’est qu’il s’avère que le resto en question était … un Buffalo Grill.
Oh punaise, je n’y avais pas mis les pieds depuis genre 15 ans mais absolument rien n’a changé. J‘avais oublié plein de petits détails comme par exemple la salade d’accueil (bordel, LA SALADE D’ACCUEIL QUOI).
Ca a été chaud-les-marrons pour trouver à manger sans viande – j’ai fini avec une assiette d’accompagnement avec frites, macaronis à la béchamel et haricots verts (paie ton équilibre alimentaire absolument désastreux).
Les haricots verts (surgelés) étant le seul légume disponible dans un Buffalo Grill… avec la fucking salade d’accueil évidemment. 
Mais ma foi, c’était plutôt sympa d’être avec des collègues avec qui on travaille à distance mais qu’on ne voit pratiquement jamais.

 

 

Jeudi.
Encore une journée parisienne et de formation.
En milieu d’après midi, je m’échappe un peu plus tôt … Non parce que bon, c’est pas le tout, vous êtes mignons tous avec votre logiciel pourri mais je dois rentrer sur Marseille moi !
Je spam le TGV de numéros de Pratique des Arts achetés à la gare de Lyon avant de prendre mon train puis j’arrive à la maison à 21h, lessivée … et au dodo rapido !

 

 

*elue photo la plus dégueulasse EVER

Vendredi.
Journée toute seule au boulot avec plein de trucs à faire … Evidemment, après 2 jours de formation, le boulot ne se fait pas seul.
Le midi, y’a de la soupe à la cantine !
Bon, OK, ça fait pas rêver.
Mais ce petit potage à la carotte ancienne (d’où la couleur) était un des trucs les plus réconfortant de ma journée de boulot solitaire.

 

 

Vendredi soir.
On est invités chez une amie avec la bande de copains. Je n’étais pas super ravie d’y aller, vu mon degré de fatigue mais finalement, c’est un bon moment.
De toute façon, quand il y a du vin rouge et du fromage, c’est TOUJOURS un bon moment. 

 

 

Samedi matin.
On s’est couchés tard alors on se lève un peu plus tard que d’habitude et là ô joie, une fine couche de neige recouvre le jardin.
Nous ne sommes pas au bout de nos surprises puisque la neige tombera en abondance un bonne partie de la matinée …

 

 

Samedi après midi.
Et bien puisque la neige tombe et que nous sommes en décembre, je crois qu’il est temps de ressortir les vieilleries de Noel.
Non parce que c’est pas parce qu’on sait d’avance qu’on va passer un Noel de merde qu’il faut se laisser abattre.
Je sais que ça n’est pas très blogueuse d’avoir tous les ans la même déco et surtout d’avoir un sapin en plastique mais bon, on fait ce qu’on peut avec ce qu’on a.

 

Voilà pour cette semaine ! 
Bon dimanche et prenez soin de vous ! 

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Publicités