Inde – Jour 4 – Jaisalmer

Mardi 31 octobre 2017

 

 

9h
On part de l’hôtel aux alentours de 9h pour visiter la ville de Jaisalmer, la cité dorée, dans laquelle nous sommes arrivés la veille.
On commence par se rendre au bord du lac Gadhisar

 

Des ghats (marches) descendent au bord du lac et on se rend compte que le lac est peuplé (ou plutôt surpeuplé!) de poissons chats. C’est assez impressionnant.
Ces poissons grouillent littéralement dans le lac et les visiteurs aiment les nourrir car comme tous les animaux, ces poissons sont sacrés.

 

 

 

10h
Les poissons bien nourris, nous pouvons rejoindre la vieille ville de Jaisalmer, une ville fortifiée fondée en 1156. Son importance historique et sa richesse est due au fait qu’elle soit située sur l’ancienne route caravanière entre l’Inde, la Perse, l’Arabie et l’Occident.

Malheureusement, aujourd’hui, elle est véritablement surpeuplée et menace chaque jour de s’effondrer. Il y a 10 ans, après l’effondrement de 3 bastions, des travaux colossaux pour changer le système d’évacuation des eaux, repaver les rues et consolider l’ensemble ont été entrepris.
C’est déjà ça mais c’est loin d’être suffisant, certains spécialistes affirment que la citadelle est toujours menacée. Ils se battent toujours pour que les habitants et ceux qui y séjournent soient évacués en dehors de la ville par sécurité mais pour l’instant, rien de concret.

 

 

 

 

La ville fortifiée est extraordinaire. C’est un festival de couleurs, d’odeurs, de bruits, de brouhahas … de grand n’importe quoi ! J’ai un véritable coup de coeur pour cette ville hors du commun.

 

 

 

Au coeur de la ville, il y a un ensemble de 7  temples Jaïns.
Le jaïnisme est une autre religion de l’Inde et les temples sont particulièrement raffinés. Après avoir enlevé les chaussures, on peut y pénétrer et admirer les sculptures qui les ornent du sol au plafond. C’est à couper le souffle.

 

 

A l’entrée, un panneau stipule que les femmes en période de règles (donc impures) n’ont pas le droit de rentrer …

 

 

 

 

Ici comme ailleurs, on y croise des vaches, des chiens, des cochons … en liberté dans les rues.

 

Et tous ces visages, tous plus beaux les uns que les autres …

 

 

 

Est ce qu’on parle des installations électriques ?!

 

 

Parfois dans la ville, quelques belles havelis (demeures de riches marchands, comme dans le Shekawhati dont je vous parlais ici)

 

 

 

Avant de quitter la ville, on s’offre une pause « Chai », ce thé aux épices avec du lait dont les indiens raffolent.
J’avoue, j’ai un peu peur d’être malade avec ce thé sorti dont ne sais où (l’eau a-t-elle été bien bouillie ? Le lait ne date-t-il pas de l’année dernière ????) mais finalement, je me régale et aucun incident ne sera à déplorer.

 

 

 

On retourne déjeuner à l’hôtel et en milieu d’après midi, nous reprenons la route vers la frontière pakistanaise (pour une petite demi heure seulement).
On s’arrête auprès d’un groupe de chameliers pour une balade à dos de chameau.
Encore une fois, c’est LE truc à touriste par excellence (mais pas seulement car beaucoup d’Indiens font également la balade) et je n’étais pas super emballée par cette idée mais la promenade ne dure pas longtemps et finalement, ce sera un beau moment.

 

 

Le coucher du soleil est là aussi un moment extraordinaire, surtout quand on prend un peu de recul et qu’on se dit « Non mais … je suis au milieu du désert du Thar, en Inde, à quelques kilomètres du Pakistan, et je regarde un coucher de soleil sublimissime ».
Il y a de quoi rêver.

 

 

La nuit tombée, on reprend la route pour rejoindre l’hôtel et le guide nous fait la surprise d’un petit apéro improvisé.
Au programme : Rhum indien
-_-
A boire pur ou mélangé avec du coca.
Je choisis mélangé au coca car je déteste les alcools forts et je sais que pur, je ne pourrais même pas boire une gorgée.

Avant de boire, il faut verser quelques gouttes de son verre par terre pour l’offrir à la Terre. De mon côté, la Terre sera bien servie et aura la quasi-totalité de mon verre (dans lequel je tremperai juste les lèvres par politesse), le rhum Indien étant quand même un sacré tort-boyaux !

 

Arrivés à l’hôtel, on dine avant d’aller se coucher vers 21h30 … La nuit sera tout simplement HORRIBLE. Entre les bruits de chasse d’eau des voisins, les douches en pleine nuit, le bordel dans les couloirs, et les chiens errants et hurlants … on a pas beaucoup fermé l’oeil !

Sacrée Inde !

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Publicités