Inde – Jour 3 – Entre Bikaner et Jaisalmer

Lundi 30 octobre 2017

8h30
On quitte déjà Bikaner pour se rendre à Jaisalmer, à 330km de là où nous sommes. C’est une ville située complètement à l’ouest du Rajasthan, non loin de la frontière avec le Pakistan.

Beaucoup de route au programme vous l’aurez compris… Le récit d’aujourd’hui sera donc un peu plus court que les autres car encore une fois, 330km n’est pas grand chose pour nous, mais en Inde, c’est une épopée d’environ 7h ! Et forcément, cela bouffe une bonne partie de la journée …

Quand on choisit un circuit sur le papier, que l’on voit les distances et les temps de trajet, ça ne semble pas insurmontable mais aujourd’hui, après 3 jours à énormément rouler, on commence vraiment à se rendre compte de l’étendue du Rajasthan, et plus largement de l’Inde.

C’est tout simplement immense et si on veut voir beaucoup de choses, il n’y a pas de secret : il faut rouler !

 

 

 

Sur le chemin, on s’arrête acheter des fournitures scolaires car un peu plus loin, nous allons visiter une école.
Nous achetons des stylos, des cahiers, des livres pour l’apprentissage de la lecture, d’autres encore pour apprendre l’anglais …
On prend aussi quelques friandises et bonbons auprès d’un marchand dans une toute petite échoppe au bord de la route (une boutique faite de bric et de broc complètement improbable) qui nous vend tout ça pour quelques roupies seulement.

 

11h
On s’arrêtera plus tard dans la fameuse école. Nous sommes accueillis par le directeur qui nous fait visiter son établissement (une école publique). Nous lui remettons les fournitures et gourmandises achetées, car pour éviter les problèmes, c’est lui qui fera la distribution.

 

 

Il nous dirigera ensuite vers les 3 salles de classes où les professeurs et les enfants nous accueillent.
Les enfants sont tous aussi adorables les uns que les autres, mais j’avoue que cette visite me dérange et je ne suis pas à l’aise.

Il y a quelques années, j’avais envie d’aller en Inde pour y faire du bénévolat dans une école. C’est un projet que j’avais réellement envisagé, j’avais trouvé une association qui semblait sérieuse, j’avais pris tous les renseignements et même envisagé des dates mais cela n’a finalement pas pu se faire faute de moyens financiers et de disponibilité. (C’est un projet que je n’ai pas totalement oublié et que j’espère vraiment pouvoir concrétiser un jour)

 

Cette visite aurait donc du me plaire mais justement, le côté « visite » m’a fortement perturbée. Il y avait un côté voyeuriste que je n’ai pas supporté.

Encore une fois, cela n’a rien à voir avec les enfants, magnifiques et d’une gentillesse sans nom, mais là, à part se montrer et regarder, on a rien fait et c’était dérangeant.
Dans une mission de bénévolat, on s’implique, on passe du temps et il y a une utilité indéniable. Ici, ça n’a pas été le cas et même si je n’en ai rien montré par politesse envers tout le monde et que j’ai gardé le sourire du début à la fin, j’avais vraiment hâte que la visite se termine.

Evidemment, je n’ai pas pris de photos des enfants et des salles de classes, cela aurait été complétement déplacé à mes yeux et aurait encore plus amplifié mon malaise.

La visite se termine, on reprend la route mais je n’arrive pas à m’enlever ce sentiment désagréable.

 

13h
On continue de rouler, encore et encore et on s’enfonce dans une région de plus en plus désertique. On s’approche du désert du Thar, il fait très chaud, un soleil de plomb et un ciel bleu magnifique.

Pendant les heures de route, on s’occupe comme on peut : on lit, on essaie de dormir (impossible vu la route chaotique et les suspensions pourries, les klaxons etc …) on regarde le paysage ou les villages quand on en traverse, le guide nous parle beaucoup de l’Inde et de ses coutumes, de l’économie, de la politique …
7h de route, c’est long mais finalement pas tant que ça quand chaque minute est surprenante et loin de tout ce qu’on a l’habitude de voir.

 

 

16h
On arrive à Jaisalmer en milieu d’après midi. A peine le temps de poser nos affaires à l’hôtel et on repart aussitôt pour visiter les cénotaphes royaux au coucher du soleil.

 

 

Une incroyable vue sur la ville de Jaisalmer s’offre à nous.
Jaisalmer est surnommée la cité dorée et on comprend vite pourquoi.

 

 

Les cénotaphes que nous allons visiter sont un lieu de crémation.
Les hindous croient en la réincarnation, la vie après la vie, et brulent leurs morts dès le décès (le jour ou le lendemain maximum).

Si chez nous le sujet de la mort est taboue, ce n’est pas le cas en Inde où elle fait partie intégrante du cycle de vie.

Varanasi (ou Bénarès dont on parlera plus tard) est LA ville sainte par excellence et c’est le lieu où chaque Indien rêve de mourir ou être incinéré. Selon leurs croyances, cela permettrait de mettre fin au cycle des réincarnations et d’accéder enfin à la vie éternelle.

Evidemment, tout le monde n’a pas cette chance et quand il est impossible de se rendre à Bénarès, les crémations ont lieu dans autres lieux, comme ici, aux cénotaphes de Jaisalmer.

La crémation est un moment important car elle libère l’âme de l’enveloppe charnelle. Le rite suit des règles très strictes que je ne vais pas exposer ici car c’est très complexe et j’aurais peur de vous ennuyer … mais c’est véritablement passionnant.

En tout cas, la crémation est le moment où toutes les bonnes actions que l’on pu accomplir dans la vie prennent sens et se concrétisent pour la prochaine incarnation.

 

 

Partout, il y a des petits pavillons surmontés de dômes et à l’intérieur, on trouve des stèles de marbre sculptées.
Il n’y a évidemment pas de corps puisqu’ils sont brulés et les cendres sont récupérées puis jetées dans un fleuve sacré (idéalement le Gange)

 

Le bois que vous voyez là sert justement à ces crémations.
Il y règne une atmosphère particulière et très chargée en vibrations. Ca ne laisse pas indifférent. 

 

 

 

 

17h30
Le coucher du soleil est un moment propice à la visite car la lumière est sublime et rend la pierre d’une incroyable couleur dorée.

On a envie d’y rester et de prolonger le moment pour y méditer (non je n’ai pas de gros bouton sur le front mais le 3ème oeil que je ne sais plus quel badaud m’a fait en cours de route!)

Mais très vite, le soleil disparait et il est temps de rentrer à l’hôtel pour un peu de repos … demain, une belle journée nous attend : nous visiterons Jaisalmer, une ville pour laquelle j’aurai un gros coup de coeur !

 

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Publicités