Au jour le jour #46

Avec le retour à la vie normale et quotidienne, c’est également le grand retour des rétrospectives de la semaine ! Ça me fait tout drôle, j’ai l’impression que je n’en ai plus fait depuis des lustres et je ne sais même plus comment m’y prendre …
Malgré tout, j’ai grand plaisir à reprendre ce chemin et j’espère que vous aurez le même plaisir en la lisant que moi en l’écrivant !

 

Dimanche
L’esprit encore un peu dans de lointaines contrées, j’ai eu le malheur d’aller faire quelques courses pour remplir mon frigo vide … Je ne sais pas pourquoi mais le supermarché était archi bondé, j’ai vu ces décorations de Noel partout, ces rayons de jouets et cette avalanche de foie gras et j’ai bien cru que j’allais me trouver mal.
C’est bizarre parce que d’habitude, j’adore Noel et ses préparatifs mais là, sans rire, il m’est venue une angoisse horrible, des bouffées de chaleur et des palpitations (#jenesuispasfollevoussavez).
Je crois que je n’étais pas préparée, mon corps étant encore bloqué sur les 35 degrés quittés il y a 48h. J’ai attrapé quelques trucs histoire de tenir la semaine et j’ai fui le plus rapidement possible.

 

 

 

Dimanche après midi
Programme plus calme pour cet après-midi que je passe essentiellement au téléphone avec Maman Rose. Il faut dire qu’après plus de 15 jours sans s’appeler et sans communiquer, on en avait des choses à se dire ! Vous savez le genre de coup de fil où on regarde l’écran au bout de ce qui parait être 20 minutes et là « QUOI ??! DEJA 1h55 QU’ON PARLE ?? »
Ben c’était exactement ça.
Et c’était drôlement chouette.

 

 

Dimanche soir.
Un peu de calme et de repos en ce dimanche soir. J’avoue n’être pas encore tout à fait au rythme horaire français aussi je vais me coucher dès 20h30 (j’ai honte) avec une pile de magazines et sombre très rapidement dans un coma profond jusqu’au lendemain matin. Une nuit peuplée de rêves étranges, où il est question de bus à prendre, de chambres d’hôtels, de visites de palais de Maharajas … Je crois que mon inconscient a lui aussi du mal à atterrir.

 

 

 

Lundi.
Il y a quelques mois, au moment de poser mes congés, je m’étais dit qu’une petite journée supplémentaire de repos ne serait sans doute pas malvenue.
Preuve que je ne fais pas toujours que des conneries.
Cette journée de rab me permet de rêver encore un peu, finir de trier les photos, faire un peu de rangement et de ménage… C’est bon aussi d’être un peu chez soi !

 

 

 

Mardi.
Retour à la réalité.
Mais si le voyage en Inde m’a bien appris une chose, c’est que je n’ai pas le droit de me plaindre.
Je n’en ai même aucune raison et ce serait plus que déplacé.
Alors oui, je suis fatiguée au réveil mais c’est avec entrain et avec le sourire que je vais au bureau.
Je retrouve ma collègue avec joie, on se raconte ces 15 derniers jours plein de péripéties et l’après-midi, une ancienne collègue vient pour le café.
Une journée fort peu productive mais parfaite pour une transition en douceur.

 

 

 

 

Mercredi.
Evidemment, vu que le rythme de travail n’était pas effréné hier pour ma reprise, cette fois il faut vraiment que je m’y mette.
Assise à 8h15 à mon bureau, je n’ai relevé la tête que vers 12h quand le livreur de Deliveroo a sonné pour nous apporter un délicieux repas de la Maison Geney. Au programme pour moi : lasagnes végétariennes aux légumes d’automne (courge et champignons) gratinées au chèvre.
Une dinguerie.
De quoi prendre des forces pour une après-midi tout aussi chargée.

 

 

Jeudi.
Toujours pas mal de boulot, la journée passe vite.
C’est aussi la journée des petits bonheurs sans importance mais comme ça fait longtemps qu’ils n’ont pas eu lieu, ils ont un gout particulier.
Le premier, archi futile vous en conviendrez : se mettre du vernis à ongle rouge. 3 semaines sans vernis, ça fait bizarre pour moi qui en porte quasiment tout le temps !

 

 

Deuxième petit bonheur : la reprise du sport.
Il fait froid, il fait nuit tôt, mais j’avais vraiment besoin en ce jeudi soir d’aller faire un peu d’exercice. Pas évident de reprendre le rythme, je ne cours pas très longtemps mais une bonne demi-heure plus tard, je suis fière de l’avoir fait.

 

 

 

Vendredi.
Journée de la grosse loose.
En raison d’une grève, il n’y a pas de métro, pas de tramway et 20% du réseau de bus : Gros LOL en perspective pour aller travailler.
Chéri propose de m’accompagner en voiture mais une blague n’arrivant pas sans l’autre, qui dit grève des transports dit galère internationale sur les routes. Presque 2h pour faire 5,5km. Du grand délire.

Je finis par arriver à une heure indécente et le midi, c’est la joie de découvrir que les soupes sont de retour à la cantine ! Youpi !!

Fin de journée.
Toujours pas de transports.
Et pas de Chéri qui peut venir me chercher.
Bon et bien … On rentre à pied, ça fait les cuisses !

 

 

 

Vendredi soir.
OH MY GOD.
Tellement de joie dans mon cœur.
Ca fait tellement longtemps que Chéri et moi ne nous sommes pas retrouvés tous les deux seuls à la maison pour une soirée normale (entre nous, on appelle ça les « soirées d’amour »)(je sais, ça pue la mièvrerie), que je suis extatique.
Au programme : soirée photo sur le grand écran de la télé, musique et plats indiens.
Cliché parfait.
Sans oublier un PUTAIN DE BON VERRE DE VIN parce que bon je n’ai pas bu d’alcool depuis bien avant l’Inde (c’est-à-dire JADIS) et mon foie commençait à trouver ça bizarre.

 

 

 

Samedi.
Matinée super intéressante.
Au retour du voyage, lorsque j’avais 238 machines à laver à faire, mon sèche-linge est tombé en panne. J’ai failli râler puis je me suis souvenue qu’au final, ce n’était pas très grave et qu’on pouvait largement vivre sans sèche linge.
On checke la garantie : acheté le 05/11/15. Tombé en panne le 10/11/17 .
Garantie 2 ans.
Non mais LOL.
Ne nous restent plus que les yeux pour pleurer.
Le réparateur nous propose 120€ pour la réparation (mais bien sur), du coup, on est allés en chercher un autre neuf à 150€. C’est stupide d’acheter un truc neuf pour juste un petit truc à changer mais bon, le calcul est vite fait.

 

 

 

Enfin, samedi après-midi.
Après une courte sieste, je file en ville à la bibliothèque faire une razzia de bouquins.
Il faudra d’ailleurs que je vous parle des 2 romans lus ces derniers semaines que j’ai oublié de mentionner ici. 
Pour l’heure, je crois qu’il y a comme un thème récurent dans mes envies de lecture.
Allez comprendre pourquoi !

 

 

Voilà pour cette semaine … 
Bon dimanche et prenez soin de vous ! 

 

 

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

Publicités