Au jour le jour #36

Autant vous le dire tout de suite, il n’y a pas grand-chose à retenir de cette semaine.
Quelques petits trucs par-ci par-là, des petites anecdotes de la vie quotidienne sans importance, mais rien qui ne restera dans les annales …

Si ce n’est que AH OUI QUAND MEME, attention roulement de tambour : j’ai arrêté de fumer.
Et ça, c’est peut-être un détail pour vous, mais pour moi ça veut dire beaucoup.

Du coup, ce fut une semaine assez difficile à gérer pour moi mais bon an mal an, elle est passée et je ne suis pas peu fière d’avoir réussi ce qu’il y a une semaine à peine me paraissait insurmontable.

Allez, je vous raconte tout ça !

 

 

 

Dimanche.
Après la soirée sur la plage où nous avons, COMME D’HABITUDE, trop mangé et trop bu, c’est journée diète et repos, on s’est couchés tard et levés tôt du coup, on se traine toute la journée.

 

 

 

 

Dans l’après midi, je renoue avec le plaisir de la photo.
Depuis mon stage avant l’été, je n’ai pas énormément pratiqué si bien que j’ai peur d’avoir oublié tout ce que j’avais appris. Finalement, ça revient vite … Pas évident de gérer l’autoportrait (ce n’est pas que je m’aime de folie mais je n’avais pas d’autre modèle sous la main), mais j’aime bien le résultat !

 

 

 

Lundi.
Vous ne le savez peut être pas mais je suis une grosso accro à la cigarette électronique depuis (bien trop) longtemps.
Depuis quelques semaines, être esclave de cette petite chose commençait à me peser sérieusement (je l’avais toute la journée à la main et je fumais comme une forcenée du matin au soir).

On a beau croire que c’est moins grave de fumer la cigarette électronique que la cigarette normale, je ne suis pas persuadée que cela soit sans risque, loin de là, et à mon sens c’est même encore plus addictif.

Ce qui m’a poussé à vouloir m’en débarrasser, c’est quand je me suis imaginée en Inde, à devoir fumer quelques taffes à l’arrache entre 2 avions ou entre 2 visites, à être en panne de batterie sans pouvoir la recharger, à n’avoir plus de liquide, à avoir envie de fumer sans pouvoir assouvir mon envie … Et ces images de moi qui me sont venues en tête étaient relativement consternantes.

Du coup, pour ne pas avoir à subir le manque là-bas, je me suis dit que c’était maintenant qu’il fallait s’y mettre (enfin se mettre à arrêter)
Dernière taffe dimanche soir et en ce lundi, c’est mon premier jour sans cigarette.

D’entrée, je sens que ça va être dur, au-delà du geste qui est très difficile à casser, j’ai un manque physique.
Autant vous dire que je suis d’une humeur de chacal, et si ça se passe à peu près bien au bureau car j’ai l’esprit occupé, la fin d’après-midi et la soirée à la maison sont une vraie torture … Je n’ai qu’une hâte : aller me coucher pour que cette première journée sans cigarette soit passée.

 

 

Mardi.
J’ai survécu à une première journée et j’enchaine sur la seconde, en cherchant cette fois un peu d’aide du côté de l’aromathérapie.
J’aime bien ces petites billes imprégnées d’huiles essentielles, à faire fondre dans la bouche quand l’envie devient trop pressante et difficile à gérer.
Ça évite de se ruer sur la bouffe, détail non négligeable pour ne pas finir avec 10 kilos de plus (mon angoisse du moment, j’avoue)

 

 

 

 

Mardi soir.
Vous avez été quelques-unes à me demander des nouvelles de La Chatte, très mal en point la semaine dernière à l’heure où j’écrivais la rétrospective.
Après avoir passé 4 jours entier prostrée dans un coin, sans manger et sans boire (on la forçait à boire avec une pipette)(mes bras s’en rappellent encore), elle a finalement demandé à sortir, a disparue pendant 24h (Chéri toujours très optimiste, l’imaginait partie mourir dans un coin et ne jamais revenir), avant de revenir comme si de rien n’était.
Elle va beaucoup mieux, remange et même si elle est encore gênée, semble sur la bonne voie de la guérison.

 

 

 

Mercredi.
Entre midi et 2, on va en ville avec une collègue pour une petite virée shopping.
En fait, ce fut plutôt une sortie lèches vitrines puisque, elle comme moi n’avions nullement l’intention d’acheter quoi que ce soit. Je vous avoue que depuis l’acompte pour l’Inde et le solde qu’il faudra régler à la fin du mois, je suis prise de suées dès qu’il s’agit de payer quelque chose.
Du coup, on flane, on regarde, on touche, on essaie … et on repart au boulot !

 

 

 

 

Mercredi.
Oh le texto qui donne du baume au cœur !!!
J’angoissais de ne pas recevoir mon passeport dans les temps, ou bien qu’il y ait un problème, une erreur dans le nom ou la date de naissance ou tout autre petit détail qui aurait pu compromettre le voyage.

 

 

 

Cette fois, tout est bon : passeport ok, contrat signé, acompte versé, demande de visa complétée … Y’a plus qu’à attendre le 27 octobre (gniiiii)

 

 

 

Jeudi.
Cette semaine, j’ai eu envie d’essayer de lire un nouveau genre de livre : un roman historique.
J’ai donc lu « Belle d’Amour » de Franz-Olivier Giesbert. Si j’ai bien accroché au début, je me suis assez vite lassée et perdue au milieu des longs, très longs passages et digressions historiques sur les croisades et personnages de cette époque médiévale.

J’ai en revanche aimé l’histoire de Tiphanie, dite Belle d’Amour, experte en amour, pâtisseries et chansons de troubadour, qui fut l’une des suivantes de Saint Louis et qui a participé, en première ligne, aux deux dernières croisades en Orient.
Sa vie aurait pu être un conte de fées mais tourne souvent au cauchemar. Jetée très jeune sur les chemins du royaume après la condamnation à mort de ses parents, elle est réduite en esclavage à Paris d’où elle s’échappe pour répondre à l’appel des croisés, s’embarquer vers la Terre sainte et entamer un voyage d’initiation. Grâce à ses talents de guérisseuse, elle gagnera la confiance du roi avant d’apprendre auprès de lui l’Islam, la guerre et beaucoup d’autres choses.

S’il y a une chose à retenir c’est que malgré le fait que cela se passe au Moyen Age, on a parfois l’impression de lire des choses qui pourraient se passer à notre époque : politique et religion entremêlent pendant que l’Orient et l’Occident se font la guerre au nom de Dieu. Assez flippant de voir à quel point l’Histoire se répète et à quel point ces mêmes conflits existent depuis toujours.

 

 

 

Vendredi.
Même si, en ce 5eme jour d’arrêt du tabac, ça commence à être UN PEU plus facile, j’avoue que je ne pense qu’à 2 choses : fumer (mais je me dis que je ne vais pas ruiner 5 jours d’effort donc je tiens bon) et manger (mais je me dis que si je pouvais éviter de m’empiffrer toute la journée pour compenser, ce serait mieux).
Par contre, je lutte et j’ai faim en permanence.
J’ai fait attention toute la semaine aussi ce midi, je me fais plaisir : je m’explose le bide avec une grosse assiette de frites : yummy !

 

 

Vendredi soir.
Soirée en amoureux après une semaine avec l’Ado (Ado qui après moult péripéties et arrachage de cheveux a finalement repris le chemin du lycée)(pour le moment).
On retrouve le plaisir de se retrouver tous les deux, on se détend, on profite et on rêve à notre prochain voyage.

 

 

 

 

Samedi.
Le midi, nous sommes invités chez des amis dans le Var. L’occasion de partager un repas sympa et des moments agréables mais la météo n’incitant pas vraiment à balader et à flâner dehors, on repart finalement assez tôt… juste à temps pour croiser un troupeau qui barre la route : trop drôle la vie à la campagne!

 

 

Voilà pour cette semaine ! (je vous avais prévenu que c’était pas foufou cette semaine)
Bon dimanche et prenez vous de vous ! 

 

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Publicités