Au jour le jour #32

Une rétrospective rapide aujourd’hui pour vous résumer ce petit bout de semaine avant de filer vers d’autres horizons … 

Rapide parce que pas grand chose à déclarer si ce n’est que j’ai rejoins le club très privé des trente-cinquenaires et heureux de l’être et que j’ai vécu une expérience de diète inédite … ce sera d’ailleurs les 2 seules choses que j’aborderai dans cette rétrospective, le reste n’ayant comme je vous le disais, pas grand intérêt… 

Allez je vous raconte tout ça ! 

 

 

Dimanche.
Je commence ma journée d’anniversaire par une belle séance de sport. Je n’étais pas motivée pour un sou, le début à été dur mais finalement, j’ai pris beaucoup de plaisir malgré le temps catastrophique. Voyons le côté positif … L’avantage, c’est que courir sous la pluie permet d’éviter la grosse chaleur et les quelques gouttes venues me rafraichir étaient plus que bienvenues.
35 ans = 35 minutes de course, je suis fière de moi!

Après la pluie, le vent (et mon désespoir qui s’accroit de minute en minute)(il n’a pas plu depuis 1 mois mais juste AUJOURD’HUI c’est la merde), je suis un peu déçue à l’idée de recevoir tout le monde sous un ciel aussi capricieux.
Je suis une fille de l’été moi! Et à mon anniversaire il fait beau, c’est comme ça depuis 35 ans et pas de raison que ça change aujourd’hui ! Non mais ! 

 

J’enfile une robe jaune histoire de convoquer le soleil et ça marche, il se lève enfin et très vite, les températures montent en flèche … Ah enfin un vrai 6 août ! 

 

 

 

Ma famille arrive en fin de matinée pour fêter l’événement.
Ma sœur, comme à son habitude, a fait les choses en grand et me gâte comme une princesse. 

Un magnifique paquet décoré avec soin (mais dont j’ai lamentablement loupé la photo) contenant des dizaines de petits paquets, eux aussi très soignés, qui cachent des cosmétiques maison entièrement fait de ses mains : shampoings solides, sérums, crème hydratante, savon pour les mains, déodorant, gel douche … 
Au top la soeur ! 

Pour parfaire le chouchoutage, ma mère m’offre un coffret avec un soin bien être au choix … à utiliser après mon épreuve pour me remettre de mes émotions! Trop chouette d’avoir 35 ans !  

 

On mange, on discute, je bois (il faut bien fêter l’événement) puis arrive l’heure du gâteau. 

J’avais choisi un vacherin, un truc frais et j’ai bien fait vu la température redevenue caniculaire.
J’avais commandé le truc chez un des meilleurs pâtissiers du coin et en ouvrant la boite, ces cons ont écrit « Joyeux Anniversaire Laurine » sur le machin en pâte d’amande.
Ce qui m’a 1. obligée à gratter le N pour ne pas gâcher ma photo et 2. donné des envies de meurtre.
#lesproblemes 

Non mais c’est pas faute de leur avoir épeler mon prénom 2 fois : L.A.U.R.I.E)(<– vous avez vu un N quelque part ?) NON MAIS.

 

 

La journée se termine tranquillement, on est tous un peu repus et comateux…  et alors que j’avais vaguement fantasmé sur l’idée d’enchaîner sur une soirée en amoureux, on décide finalement de la jouer soft et de rester tranquille. La soirée attendra, on s’en fout de la date précise après tout!
On a déjà bien fêté ça et c’est bien mieux de se reposer un peu avant la reprise du boulot (je suis une mamie encore plus qu’avant, que voulez vous)

 

 

Mardi.

Drôle d’expérience que celle que j’ai vécu mardi.
Après les excès d’anniversaire du week-end dernier, j’ai eu envie de me purifier et d’accorder à mon corps un petit repos digestif.

J’ai toujours été attirée par le jeûne mais ayant eu, dans un passé pas si lointain des antécédents de TCA, la pratique m’a toujours fait un peu peur.

En effet, la privation, même si elle est volontairement choisie et limitée à un temps très court – une journée en l’occurrence – a toujours entrainé chez moi des conséquences néfastes.
Autrement dit : je bouffe deux fois plus avant en prévision et 2 fois plus après en récompense.

Malgré tout, ça a toujours trotté dans un coin de ma tête.
D’une part parce que le jeûne est une thérapie ancestrale, pratiqué dans toutes les cultures à travers le monde et à toutes les époques (c’est pas pour rien) et recommandé toutes les médecines alternatives auxquelles j’adhère, et d’autre part parce que l’idée de laisser mon corps se reposer était assez séduisante.

L’occasion a fait le laron puisque je suis tombée sur une vente privée Dietox, ce qui m’a permis de tester à un coût minime (Autrement, j’avoue que c’est EXCESSIVEMENT cher et je ne l’aurai pas fait – en tout cas pas avec cette formule).

OK. Comme me l’a très justement fait remarqué Maman Rose, on est loin de la thérapie ancestrale dont je parlais juste au dessus vu ces petites bouteilles mignonnes mais markertées à mort.
Mais, cette expérience de jeûne m’a justement parue intéressante car il s’agit d’un jeune partiel (seul les jus sont autorisés). Il y a donc quand même un apport calorique (1000 kcal dans la journée environ) ce qui permet de ne pas tourner de l’oeil et d’être un peu rassurant.

Pour tout vous dire, tout cela a plutôt mal commencé puisque la veille au soir, saisie d’une légère angoisse en me disant que je ne mangerai rien jusqu’au surlendemain midi, j’ai mangé plus que de raison histoire de bien me donner mal au bide (le truc débile par excellence, mais que voulez vous, on ne se refait pas)

Le jour J, dès le réveil, je pense que je ne vais pas manger jusqu’au lendemain et rebelotte : je suis obsédée par la bouffe (alors que je ne prends pas de petit déjeuner d’habitude et je tiens sans problème jusqu’à midi mais là tout à coup, c’était angoissant)

Le premier jus se prend entre 8h et 10h, il faut le boire tranquillement, prendre son temps, le déguster aussi je lutte contre moi-même pour pas le descendre en 2 gorgées. C’est bon, frais, ça fait du bien mais j’attends quand même le deuxième avec impatience.
Celui-ci n’arrivera qu’entre 10h et midi, et sera très appréciable aussi.

Vers 11h30, je commence à avoir sérieusement la dalle, à avoir froid, à bailler sans arrêt et à être de mauvaise humeur.

Une sensation pas très agréable mais qui passe assez vite, je bois du thé, on rigole avec les collègues … c’est vite oublié !

A 13h30, place au troisième jus qui remplace le repas de midi, c’est comme une sorte de gazpacho.
Ce sera le plus dur, je crois, d’autant que mes collègues mangent un bon petit plat fait maison amené par l’une d’entre elles, ça sent les épices et le lait de coco dans le bureau, je fais des flaques tellement je salive.

Je me force à boire lentement et ne pas finir sur une petite note sucrée me manque, ne serait-ce qu’un fruit ou autre.

Dans l’après midi, un petit jus entre 16h et 18h permet de tenir jusqu’au repas du soir mais j’avoue que la bouffe recommence à devenir une obsession. J’ai envie de tout… sauf de jus évidemment. 

Ce qui est assez amusant tout de même, c’est de voir que tout cela est purement mental. En réalité, si j’écoute mon corps, je me rends compte que je n’ai pas faim mais j’ai juste envie de manger (Manger solide, chaud et salé, tout le contraire de ce que j’ai sous la main)

 

Le soir, avant-dernier jus en guise de repas du soir, puis le dernier avant le coucher mais il ne me plait pas du tout j’en bois seulement 2 petites gorgées avant d’aller au lit : plus vite je dormirai, plus vite cette journée sera passée !

Je dors étonnamment bien et d’un sommeil de plomb. Mon corps est sans doute plus fatigué qu’à l’accoutumée, j’ai même besoin du réveil pour me sortir du lit, le truc improbable qui n’arrive pratiquement jamais.

Par contre, je me sens très bien : légère, tonique et aucune sensation de faim.

Avec Chéri, qui faisait lui aussi l’expérience, on envisage sérieusement l’éventualité d’enchaîner un deuxième jour … Sans les jus cette fois puisqu’il n’y en a plus mais seulement avec de l’eau.
Une idée que je laisserai finalement tomber, jugeant le moment pas très opportun, j’ai peur que cela fatigue mon corps plus que de raison avant le trek de ce week end.

Au bilan de cette journée, je dirai que l’expérience a été intéressante, mais assez éprouvante. Je le déconseillerai aux personnes qui ont des problèmes avec la nourriture car la bouffe peut vite devenir une obsession.

Sur la balance, 1 kilo et demi de perdu, mais n’oublions pas que c’est une fausse perte de poids et que le kilo va revenir sans doute aussi vite qu’il est parti quand je vais à nouveau m’alimenter de manière normale.

Je suis assez contente d’avoir tenu le coup, et dans tout ce que j’ai pu lire sur le jeûne, tout le monde s’accorde à dire que la première journée est la pire.
J’imagine que c’est assez vrai vu l’état de bien être dans lequel je me suis réveillée le deuxième jour. Je crois que je retenterai l’expérience, cette fois sur 3 jours, puisque passé le cap de cette première journée, le corps s’habitude et c’est beaucoup plus gérable !

 

 

Mercredi.
Pour fêter ma reprise de l’alimentation, je m’offre un love bowl espagnol de chez Green love : que du frais, du bon, du vegan … Je mange lentement, je déguste – c’est bon de manger putain – mais la satiété arrive vite, aucune place pour engloutir tout ça et je zappe de moi même le déssert … On reprend en douceur ! 

 

 

 

 

Jeudi et Vendredi.
Au travail, j’avoue que c’est assez détendu du string et on a une productivité impressionnante en terme de vidéos et photos snapchat. 
Ce sont les dernières journées de boulot avant un long week-end et avant de prendre la route dans quelques heures – direction les Hautes Alpes pour un tête à tête avec moi même…

 

 

 

Un nouveau défi m’attend dès demain matin, un challenge, les chocottes un peu aussi, j’ai peur de tout : de me perdre, d’avoir mal, d’avoir faim, d’avoir de mauvaises surprises, de mon sac trop lourd, d’avoir oublié des choses, d’avoir pris trop de trucs …
On ne dirait pas comme ça mais en fait, sous la peur se cache une bonne adrénaline qui motive !

J’essaierai de poster quelques photos et vidéos sur Instagram si le réseau me le permet sinon … la suite au prochain épisode évidemment …


Voilà pour cette semaine ! 
Bon week end et prenez soin de vous !

Publicités