Au jour le jour #21

Me voici de retour pour la traditionnelle rétrospective du dimanche !
Mais oui, vous savez, la retrospective où il ne se passe rien mais que j’arrive quand même à remplir avec du vent (on a les qualités qu’on mérite)
Donc !
Cette semaine … Et bien elle a été particulièrement bizarre et pleine de trucs de la loose… Entre des déboires avec mon téléphone qui prend feu, une mauvaise nouvelle au bureau, une voiture explosée par l’Ado, un mariage et la chenille qui redémarre (#killme), j’ai passé mon temps à courir partout et ce ne fut pas de tout repos.
Allez,  je vous raconte tout ça …

 

Samedi et dimanche.
Je vous ai déjà raconté le week-end dernier, passé en compagnie de Maman Rose et L’atmosphérique Marie Kléber dans cet article, aussi, je vous invite à aller le lire si toutefois vous l’aviez raté.
Vous pouvez également lire la version bien plus poétique de Marie en cliquant ici, et peut être qu’un jour Maman Rose nous livrera également sa version des faits.
(et pardon de vous remettre encore cette photo vue 1000 fois mais je l’adore tellement ❤ )

 

 

Lundi.
C’est le retour au boulot. Et une mauvaise nouvelle nous met le moral à plat.
Dur dur d’enchainer après ce petit coup de massue mais bon, après ces quelques jours sans travailler, y’a de quoi ce changer les idées et penser à autre chose.

 

Mardi.
J’ai un problème avec mon téléphone (que Chéri m’a offert à Noel –> No comment) : depuis quelques temps, la batterie se décharge à la vitesse grand V et au bout d’une heure ou deux, je suis à plat.
Grosse loose.
Aussi, je me trimballe toujours avec mon chargeur, sauf ce jour là où je l’ai oublié à la maison.
Résultat, je suis à sec dès le milieu de la matinée et je passe la journée sans téléphone. Une expérience intéressante qui me permet de me rendre compte à quel point je suis accro (je n’en suis pas fière mais c’est bel et bien la réalité).

 

Le soir, en prévision de la nuit du lendemain qui s’annonce longue et alors qu’il ne fait même pas encore nuit, on se couche super tôt avec un bon bouquin : un des meilleurs programmes qui soit.

 

 

Mercredi.
Dernière journée au bureau de la semaine et on peut dire que l’ambiance est détendue. En fait, alors que ma collègue trime comme 4, de mon côté, j’expédie 2 ou 3 trucs urgents avant ce long week-end puis j’avoue que je ne fais pas grand chose.
J’en veux pour preuve que quand elle débarque dans mon bureau pour me demander sur quel dossier je suis en train de travailler, je lui répond « sur mes sourcils ».
Jamais vu des yeux s’écarquiller autant avant d’éclater de rire.

 

 

 

Entre midi et deux, je m’éclipse du bureau pour aller faire changer la batterie de mon téléphone dans une boutique de réparation. C’est fait en 2 minutes chrono, je suis trop contente et heureuse de la vie. J’ai de nouveau un téléphone qui marche niquel !

Etant en ville, j’en profite pour aller chez Naf Naf car le soir, on est de mariage mais je n’ai rien à me mettre.
Les 2 du fond qui suivent me diront « MAIS … Tu as acheté une sublime robe jaune The Kooples il y a quelques temps pour cette occasion?! Tu nous l’avais même montrée ici« 

Je vous répondrai que c’est exact MAIS que la robe ne me va pas particulièrement (en fait, elle me fait un gros cul et je suis mal à l’aise dedans).

Du coup, j’étais bien embetée et les 3600 autres robes de mon dressing n’ont pas réussi à me séduire. En plus, il y a des des promos chez Naf Naf et je flashe sur une petite robe couleur PQ (voir plus  bas) qui sera parfaite pour l’occasion.

 

 

Toujours Mercredi.
Ah tiens, ça fait longtemps que je ne vous ai pas parlé de l’Ado… Non content de ne rien branler à 3 semaines du bac (et de nous faire la gueule, ça change pas), il prend apparement ma voiture quand il n’y a personne à la maison pour s’entraîner à conduire avec ses copains dans l’allée et faire des manœuvres … Sauf que, Chéri rentre plus tôt que prévu, trouve son fils dans la voiture en plein milieu de l’allée, ce dernier panique, enclenche la marche arrière et essaie de remettre la voiture à sa place à toute vitesse : inutile de préciser qu’il n’a pas son permis, obviously.
Ma voiture est donc défoncée et je me retiens de ne pas lui infliger d’atroces souffrances.

 

 

Le soir, avant de partir au mariage, je branche mon téléphone avec sa toute nouvelle batterie et là (je vous JURE que c’est vrai, je ne fais pas ma Marseillaise) : LE TELEPHONE PREND FEU  !
Heureusement que j’étais à côté et que j’ai vu de la fumée qui s’échappait, j’ai pu ainsi le débrancher illico et éviter une horreur mais le téléphone est brulant, fusillé et ne répond plus de rien.
Il lui faudra plusieurs heures avant de retrouver une température normale, mais évidemment, il ne s’allume plus (un téléphone garanti 6 mois acheté en Novembre soit 7 mois -_- )

 

 

Pas le temps de s’en occuper, on verra ça demain, pour l’heure, nous sommes de mariage.
Comment vous expliquer la soirée que nous avons passé ?
Déjà, il y avait la cousine d’un de mes ex dans les 200 personnes de l’assemblée, on a passé la soirée à faire genre « on s’est pas vues » ou « tu me dis vaguement quelque chose mais qui es tu ? » et ça m’a légèrement donné envie de mourir.
Mais ce n’était pas le pire.
Le pire, c’était que ce mariage était exactement tout ce que je déteste et ce que je ne voudrais faire sous aucun prétexte si d’aventure un homme serait assez fou pour accepter de me passer la bague au doigt.
Je ne juge pas hein, chacun fait comme il veut et si ça rend les gens heureux de faire ça, tant mieux, mais disons que ce n’était PAS DU TOUT mon truc.
Cerise sur le gateau, personne ne buvait à ma table, si bien que je ne pouvais décemment pas me siphonner les bouteilles toute seule, aussi je suis restée sobre et à jeun, j’ai du subir les assauts d’une chenille particulièrement excitée et sautillante. 
Le tout sans pouvoir me réfugier et trouver du réconfort dans les méandres virtuels puisque mon téléphone était toujours à une température de 2000°c.
Best day ever.

 

 

Jeudi.
14h : Après m’être remise de mes émotions de la veille, je retourne à la boutique de réparation pour leur expliquer comment ils ont niqué mon téléphone avec leur batterie pourrie fabriquée par des ouvriers chinois sous payés.
Ecarquillent d’yeux (là aussi), des « ça ne nous est jamais arrivé en 15 ans«  (mais bien sur, fallait que ça tombe sur moi), et là, stupeur : aucune trace de brulé dans mon téléphone.
Ils me disent que c’est impossible que ça ait brulé (genre, j’ai inventé la fumée qui est sortie) et que tous les composants sont en état de marche.
Mais … le téléphone non et ils ne savent pas pourquoi.
-_-
Bref, ils m’embrouillent bien le cerveau, et je repars sans téléphone puisqu’ils ne savent pas d’ou ça vient et ne peuvent rien faire. Je me fais engueuler par Chéri qui dit que je me suis laissée faire par une bande d’escrocs, je l’engueule parce que je lui dis qu’il n’avait qu’à venir avec moi si c’est pour me faire des reproches après, je suis comme une drogué sous sevrage. Et j’ai les nerfs quand même.

18h : en fait, c’est une expérience intéressante. Je pourrai vivre sans téléphone, ce serait bien. Je serai genre trop originale et en décalage avec le monde. Ca me donnerait un petit côté rebelle de la société qui me plairait bien.

 

20h : Bon … ça suffit. J’installe toutes les applications vitales (Facebook et Instagram) sur le téléphone de Chéri histoire de voir si j’ai loupé quelque chose de grave.

20h15 : je n’ai rien loupé, en fait je peux m’en passer trop facilement. J’envoie juste 2 ou 3 messages, quand même histoire de continuer à avoir une vie sociale et je replonge dans la déconnexion (aka la vraie vie)

 

 

Vendredi.
Ok, le sevrage a assez duré. Je vais en acheter un autre d’occasion et cette petite blague m’aura coutée 200 euros.
Génial.
En fin de mois, juste après avoir fait du shopping et avoir acheté un nouvel objectif pour mon appareil photo, c’est tout ce dont j’avais besoin.

 

 

Preuve que cette dépense inopinée m’a légèrement stressée, l’après midi je suis prise d’une grande frénésie de rangement et de tri dans ma penderie.
3 sacs poubelles sont pleins et prêts de trucs à être donnés ou jetés selon l’état. Ca fait du bien !

 

Le soir, l’Ado part chez sa mère. Cette semaine ayant été relative difficile et tendue (l’épisode de la voiture n’a rien arrangé à une ambiance qui même sans ça, n’est pas particulièrement chaleureuse). Dès qu’il passe la porte, on attaque l’apéro et on se détend en amoureux.

 

Samedi.
Programme habituel du samedi à savoir les corvées du week-end avec cette fois, une petite nouveauté tout de même, le premier bain de soleil et bain tout court dans la piscine, lecture au soleil et peaufinage de bronzage !

 

Une rétrospective sans bouffe ne serait pas une vraie retrospective aussi, comme je n’ai photographié aucun plat cette semaine (incroyable mais vrai), je vous montre les petites nouveautés Vegan trouvées au Géant Casino de la Valentine : un foccacia, une piadina, et une espèce de mayonnaise : Mioum !

 

 

La foccacia et la piadina sont au Mopur, un truc que je ne connaissais pas du tout, et qui est en fait un produit dérivé du blé avec un procédé de fermentation naturelle. Ca donne au produit une structure  micro-fibrillaire (c’est pas de moi hein, j’ai fait des recherches) qui le fait ressembler à la fibre de la viande d’un filet ou un steak. La teneur en protéines reste à des valeurs élevées et il n’y a pas du tout de cholestérol. L’aspect est top, le goût aussi (même si évidement, ce n’est PAS du jambon), je suis fan du Mopur !

 

Enfin samedi soir.
Tenue décontract’, petite salade, une panna Cotta végétale au lait de coco agar-agarisé (?) au coulis de fraise, et The Voice qu’on a pas regardé depuis 120 000 ans mais qui, en fait, ne nous amuse plus tellement.

Voilà pour cette semaine !
La semaine prochaine, la semaine s’annonce chargée au bureau mais on part faire les fofolles à Paris avec mes collègues de travail, le temps d’une journée et d’une soirée, ça promet d’être quelque chose.
#staytuned
Bon dimanche et prenez soin de vous ! 

 

Publicités