Escapade à Florence – Jour 2

1ère journée à retrouver ici.

Réveillés tôt, sous un grand ciel bleu, on se prépare et on sort rapidement pour être à l’ouverture de la Galerie des Offices, un des musées les plus importants de la ville.
(Attention, avalanche de photos en perspective !)

 

Sur le trajet qui mène au musée, nous sommes tombés sans le savoir sur une fête traditionnelle qui a lieu chaque dimanche de Pâques : le Scoppio del Carro. Une procession suit un char à travers la ville puis, à la fin de la messe, une fusée en forme de colombe déclenche l’explosion du char.

 

Nous n’avons pas assisté à la cérémonie complète, il y avait déjà du monde à 8h30 du matin alors que la cérémonie était prévue pour 11h, mais seulement le défilé en costumes traditionnels, lancers de drapeaux (et d’autres trucs qu’on ne comprenait pas vraiment mais ça criait en Italien 😉 )

 

Nous arrivons finalement plus tard que prévu à la Galerie des Offices (Galleria degli Uffizi). Ce palais florentin abrite un musée qui est l’un des plus célèbres au monde. C’est un peu l’équivalent de notre Louvre Parisien, en quelque sorte.

 

 

A l’intérieur, outre un monde FOU, on trouve un grand nombre de tableaux célèbres, la Naissance de Vénus ou Le Printemps de Botticelli …

 

La Méduse du Caravage …
(Avec en exclusivité une photo de Chéri qui est le seul mec du monde à regarder derrière les tableaux)

 

L’Annonciation de Léonard de Vinci

 

et autres tableaux tout aussi saisissants de beauté, des Titien, Raphael, Michel-Ange, Giotto etc etc … Sans oublier les sculptures !

 
 

Le temps fort de cette visite, pour moi, a été la présentation de la restauration de l’Adoration des Mages, un tableau inachevé de Léonard de Vinci. J’ai été scotchée à la fois devant l’œuvre et devant le travail de restauration exceptionnel qui a été fait. Les explications de Chéri (lui-même restaurateur de tableaux) étant de plus particulièrement passionnantes et enrichissantes et nous sommes restés un long moment dans la pièce, à admirer l’oeuvre.
Le côté non fini apporte une âme supplémentaire au tableau que je ne saurai vous décrire … mais il s’en dégage beaucoup d’émotions !

 
 

On sort du musée en fin de matinée.
Direction le Ponte Vecchio, véritable emblème de la ville.
Haut lieu de la joaillerie et orfèvrerie de luxe, il traverse le fleuve Arno à son point le plus étroit. Ses boutiques étaient initialement occupées par des bouchers, des tripiers et des tanneurs, bientôt remplacées, en 1593, par la volonté de Ferdinand Ier de Médicis qui n’en supportait pas les odeurs fétides par celles des joailliers et bijoutiers. Aujourd’hui malheureusement, beaucoup de boutiques attrape-touristes et rien de bien fidèle à sa fonction d’origine.

 

 

Après une grosse demi-heure de marche (ce n’est pas loin mais la foule compacte rend la progression plutôt difficile !), nous arrivons au Palazzo Pitti, un immense palais de style Renaissance racheté en 1549 par la famille Médicis et devient la résidence principale des familles régnantes du grand-duché de Toscane.

 

Nous y avons visité la Galerie Palatine qui contient des œuvres de Raphaël, du Titien, du Corrège, de Rubens. Elle conserve encore le caractère d’une collection privée et les œuvres d’art sont présentées et disposées comme elles l’auraient été dans les salles d’apparat auxquelles elles étaient destinées plutôt qu’en suivant une séquence chronologique, ou selon les écoles auxquelles appartiennent les tableaux. (autrement dit, c’est un peu en vrac et très chargé !)

 

Puis les appartements royaux, un ensemble de quatorze pièces, utilisées autrefois par la famille Médicis et par leurs successeurs.

 

Un détail juste hallucinant : ici ce ne sont pas des bas-reliefs sculptés mais des grisailles en trompe l’oeil (une technique qui consiste à n’utiliser que des nuances d’une même couleur afin d’imiter le marbre, la pierre, le bronze)
-_-

 

Nous sommes débouts et nous marchons depuis des heures, la fatigue commence à se faire sentir en ce début d’après-midi … Aussi Chéri jette l’éponge et m’attend pendant que je découvre le jardin de Boboli (Giardino di Boboli) adjacent au palais Pitti, remarquable non seulement pour sa valeur historique et ses paysages, mais aussi pour sa collection de sculptures romaines et florentines des XVIe et XVIIe siècles.
Superbe mais immense !!! (Et l’air de rien, je fatigue un peu moi aussi !)

 

On retourne à pied dans le centre historique où une pause cappuccino est plus que nécessaire.
Il est presque 16h, il y a un monde fou dans la ville, il fait très chaud et on marche depuis ce matin sans avoir pris de pause déjeuner.

 

Sur le chemin, une petite glace chez Venchi, un des meilleurs glaciers de la ville, nous donnera quelques forces avant de rentrer à l’appartement vers 17h.

 

On se pose un peu (que ça fait du bien !) avant de repartir en quête d’un restaurant.
Cette fois, on a jeté notre dévolu sur l’osteria Il Gato e la Volpe, lui aussi conseillé par le Guide du Routard.

 

On mange des pâtes (ça change !), aux champignons pour moi, à la tomate pour Chéri (non sans s’échanger les assiettes à mi-plat pour tout gouter !).

 

Avant d’aller se coucher, une deuxième glace à la main, on part faire des photos de nuit : le Ponte Vecchio, les rues, le Dôme … tout prend un air encore plus magique sous ces lumières …

 

 

Pour prolonger le plaisir, on s’arrête devant la Galerie des Offices pour écouter un violoniste de rue qui joue divinement bien. Dans ce décor, la musique est sublimée. Je me vois assisse par terre ici, dans une des plus belles villes du monde, avec mon amoureux, une magnifique journée passée, des souvenirs qui se gravent dans nos têtes … et tout ça ressemble vaguement à du bonheur….

 



En conclusion, encore une magnifique journée, bien remplie c’est le moins que l’on puisse dire, et c’est avec des étoiles plein les yeux que nous nous endormons, avec l’impatience d’en découvrir encore plus dès le lendemain  …

 

Publicités