Escapade à Florence – Jour 1

Alors, alors … Et si je vous racontais plus en détails notre mini-séjour à Florence ?
Ce serait pas chouette ça ?

Ce premier volet sera surtout consacré à la première demi-journée sur place et plus particulièrement aux infos pratiques qui peuvent être utiles si d’aventure une escapade dans la ville vous intéresse …
Autrement dit : ça ne sera pas la partie la plus intéressante ^^ … d’autant que les photos sous la grisaille sont les moins jolies du séjour !

Donc, comme je vous le disais dans cette rétrospective, nous sommes partis le samedi matin de bonne heure en voiture.
Officiellement, à partir de Marseille, il y a 7h de route pour 630km.
Officieusement, avec les arrêts et repos nécessaires, ainsi que les très probables bouchons tout au long de la route, il faut compter beaucoup plus (8h30 à l’aller / plus de 11h au retour!!)

L’autoroute italienne, à partir de la frontière, n’est qu’à 2 voies et sans bande d’arrêt d’urgence. Aussi, si par malheur il y a un accident devant vous, ou tout simplement un trafic chargé, vous risquez d’être empêtrés dans un bouchon de plusieurs kilomètres sans avoir d’autre choix que de prendre votre mal en patience.

Je pense que si nous étions amenés à y retourner, on opterait sans hésiter pour le train ou l’avion, mais pas la voiture – beaucoup de fatigue et de dépenses pour pas grand-chose.

Bref, c’est finalement le samedi en début d’après-midi que nous sommes arrivés à l’appartement que nous avions loué sur Booking.
Nous avions auparavant déposé la voiture à un parking réservé via la propriétaire de l’appart pour 25€ par nuit.

Nous étions le week-end de Pâques et nous avons réservé tard aussi je n’ai pas eu trop le choix dans un rapport qualité / prix correct. Tout était soit affreusement cher, soit très excentré, soit pas disponible. Finalement, j’ai trouvé cette petite perle à 10 minutes à pied du centre, pour 110€ la nuit, et le côté appartement me séduisait bien plus qu’un hôtel.

 


Photos Booking.com

Même si nous n’avons pas pris de repas à l’appart, la possibilité de se faire un café / un thé, de prendre le petit déjeuner, de stocker des choses au frigo et d’avoir un espace de vie plus grand qu’une simple chambre d’hôtel était plutôt agréable.

J’ai donc choisi l’appartement Pietrapiana (vous pouvez voir les photos en cliquant sur le nom) situé dans la rue du même nom, et comme je le disais à 10 minutes à pied du centre historique et touristique.

L’appartement était agréable, seule la salle de bain, un peu étroite et PAS DU TOUT fonctionnelle laisser un peu à désirer mais tout était propre, net, et quasi neuf.

 

La chambre en mezzanine était confortable, le lit au top, et le petit plus : des petites attentions laissées par la propriétaire : un énorme œuf en chocolat Lindt (Pâques oblige), quelques boissons dans le frigo (soda, eau et limoncello … ), tout le nécessaire pour le petit déjeuner, et même se faire un repas (pâtes, sauces, condiments … of course!), ainsi que le nécessaire de toilette, des guides sur la ville, et plein d’autres petites choses qui rendent les lieux moins impersonnels.

 

Le temps de laisser les affaires, nous voilà partis pour explorer la ville et nos pas nous mènent directement sur la place du Dôme.

Cette place est devenue le cœur religieux de la ville depuis la construction au XIIIe siècle de la cathédrale Santa Maria del Fiore, du campanile de Giotto et du célèbre dôme du XVe siècle de l’architecte Filippo Brunelleschi, le plus grand du monde qui avec ses 43 m de diamètre marque le début de l’architecture Renaissance.

 

Comme je le disais en intro, la météo n’était pas au top, mais pour un premier contact, la magie opère déjà.

 

La première des choses que nous avons faite est d’aller acheter la Firenze Card.

Une carte donnant accès à 72 musées en coupe-file (collections permanentes et expos temporaires) pendant 72 heures, le wifi public gratuit dans les monuments et musées, et l’accès aux transports en commun (que nous n’avons finalement jamais utilisés vu que la ville est très concentrée et tout se fait à pied facilement).

La carte coûte 72€, une somme quand même conséquente mais à mon sens vite amortie (surtout si vous faites beaucoup de musées évidemment) et surtout, aucun regret quand je vois le temps d’attente que l’on a économisé à chaque entrée (A chaque fois, il y avait entre 30 minutes et 2h de queue, uniquement pour acheter des billets d’entrée)

Seule la visite du Dôme reste sur réservation même avec la Firenze Card et un conseil, ne faites pas comme nous, pensez à réserver aussitôt la carte achetée car selon les périodes, il y a plusieurs jours d’attente (pour nous, ce sera une prochaine fois malheureusement car nous avons tardé à réserver et n’avons pas pu avoir des billets avant notre départ).

La carte s’achète soit : à la Fondatione Palazzo Strozzi, au Palazzio Vecchio, à la Galleria degli Uffizzi (Galerie des Offices), à la basilica e museo di Santa Maria Novella.

(bizarrement, elle ne s’achète pas au point d’info touristique située sur la place du Dôme, à côté du Baptistère).

 

Pour réserver la visite du Dôme, il faudra vous rendre au numéro 7 de la Piazza San Giovanni (derrière le Dôme), vous munir d’un ticket auprès des guichetiers puis réserver aux bornes automatiques le créneau qui vous convient. Encore une fois, ne tardez pas, pour nous c’était râpé.

 

 

Une fois cette carte achetée, nous avons visité la Fondatione Palazzo Strozzi, un autre bâtiment chef d’œuvre de la Renaissance, où avait lieu une expo de l’artiste contemporain Bill Viola. Et clairement, à part perdre du temps (et m’énerver un peu), cette expo n’a servie à rien.
Sauf bien sur si vous êtes fans d’art contemporain (genre une vidéo où il ne se passe rien pendant 3h et où des gens marchent dans une forêt : WTF).
On a vite déserté l’endroit car ce n’est pas vraiment le genre d' »art » qu’on est venu voir à Florence.

 

Cadeau : Les meufs qui filment un film où il ne se passe rien … lol

 

 

On décide de continuer de découvrir la ville à pied et de se concentrer sur les musées dès le demain (de toute façon il était déjà l’heure de la fermeture) et nous voilà sur la Piazza della Signoria (place de la Seigneurie), un important lieu de réunion publique des Florentins où ont eu lieu de nombreuses festivités populaires, des fêtes somptueuses, des révolutions… Elle représente le cœur politique historique de Florence et est ornée partout de magnifiques sculptures en marbre et en bronze dont la réplique du célèbre David de Michel-Ange (le vrai, ce sera pour plus tard)

 

 

Un peu crevés par la route, nous rentrons à l’appartement, le temps de prendre une douche, se reposer une petite demi-heure, checker les restaurants pas trop loin et nous voilà ressortis affamés.

 

Malgré quelques trucs sympas dans la rue Pietrapiana où nous étions – une ruelle à la fois calme mais animée de quelques bars/restaurants/commerces – nous avons choisi la trattoria Aquacotta, conseillée par le guide du Routard, situé à 2 rues de « chez nous », au 51 Via dei Pilastri, exactement.

Un restaurant tenu par des femmes est l’un des plus typiques du quartier avec des plats élaborés avec des produits locaux de première qualité. 

 

En entrée, j’ai opté pour des asperges gratinées au parmesan et mon homme une terrine de légumes à la sauce fromage (#teamfromageforever)
En plat principal, ce sera des pâtes (évidemment) aux légumes et palourdes, et spaghettis aux fruits de mer pour lui.
Le tout arrosé de chianti, of course.

C’était délicieux mais plus de place pour le dessert…  Moi qui rêvait d’un tiramisu ou d’une glace, il faudra attendre la prochaine fois !

C’est déjà la fin de ce premier contact à Florence, une ville qui déjà, nous a séduit.

On se couche déjà impatients d’en découvrir plus, d’autant que le lendemain, un magnifique programme (bien chargé) nous attend, et une météo estivale viendra sublimer tout ça ! 

Publicités