Au jour le jour #16

Buongiorno a tutti ! 

Me voilà de retour après une semaine aussi longue que chargée et aussi belle que fatigante. 

Le temps fort, évidemment, ce sont les 3 jours à Florence, qui pour un premier contact avec l’Italie ont été un véritable coup de foudre. 

J’y reviendrai plus en détails dans des articles à part, certainement un article par journée passée sur place, car il s’est passé tellement de choses (et j’ai pris tellement de photos) que tout cela mérite évidemment bien plus qu’un petit encart dans la restrospective. 

Aussi, je me contenterai de survoler ça pour l’instant, pour mieux y revenir plus tard …

 

Samedi.
Levée à 5h, départ à 6h, on récupère des covoitureurs sur Marseille et on prend la route ! Après  quelques haltes, on arrive à Florence en début d’après-midi. La circulation est intense, le GPS fait n’importe quoi, ce sera l’occasion de se disputer pour un rien … ça part fort !
Chéri, qui retrouve ses racines italiennes, lance des « va fan culo » à tout bout de champ (les italiens conduisent vraiment comme des fous, il faut le dire).
Ambiance.

On finit par trouver le parking et, comme par magie, on relâche la pression et on se détend …
Le temps de poser les affaires à l’appart loué sur Booking, on part explorer la ville en sautillant d’excitation. Le temps n’est pas terrible mais la magie opère quand même.
Chéri redécouvre la ville dans laquelle il a fait ses études et prend plaisir à me faire découvrir ces lieux qu’il connait (presque) comme sa poche. 
On rentre à l’appartement en fin d’après-midi, on se repose un peu, une douche et nous voilà reparti au resto. 

 

Dimanche
Visites, visites et re-visites.
Voilà comment résumer cette journée et é
videmment, j’y reviendrai plus en détail tant elle a été chargée. Le soir, encore un bon petit resto, un tour dans la ville pour faire des photos de nuit… avant une grosse nuit de sommeil bien méritée (l’iPhone indique plus de 20km à pied!!)(et forcement, ça use les souliers)(ok, c’était nul)

 

Lundi.
Encore des visites toute la matinée (étonnant tiens!)
L’après-midi, ce sera emplettes (de pâtes, what else ?), puis un apéro au Spritz à 17h (en culpabilisant un peu mais en se disant que bon, ça va, c’est les vacances) avant le dernier resto Italien. 

 

Mardi.
Je me réveille un peu plus tôt que Chéri, aussi je me prépare discrètement et je m’échappe pour aller faire un petit tour au marché qui est en train de s’installer à 2 rues de notre appartement. Je fais un petit tour, je fais rire tout le monde en essayant de demander des trucs alors que je ne parle pas un mot d’italien, je fais quelques achats … puis pour prolonger le plaisir de la dolce vita italienne, petite pause Cappucino con latte di mardorla e pistacchio.… aucun touriste à cette heure ci, ça grouille, ça crie, ça rigole autour du café du matin … j’écoute, je regarde, je respire … je veux rester ici !!!!

 

Le retour sera long et la route embouteillée et chargée, il nous faudra près de 11h de route pour regagner notre chez nous. Dans les bouchons, pour passer le temps, et parce que c’était ça ou se pourrir la gueule tellement on était sur les nerfs, on improvise une session Karaoké sur Joe Dassin, Dalida, et autre tubes bien old-school … La base.

 

 

Mercredi.
Je ne me féliciterai jamais assez d’avoir eu cette intuition, quelques heures à peine avant de quitter le bureau, de poser un jour de congés supplémentaire malgré le fait qu’on soit rentrés.
On ne peut pas dire qu’il m’ait servi à me reposer mais c’était plutôt chouette d’avoir une transition avant de repartir travailler. 

Au programme, rangement des affaires, lessive, course à pied … puis un déjeuner sur la terrasse au soleil, tomates / mozza pour rester dans le thème … 

 

L’après-midi, un petit tour chez le coiffeur.
J’avais envie depuis longtemps de couper mes cheveux bien plus court et je n’osais pas… cette fois c’est fait ! Et j’adore !!! 

Évidemment ce n’est pas le cas de Chéri qui préfère quand j’ai les cheveux longs et qui n’a pas manqué pas de tirer une gueule de 3 pieds de long quand je suis rentrée à la maison … (genre quelques centimètres en moins, ça change ma tête entièrement)

Bref, peu importe, moi ça me plait et il s’y fera ! (et de fait, depuis, il ne fait que me répéter que ça me va super bien, finalement)

 

Le soir, sur la télé, on regarde les photos et les vidéos prises pendant le séjour (et parce qu’on a jamais assez de pâtes dans sa vie, ce sera autour d’un plat de spaghetti)

Je dois dire que sur grand écran, les photos prennent une autre dimension et c’est avec beaucoup d’émotion que j’ai revécu ces quelques jours (et les fous rires devant les vidéos débiles qu’on a tourné là bas : priceless)

 

Jeudi.
C’est la reprise du boulot.
Alors que j’étais à fond ces derniers mois/semaines, j’ai beaucoup de mal à me remotiver… le fait d’avoir décroché quelques jours m’a complètement déstabilisée … il faut reprendre le rythme et je n’ai pas envie du tout. En plus, j’ai la migraine et le nez pris … Rien. Ne. Va. 

Heureusement, ma nouvelle coupe me fait sentir plus jolie et tous vos commentaires sur Instagram sont comme des petits papillons de bonheur (c’est l’instant romantique). 

 

Quand j’arrive au bureau, mes collègues ont réussi à me provoquer un fou rire dès 8h avec cette déco de bureau inédite ! De quoi me plonger illico dans la bonne humeur et attaquer cette journée d’un meilleur angle ! 

 

Je ne sais pas ce que j’ai le plus aimé : les sachets de Yogitea scotchés tout autour de l’écran, la bouteille de vin au pied du transat avec le collier de fleurs, les milliards de confettis sur mon bureau ou la souris planquée que j’ai mis 100 ans à retrouver … Dur dur de cohabiter 7h par jour avec 2 folles.

 

Le soir, j’ai le plaisir de recevoir mon panier Quitoque, qui devait nous être livré samedi mais qui est depuis en errance dans les frigos de Chronopost Food…
Du coup, je l’ai commandé depuis si longtemps que j’avais même oublié ce qu’il y avait dedans et ce sera une complète découverte !

 

Le soir, c’est soirée politique à la télé avec une recette Quitoque du coup… Brick d’endives, pomme de terre et gorgonzola et salade d’épinards aux pommes : Mioum ! Ca change des pâtes !

 

Vendredi.
Aucune motivation n’est à déclarer au bureau. Que ce soit chez moi ou chez mes collègues.
Du coup, on alterne les moments de travail et les moments de gros pétage de câble.
Karaoké sur des musiques débiles, on se taquine comme si on avait 5 ans toute la journée (par exemple : s’envoyer des trombones dans la figure dès que l’une d’entre nous est au téléphone et qu’on ne peut pas se défendre) (#teamdebiles).
En tout cas, c’est en ayant mal aux ados à force d’avoir rigolé toute la journée que je pars en week-end ! 

En rentrant, je me mets aux fourneaux. J’attrape des raisins secs que j’en ai marre de voir traîner, quelques petites de chocolat dont je ne sais pas quoi faire, une pomme presque pourrie … et hop, des muffins super bons à la farine complète pour mon dessert de ce soir ! 

 

 

Samedi.
Je vous en avais parlé il y a quelques semaines mais j’avais très envie de me faire épiler les sourcils (#lesproblemes) sans jamais oser le faire puisque j’avais peur de me retrouver avec des sourcils de cagole dessinés au crayon (ma plus grande phobie, dans la vie)
Finalement, j’ai pris mon courage à 2 mains et un rendez-vous chez Sephora au Brow Bar de Benefit.
Et j’y suis allée en tremblant, c’est le moins que l’on puisse dire.
Au final, je suis ravie du résultat, qui n’est pas transcendant de changement (heureusement) mais qui fait les sourcils nets, bien rangés (?), le tout sublimé par un maquillage léger yeux, teint et lèvres.
En atteste ce petit avant / après ; no make-up / make up, plutôt bluffant.
Bref, je suis ravie et j’ai déjà prévu d’y retourner dans 1 mois. 

 

 

Niveau lecture, aucun roman cette semaine (il faut dire que j’avais le nez dans les guides touristiques mais aussi que je m’écroule de fatigue le soir et que je ne pense plus à lire dans les transports …) mais une bande dessinée : Culottées 2 de Penelope Bagieu. Je vous avais déjà parlé du 1er tome ici et je dois dire que mes impressions très positives se sont confirmées à la lecture de ce deuxième volet. On apprend plein de choses, c’est agréable à lire et surtout, ça force le respect et l’admiration pour toutes ces femmes au destin extraordinaire.

 

Puisqu’on parle de destin extraordinaire, mon petit chien, lui aussi au drôle de destin, nous rappelle à lui puisqu’il sera dès lundi, cité une nouvelle fois au coeur d’un procès. Non pas aux assisses comme la première fois mais aux prud’hommes. C’est compliqué à résumer mais on a du témoigner par écrit pour relater des faits et soutenir une amie vétérinaire, et nous replonger dans son histoire a fait resurgir l’absence.
Cela va sans dire mais il nous manque à la folie, ce p’tit con. 

 

Enfin pour finir la semaine en beauté, une soirée Pizza devant The Voice, à l’ancienne, puisqu’on a raté l’émission depuis 120 000 ans et qu’on ne se souvient de plus aucun des candidats.
Mais bon, ça n’était que prétexte à faire les larves sur le canapé et Dieu sait que ça fait du bien parfois. (par contre, on a pas tenu au delà de 22h : elle est quand même plutôt insupportable cette émission en fait non?)

 

 

Voilà pour cette semaine ! 
Bon dimanche à tous, bon courge pour décider quel bulletin vous allez mettre dans l’urne (la peste ou le choléra ?), et prenez soin de vous ! 

Publicités