Au jour le jour #11

C’est une semaine encore bien remplie que je vais m’empresser de vous raconter. Je vous répète la même chose chaque semaine, les jours filent à la vitesse de la lumière, je n’ai le temps de rien, bla bla bla …
Je vous laisse donc découvrir par vous même le déroulé de ces 7 derniers jours :

 

Dimanche.
Une bien belle journée.
Le soleil n’était pas dans le ciel – ça c’est sur, il pleuvait comme vache qui pisse – mais dans nos cœurs (instant romantique).

Je me suis levée trop motivée de la vie direction la salle de sport pour le cours de Body Balance mais BIEN ÉVIDEMMENT, une fois arrivée à la salle, je constate que je me suis plantée sur l’horaire.

Bon.

Voilà qui, à force, ne devrait plus m’étonner.
Et puis, fallait s’y attendre vu le planning illisible de la salle (illisible pour les handicapés administratifs comme moi)

Pas grave.

Je jette un oeil à travers le cours actuellement en cours et, lors d’une décorporation aussi surprenante que brève, je me suis vue au milieu de tous ces gens, enfermée dans une petite salle, collés les uns sur les autres, et je me suis dit que non. Les cours collectifs, c’est décidément pas pour moi.

Du coup, je fais une grosse séance de cardio et le cardio, c’est magique : on transpire, on souffre, on a envie de mourir mais finalement on se sent trop trop bien !

 

L’après midi est plus calme … Après un bon petit plat réconfortant (riz complet / lentilles, brocolis et le truc orange qui ressemble à du vomi, c’est une sorte de gratin-purée de courge – c’est un concept), je passe la fin de la journée, affalée sur le canapé à lire et regarder des reportages en train de boire du thé : trop chouette !

 

Lundi.
Je me suis levée pas très en forme, c’est le moins que l’on puisse dire.
Littéralement épuisée (ces réveils à 5h30 quand l’Ado est chez nous me tuent) et surtout … je me suis trouvée particulièrement laide.
Cheveux horribles, boutons partout sur le menton (j’avais bien pris soin de les triturer la veille au soir donc forcément ça n’a pas aidé..), cernes jusqu’à par terre…
Bref, amour propre à mille pieds sous terre.
Mort et enterré.
J’entame une tentative de restauration de façade.
En vain.
En fait, je me demande si ce n’est pas pire qu’au début.
J’ai l’air d’un Putain. De. Pot. De. Peinture.
La semaine commence bien.
Je décide donc de tenter de me remonter le moral et de me faire un petit plaisir : un vernis hors de prix chez Sephora, ainsi que la base et le top Coat qui vont avec.
Je veux dire, quitte à être un pot de peinture, autant y aller à fond.

La journée au boulot, bien chargée comme un lundi, me fait presque oublier je ne ressemble à rien. Tant mieux. Le soir, je suis tendue et couchée à 21h30… Journée de merde jusqu’au bout. Allez, on passe à autre chose.

 

Mardi.
Quand tu as plein de choses à faire au bureau mis que tu te dis que le plus urgent, c’est quand même de faire un petit selfie idiot.

 

Ensuite, je me fais un petit plaisir.
Alléchée par les photos de Madame Teste, je décide de commander mon 1er panier QuiToque (j’ai pris le panier végétarien pour 2 avec plein de recettes qui ont l’air trop cools)
4 repas avec tous les ingrédients nécessaires et recettes correspondantes  … j’avoue que j’ai espoir que ça donne à mon mec l’envie de cuisiner un petit plat pour quand je sors du boulot.

Ça a l’air chouette, si ce n’est le prix un peu élevé : 60€ (on trouve un peu partout des codes promos avec 20 euros en moins sur la première commande mais, EVIDEMMENT, j’en ai trouvé un APRES ma commande)(j’adore dépenser pour rien)

Trop hâte de le recevoir !

 

 

 

Mercredi.
Je suis d’une efficacité redoutable au boulot. Sans me vanter, j’ai abattu une somme colossale de choses à faire et j’avoue que je ne suis pas peu fière (C’est assez rare pour être dit)
Le soir, je chausse les baskets pour la traditionnelle course à pied du mercredi. J’étais fatiguée mais tout se passe à peu près bien jusqu’à la 20ème minute où je commence à me sentir à bout de force.
Je décide de m’écouter et de m’arrêter, faire quelques pas en attendant que ça passe avant de reprendre la course.
Et là, dès que je m’arrête, je suis prise de vertiges, nausées … et d’une grande envie de mourir/vomir.
Je sens que je suis à 2 doigts du malaise aussi je m’assois à même le trottoir, au bout de ma vie.
À chaque fois que j’essaie de me relever, les vertiges reprennent.
Et je suis à 2km de la maison.
J’imagine vaguement rester là. Et de mourir de froid. ET DE FAIM.
Finalement, en m’assayant à peu près tous les 30 mètres, j’arrive tant bien que mal à rentrer à bon port … ouf, ben ça m’a un peu refroidie cette course à pied.

 

Jeudi.
Dernière journée de la semaine au bureau. On refait un atelier de fabrication de thé, j’ai encore pas mal de choses à boucler… la journée passe vite !

 

Vendredi.
Ah Vendredi ! Love dans mon corps.
J’attendais cette journée avec impatience… même si ça voulait dire se lever à 5h du matin pour choper le train à l’aube. Je suis au taquet (ou presque, mes cernes vous diront le contraire –> une paire de lunettes ou mieux, un filtre Instagram et hop! Plus de cernes)

 

On arrive à Paris dans la matinée … direction l’opéra Garnier où tous les collègues de toute la France nous attendent pour une visite guidée de l’Opéra : que dire si ce n’est que c’est juste sublime. La visite était fort intéressante, truffée de petites anecdotes amusantes. Je suis contente car ce n’est pas forcément le truc que j’aurais visité de moi même à Paris mais je ne peux que vous le conseiller si toutefois vous avez envie de découvrir quelque chose qui sort de l’ordinaire.

 

Avalanche de photos :

De l’entrée à la salle de concert, en passant par l’escalier, la rotonde, le foyer … tout était sublime !

 

Ensuite, direction le resto où je n’ai pas osé sortir mon appareil photo mais où je me suis encore fait remarquée par toute la tablée :
« Ah bon tu ne manges pas de viande?! »
« NI POISSON?! »
« Et la charcuterie?! »

« Mais comment tu fais??! »
« Moi je pourrais pas »
« Ca te manque pas trop? » (dit la bouche dégoulinante de canard confit)

« Le tofu, c’est quand même dégueulasse »
« Et les oeufs ?! Tu manges au moins des oeufs, rassure moi »
(je vois pas en quoi ça peut te rassurer mais soit : je mange des oeufs).
« Tu dois avoir faim quand même »
MAIS EUH …. LAISSEZ MOI TRANQUILLE ! EST CE QUE J’AI L’AIR DE MOURIR DE FAIM ?!

Tentative de changement de conversation élégamment mis en place, on zappe sur les ragots au boulot, et je peux manger mes légumes sans qu’on me fasse chier.
Enfin : des bisous, des « c’était chouette », des « à bientôt » et chacun repart de son côté.

 

Pour moi, le marathon commence puisque j’ai exactement 2h pour traverser tout Paris dans les 2 sens, faire des emplettes et essayer de choper au vol mon TGV. Je fais une halte à Jay and Joy, une crèmerie Vegan, puis d’autres petites boutiques et épiceries.

 

Enfin, je vais faire des selfies idiots avec la Tour Eiffel mais même avec tous les filtres du monde, je suis bien trop moche dessus pour vous les montrer.
(Et puis de toute façon, il y a déjà bien assez de selfies dans cette retrospective et la dame de fer se suffit amplement à elle même)

 

 

17h30 : j’arrive à la gare en courant, échevelée et chargée comme un âne. Je n’ai pas pu changer mon billet (j’ai un billet pour le train de 18h30 mais je ne suis pas vraiment décidée à poireauter 1h à la gare de Lyon). On m’a dit d’aller voir le chef de bord.

Bien décidée à l’amadouer (ou lui faire de la peine), je joue ma dernière carte : je sors les nichons et colle mon plus beau sourire sur mon visage. J’explique la situation, il râle pour le principe, je dis « s’il vous plait » en battant des cils telle une biche égarée et … PUTAIN IL A DIT OUI !!!

J’hésite à lui sauter au cou et lui rouler le patin de sa vie pour le remercier mais comme j’ai peur que mon odeur de transpiration ne le fasse changer d’avis (oh ça va, je suis debout depuis 5h du matin, j’ai traversé LA FRANCE ENTIERE et mon iphone indique que j’ai fait plus de 17 000 pas), je préfère disparaitre dans le train sans demander mon reste.
(En faisant quand même une petite danse de la joie dès que j’ai passé la porte)

Trop heureuse !
Il me faut à peu près 10 minutes pour regretter amèrement ma décision : il m’avait prévenue, il n’y a en effet plus aucune place assise de libre (j’ai traversé tous le TGV de long en large en quête d’un siège (ou de genoux acceuillants) et ce sera donc bien 3h assise par terre dans le sas devant les toilettes : lol.

 

Heureusement, à Avignon, le train se vide et j’échoue en 1ère classe.
Enfin un siège à la hauteur de mon statut princier.

 

Samedi.
Ménage, courses pour la semaine et salle de sport au programme.
J’ai l’impression de ne faire que bouger, de n’avoir jamais le temps.
Aussi, l’après midi, ce sera tranquille. Un thé fumant, mon ordi sur les genoux … Aaaah un peu de temps au calme.

 

Samedi soir.
De Paris, j’ai ramené des empanadas de chez Clasico Argentino.
Des années que je n’avais pas mangé d’empanadas (depuis la fermeture du Naked Frog) du coup, j’ai sauté sur l’occasion. Ce sera le menu de notre repas en amoureux, devant The Voice, évidement.

 

Niveau lecture cette semaine … « Votre Cerveau » de Michel Cymes.
J’ai bien aimé la première partie qui explique bien le rôle de l’alimentation sur le fonctionnement du cerveau, un peu moins les autres qui se transforment un peu en conseils dégoulinants de bon sens. Mais bon, sympathique tout de même.

 

« Mémé dans les orties » d’Aurelie Valognes.
Un petit roman qui ne paie pas de mine mais plutôt agréable à lire. C’est l’histoire d’un vieux Monsieur acariâtre qui deteste tout et tout le monde mais qui est bien décidé à ne pas se laisser envoyer en maison de retraite. Finalement, il est pris à son propre piège et je ne vous raconte pas tout mais c’est rigolo et frais.

 

Enfin, « Un tout petit rien » de Camille Anseaume.
Un test de grossesse : positif. Un mec qui fout le camp dès l’annonce. Des milliers de questions. Une décision à prendre. C’est tout l’objet de ce livre très beau et poignant.

 

Et enfin, parce qu’une retrospective sans gâteau ne serait pas une vraie retrospective : voici le gâteau vegan de la semaine : banane, farine de blé complet, farine de riz, farine d’épeautre, sucre muscovado (très peu), lait d’amandes et pépites de chocolat. YUMMY.

 

Voilà pour cette semaine ! 
Bon dimanche et prenez soin de vous ! 

Publicités