Au jour le jour #10

Dimanche dernier, il est évident que je vous ai sur-vendu la rétrospective à venir (celle-ci donc).
Je vous annonçais des milliers de choses à vous raconter mais comme il s’est EFFECTIVEMENT passé des milliers de choses, la conséquence directe c’est que je n’ai pas le temps de vous les raconter.

La blague.

Aussi, cette semaine, je vous propose une retrospective plus brève, façon zapping … avec l’espoir de faire mieux dimanche prochain (j’en doute, vu le taux de remplissage record de mon agenda).

Cette semaine donc, il y a eu …

 

Un déplacement sur Paris.
Fatigue à son paroxysme.
Levée à 4h, à 5h30 à la gare, à 6h01 dans le train : PUMP IT UP dans mon corps.
Et tout ça pour une réunion de 2h qui aurait pu se faire par Skype : BREF.
On va pas épiloguer, ce qui est fait est fait.

 

Un jeu débile avec ma collègue : Se prendre en photo quand on dort dans le train pour se faire chier mutuellement. Nul et puéril. On est d’accord. Mais bon, faut bien s’occuper quand tu passes 7h de ta journée dans le train.
Et pouffer de rire comme des adolescentes, ça occupe bien … (les rides du front, c’est cadeau)(et ça te rappelle que tu n’es PLUS DU TOUT adolescente)

 

Un grand thé vert au Costa Café de la gare de Lyon et une grande grande envie de rentrer à la maison pour dormir.

 

Un atelier de fabrication de thé au bureau.
On choisit son thé, thé vert, thé noir ou thé blanc, ses ingrédients complémentaires (épices, arômes éventuellement …), on mélange tout ça, on se fabrique des petits pochons, on colle des jolies étiquettes et on repart avec de jolis petits sachets : cute !

 

Une tonne de boulot.
Pour un mois encore, on ne sera que 2 au bureau (au lieu de 3 normalement) et comme on ne manque pas de boulot à 3, je vous laisse imaginer ce que ça donne à 2.
La bonne nouvelle, c’est qu’à force de pleurer sur le fait que je ne m’en sortais pas, j’ai réussi à me débarrasser d’un gros dossier, épineux, qui allait me prendre beaucoup beaucoup de temps, et à le refourger à une nouvelle recrue de notre siège à Paris : « Allez tiens, c’est cadeau : bienvenue chez nous! »

 

Un livre.
« On regrettera plus tard » d’Agnès Ledig.
« Cela fait bientôt sept ans qu’Eric et sa petite Anna Nina sillonnent les routes de France. Solitude choisie. Jusqu’à ce soir de juin, où le vent et la pluie les obligent à frapper à la porte de Valentine. Un orage peut-il à lui seul détourner d’un destin que l’on croyait tout tracé ? »
Idéal si vous avez envie d’un truc sympatoche et qui se lit bien. C’est mignon tout plein et plein de bons sentiments. Limite un peu cucul parfois mais bon, faut le prendre comme tel.

 

Un autre livre.
« Des tes nouvelles » toujours d’Agnès Ledig, dont la couverture hante tous les halls de métro de France (coucou le matraquage publicitaire).
Il s’agit de la suite de celui précédemment évoqué.
C’est bien, certes, mais enchainer les 2, c’était un peu too much de mielleux.
Où sont les drames ? les rebondissements ? les prises de têtes ?! Diantre ! La vie c’est pas planter des légumes et faire l’amour sauvagement dans une roulotte (80% du livre)

 

Un dernier livre.
« Le philosophe qui n’était pas sage » de Laurent Gounelle.
Décidemment, j’aime bien Laurent Gonelle et son regard sur la vie, ses réflexions sur notre quotidien et nos sociétés. Encore une fois, l’histoire en elle même ne casse pas 3 pattes à un canard (c’est l’histoire d’un prof de philo qui, après la mort de sa femme, a décidé de se venger sur la tribu amazonienne qui l’a, soit disant, assassinée) On a compris le trucs à des kilomètres mais il y a ça et là, des reflexions intéressantes.

 

Un film.
Juste la fin du monde de Xavier Dolan.
Bien aimé … mais sans plus.
Je l’ai trouvé un peu dans la surenchère de cris et de pleurs sur la fin, ce qui m’a un peu déçu, le film aurait gagné à être épuré. Mais c’était pas trop mal, quand même.

 

Un autre film.
ou plutôt un documentaire.
« La vie des gens » d’Olivier Ducray. Ca parle d’une infirmière en trottinette qui se déplace à domicile chez ses patients, c’est de l’amour pur et ça redonne juste foi en l’humanité.

 

Un doigt de pied tout noir, explosé contre un meuble. Ca fait mal.
(et un vernis qui déborde, aussi)

 

Un crumcake.
Tu aimes le crumble ? Tu aimes le cake ? Tu aimeras forcément le crumcake, doux mélange des 2, à base  de pommes et farine de chataigne : yummy !

 

Une assiette.
Best. lunch. Ever.
Falafels, salade et avocat.

 

Un anniversaire.
5 ans de nous.
On avait prévu une soirée romantique et on a rien trouvé de mieux à faire que de s’engueuler et se prendre la tête. Une fois les larmes séchées et la paix retrouvée, on a pu fêter ça dignement… avec les traditionnels spaghettis.

 

Un autre anniversaire.
Les 18 ans de l’Ado.
Si je n’étais pas là le jour J, j’avais tout de même fait un gâteau et prévu un cadeau … et je me suis rattrapée samedi en allant lui acheter tout un tas de conneries bien dégueulasses :  le kit parfait de la fête d’ados prévu le soir avec ses potes (Kit auquel, évidemment, il rajouteront sans doute vodka à gogo, mais bon, je ne pouvais décemment pas inciter à la débauche)

 

Des oranges.
Beaucoup d’orange.
Et quand elles sont 100% non traitées et qu’elles viennent de Menton, c’est encore mieux.

 

 

Un petit plaisir.
J’ai craqué pour cette brume d’oreiller L’occitane qui sent divinement bon, avec je l’avoue, une once d’espoir de dormir un peu plus et un peu mieux.

 

 

Une envie.
J’ai, en ce moment, bigrement envie … d’aller me faire épiler les sourcils chez une esthéticienne.
(superficialité, quand tu nous tiens)
La seule chose qui me retient, c’est que je me dis que c’est quitte ou double : soit ça rend bien, soit je  me retrouve avec une tête super bizarre et des faux sourcils dessinés au crayon, comme on voit souvent sur les cagoles marseillaises.
Du coup, je n’y vais pas. J’ai trop peur. Mais j’ai envie quand même.
#lesproblemes

 

Une photo.
Que j’ai faite tirée et encadrée cette semaine.
Je n’en parle plus ici, de peur de vous saouler avec ma peine mais je suis loin de ne plus souffrir de son absence, ou pire … de l’avoir oublier.
Son absence est omniprésente, à chaque pas, on en parle tout le temps avec Chéri… et … il me manque bordel.

 

Un tableau.
Je vous disais que Chéri était tout aussi affecté que moi, preuve en est qu’il vient de passer quasiment une semaine, les yeux dans les yeux avec lui…

 

Je ne sais pas comment il arrive à faire ça mais je trouve absolument fabuleux qu’il soit arrivé à faire ressortir l’exacte expression de son regard tout ça en foutant un peu de noir et un peu de blanc sur une toile … Ce tableau, c’est tout lui et je suis fan (de mon mec, de mon chien mais pas trop de la vie, parfois)

 

Des fleurs.
Parce que les fleurs c’est joli et ça rend la vie plus douce.

 

Voilà pour cette semaine !
La semaine prochaine, une tonne de boulot m’attend, puis je retourne à Paris pour visiter l’Opéra Garnier (frétillements de joie dans mon corps), et là, telle que vous me voyez en ce dimanche matin, fatiguée et avec une migraine à me taper la tête contre les murs, je m’en vais à la salle de sport et au cours de Body Balance : on a pas fini de rigoler.

Bon dimanche et prenez soin de vous !

 

Publicités