Au jour le jour #9

J’ai beau essayer de me creuser la tête, je n’ai pas la moindre idée pour introduire la retrospective de cette semaine. Il y a eu trop de choses et à la fois rien d’exceptionnel alors je ne sais pas, je ne sais plus.

Donc… lassée de chercher une idée qui ne viendra pas, je vous laisse en plan, découvrir le déroulé jour par jour sans préliminaire ni mise en bouche (pardon), j’essaierai de faire mieux une prochaine fois.

 

 

thumb_img_8906_1024

Dimanche.
Ce dimanche a été intense puisqu’après ma course à pied traditionnelle, la famille déboule à la maison pour un petit repas chaleureux.
Ma sœur, mon beau-frère, mon neveu, ma nièce, ma mère, Chéri, moi ainsi qu’un zombie tout juste sorti du lit et dont on a perçu quelques grognements (ou peut être était-ce une tentative de communication?) : l’Ado.

Ma sœur, comme à son habitude, est arrivée les bras chargés de belles et bonnes choses, notamment ce magnifique plateau (à ce stade : peut-on encore parler de plateau ?) de fromages Ardéchois.
Il n’y a évidemment pas tout sur la photo puisque je n’ai pensé à les photographier qu’hier et qu’une bonne partie avait déjà été engloutie.

J’avais l’impression d’avoir gagné à une tombola et de recevoir mon poids en fromage : dinguerie.

 

 

thumb_img_8885_1024

Nous avons pris un « petit » apéro (je fais partie de la team pochtron qui se biture le dimanche midi au champagne) et un bon repas. (Autant vous dire que la sieste dominicale ne m’a jamais autant manquée de ma vie)
Mais ces moments agréables font oublier la fatigue !

 

 

thumb_image8_1024

Lundi.
Bon, je ne suis pas au mieux de mon amour-propre en ce lundi.
C’est le moins que l’on puisse dire puisque j’affiche un poids horriblement élevé, du jamais vu depuis … euh … depuis bien trop longtemps.
C’est la douche froide.
Cette fois ça suffit, il est grand temps de se reprendre vraiment en main.
Ce sera diète obligatoire toute la semaine (quand je dis diète, on est bien d’accord que c’est un raccourci de langage et qu’il n’est absolument pas question de régime, plutôt de s’écouter et d’éviter de se gaver comme une oie)

Le midi, légumes/féculents/fruits (en photo, ça fait un peu plateau hôpital mais en vrai, ça passe bien) et vu l’assiette énorme, je fais attention à m’arrêter bien avant qu’elle ne soit vide, écoutant ma faim.

Le soir, soupe.
J’évite avec brio la tentation fromage. Trop de volonté dans ma tête. Je suis trop fière de cette journée diététiquement exemplaire et je m’endors en m’imaginant déjà méga bonnasse dès demain matin.

 

 

untitled

Mardi.
L’aiguille de la balance n’a pas bougé d’un millimètre, cette pute.

Ayant des petits soucis d’ordre hormonal (qui a mon avis jouent pas mal sur ma prise de poids) je prends mon courage à 2 mains et je vais au labo faire une prise de sang à l’ouverture histoire de tirer les choses au clair.

Bon… Pourquoi personne ne m’a dit qu’un labo, ça n’ouvrait pas à 6h30 mais à 7h ? Putain mais c’est tard 7h pour les gens qui vont travailler après ! Suis deg.
Me voilà en train de patienter comme une conne devant la porte fermée et dans le froid, m’obligeant à faire des selfies à 6h40 du matin.
#vdm

 

 

 

 

thumb_image1_1024

Mercredi.
Le soir, c’est la course à pied traditionnelle de la semaine.
Avec mes kilos en plus, j’ai juste l’impression d’être un culbuto qui court (une sensation qui est loin d’être agréable)
C’est la première fois que je cours avec l’application Runtastic et même si ça ne me sert pas à grand chose d’autre qu’à constater que je cours à la vitesse d’un escargot dépressif (merci le quartier avec des montées et des descentes de la mort), c’est plutôt sympa d’avoir un « suivi » (j’irai presque jusqu’à dire que ça motive)

 

 

thumb_image2_1024-2

Jeudi.
Après une matinée chargée au travail, j’ai rendez vous chez Maître Gims.
Ok, c’était nul.

 

 

thumb_image3_1024-2

thumb_image4_1024-2

J’avais donc la visite médicale du travail.
Le genre de truc qui, à mon sens, ne sert pas à grand chose, si ce n’est que quand elle est prévue en milieu d’aprem, ça permet de rentrer plus tôt chez soi (les petits bonheurs de la vie)

En effet, avec le trajet retour, aucun intérêt de revenir au bureau pour 15 minutes : autant flâner sur le port.

 

 

thumb_img_8935_1024

(là en fait, je voulais une photo de la Chatte en train de dormir mais bien évidemment, Mlle en a décidé autrement)
Jeudi soir.
Je suis passablement épuisée par cette semaine.
Gérable au niveau boulot mais quand l’Ado est avec nous, je suis obligée de me lever bien plus tôt que d’habitude, sinon y’a embouteillage dans la salle de bain.
Du coup, je me lève tous les matins à 5h30 pour pouvoir me préparer avant lui (les joies de la famille recomposée)
Autant vous dire que le soir, passé 22h, il faut pas me chercher. Un peu de lecture et je sombre vite.

 

 

thumb_img_8904_1024

Petit achat lié directement à ce que je viens de vous raconter puisque mes cernes n’en finissent plus de se creuser.
Je crois que j’ai abandonné l’idée de ne plus en avoir (j’en ai depuis toujours me semble-t-il) mais avec l’âge et les rides qui s’y rajoutent, j’ai quand même envie de limiter la casse.
Du coup, je me patche les yeaux plusieurs fois par semaine… et m’apprête à tester ces petites nouveautés trouvées chez Monoprix.

 

 

thumb_image4-1_1024

Vendredi.
Coucou, je suis cette meuf qui a voulu faire sa belle avec ses collants à pois un jour de mistral de ouf (je m’aime)

 

 

 

internet

Vendredi également.
Une tonne de boulot à faire
.
Je n’arrête pas de la journée.
Je mange devant l’ordi en faisant des tâches sur mon clavier.
Je suis trop lancée et efficace, ma chef me dit que je suis formidable (alors ça, je le savais), je suis la productivité à l’état pur. Même pas je vais voir Facebook et Instagram de toute la matinée.

Et puis en début d’après-midi, une fucking coupure internet me coupe dans mon élan.
Ah non mais là ça va pas être possible. VRAIMENT PAS.
J’appelle ma collègue.

– T’as Internet toi ? 
– Oui. 
– Comment ça oui ? Pourquoi c’est que moi? C’est pas possible???? C’est une conspiration de l’univers!
– Ah non j’ai pas internet. 

– Mais comment on va faire ?! 
– Ben … Viens on se casse, on va à Sephora !! 

Ma collègue a, je trouve, toujours de bonnes idées (c’est la folie de la jeunesse)
Mais je tempère ses envies de week-end prématuré en fixant une échéance. Si internet n’est pas revenu à 16h, on se barre.

Ça dure. Longtemps. Je suis énervée. Très énervée.
Allez savoir comment, on se retrouve à écouter de la musique et chanter sur Sheryfa Luna (« il avait les mooooooots, m’a rendue acrooooooooo »). J’ai cette putain de chanson dans la tête. Ca m’énerve encore plus. Je déteste laisser des trucs en plan. J’ai 18 mails importants dans ma boite d’envoi qui attendent un semblant de réseau pour pouvoir partir.

– « Tu peux arrêter la musique stp, je vais faire un meurtre là ».

On attend.
C’est bientôt 16h, on commence à ranger nos affaires.
15h57, Internet revient.

Bonjour l’après midi perdue.

Fuck, je pars quand même, ça attendra lundi.

 

 

thumb_image11_1024

Vendredi soir.
Ou comment avoir envie d’assassiner le livreur quand tu rentres chez toi.
C’est pas faute de lui avoir dit 1 MILLIARD DE FOIS de ne pas jeter les colis par dessus le portail (je ne compte plus les colis sur lesquels j’ai roulé en voiture ou qui nous arrivent exposés).
Non parce que quand Chéri commande de la peinture, ça le fait pas mec !

 

 

 

 

thumb_img_8925_1024

Vendredi
Je suis épuisée. Clairement, j’ai juste envie de me rouler en boule dans mon lit à 19h30.
Mais l’Ado part et quand il part, c’est soirée en amoureux.
Et les soirées en amoureux, c’est aussi bon que ces petites lasagnes aux blettes et au comté.
(Sérieusement, les blettes, c’est un peu la vie) (bon allez, on va se coucher maintenant, non?)

 

 

thumb_image1-2_1024

Samedi.
Il fait une tempête de ouf.
Pluie mais surtout vent de dingue.
Mon mec, qui dans une vie antérieure a du mourir emporté par une tornade, je vois que ça, est tout stressé et imagine déjà notre maison arrachée par les bourrasques ou qu’un arbre va nous tomber dessus.
Je lui dit : « Chéri, calme toi, c’est jamais qu’un peu de vent ».
Il me regarde comme si j’étais inconsciente :  « Ca n’est pas UN PEU de vent, c’est une TORNADE »
Hum.
Mon mec et sens sens de la mesure.

Je le laisse à son délire apocalyptique et je vais … à la salle de sport, avec des tickets à la séance pas chers que j’ai acheté au CE de la boite.
3 minutes sur l’appareil de torture et j’avais déjà une grande envie de mourir, j’ai transpiré comme jamais, mais j’ai tenu bon et je suis sortie de là dans un état de sérénité incroyable. Que c’était bon !!

 

 

thumb_img_8931_1024

Après l’effort, le réconfort !
Avec cette petite assiette hyper cheloue faite des restes du frigo, j’ai nommé « l’assiette des 2 saisons » : un côté hiver avec des légumes anciens rôtis au four et un autre coté printanier avec les premières asperges de la région, de l’avocat et une purée d’olive.

 

 

 

thumb_img_8911_1024

Niveau lecture, cette semaine pas mal de choses …

J’ai lu (et adoré) le nouveau SJ Watson « Une autre vie ». Un super roman policier avec une intrigue prenante même si la fin mériterait à mon sens un peu plus de pages et de profondeur.

 

 

thumb_img_8909_1024

J’ai survolé (et pas du tout accroché) le nouveau « La femme parfaite est une connasse 2 » que j’ai trouvé bourré de clichés et pas vraiment drôle.

 

 

thumb_img_8908_1024

J’ai également lu « Ta façon d’être au monde » de Camille Anseaume.
Une histoire d’amies d’enfance puis de bande de pote, un peu à la « Petits Mouchoirs », avec ce qu’il faut de comique et de tragique, j’ai adoré !

 

 

thumb_img_8912_1024

J’ai lu « Trois jours et une vie » de Pierre Lemaitre, l’auteur de l’excellent roman « Au revoir là haut » pour lequel il a obtenu le Goncourt.
Ici, c’est l’histoire d’un jeune garçon, d’une tragédie qui secoue un village, l’histoire d’un évènement qui bouleverse une vie entière … difficile de raconter sans déflorer l’histoire mais j’ai beaucoup aimé !

 

 

 

thumb_img_8896_1024

Niveau gourmandises, j’ai testé des petits cookies healthy sans matière grasse, sans sucre, sans oeufs, sans farine, sans rien,  à base uniquement de banane, flocons d’avoines et graines de chia.
C’était – non pas bon n’exagérons rien – mais amusant.
Oui amusant, c’est le terme.

 

 

thumb_img_8920_1024

Et finalement, j’ai fait un gâteau au yaourt, parce que les gâteaux aux yaourts, c’est quand même ce qu’il y a de meilleur sur terre.

 

 

thumb_img_8917_1024

Ah oui !!!
Dans la boite aux lettres du bureau, on a reçu un TRUC. DE. FOU.
Un matin, j’ai trouvé plusieurs feuillets photocopiés, de ce que, je l’ai compris en essayant de déchiffrer les hiéroglyphes, s’avère être le journal de bord/intime/du quotidien (je ne sais pas trop) d’un type autiste.
Ma collègue a eu peur (ces jeunes sont trop sensibles), elle s’est tout de suite imaginé un psychopathe tapi dans l’ombre près à nous sauter à la gorge quand on sortirait du bureau.
Pas moi.

Moi, c’est typiquement le truc qui me passionne, qui peut me mobiliser pendant des heures pour tenter de comprendre ce qu’il y a écrit et essayer de trouver un message venu d’on ne sait où.
C’est d’ailleurs ce que j’ai fait, m’arrachant les yeux  pour essayer de réformer des mots (c’est clairement illisible), jubilant quand je saisissais une bribe de phrase, essayant de comprendre pourquoi cela avait atterri dans ma boite (je ne crois pas au hasard alors forcément, cela doit être quelque chose qui a un sens)

Bref, à ce jour, je n’a pas eu d’illumination … je continue de chercher (et ça me rend limite hystérique, cette histoire).

 

Voilà pour cette semaine !

Au programme dimanche prochain, encore une semaine marathon avec : une séance ciné, un atelier de fabrication de thé, un aller-retour sur Paris, les 18 ans de l’Ado, nos 5 ans d’amour, et PEUT ETRE un cours de Body Balance à la salle de sport (un doux mélange de postures de yoga, tai chi et pilates) (ou comment aller se ridiculiser volontairement au milieu de meufs que j’imagine forcément gaulées comme des déesses) … bref, ça promet d’être chargé.

Bonne semaine et prenez soin de vous !

Publicités