Les Petits Bonheurs #48

Vous savez quoi ?
Après les traditionnels, de rigueur mais néanmoins sincères mercis pour vos messages sur l’article précédent, je tenais à vous apporter une bien bonne nouvelle :

Le soir après publication , j’ai passé un bon quart d’heure à pleurer sous la douche.
(Un jour, il faudra d’ailleurs qu’on en parle sérieusement : pourquoi la douche est il The Place To Be pour pleurer ? Pourquoi pas la salle de bain ? la chambre ? la cuisine ? les toilettes ? Mystère.)

Bref, ce n’est évidemment pas ça, la bonne nouvelle dont je vous parlais, mais elle arrive.

Je suis descendue propre, mais morveuse, reniflante et les yeux explosés.
Chéri s’est inquiété, j’ai dit « y’a rien, t’inquiètes » (genre)(je me voyais pas trop répondre « oh la routine : j’ai juste envie de mourir voilà tout »), puis on a appelé l’ado pour manger.

J’imaginais dejà la scène atroce et ô combien connue du repas de famille où soit personne ne parle, soit tout le monde s’engueule.
Et où, personnellement, j’ai envie de me planter la fourchette dans les yeux pour abréger mes souffrances.

Mais contre toute attente, nous avons vécu un moment de grâce familiale.

Putain, DES MOIS qu’on avait pas eu un repas sans tension, avec des discussions intéressantes et intelligentes et accrochez-vous bien : des discussions auxquelles l’ado participe volontiers, s’intéresse et pose des questions.

J’ai cru à une hallucination (à force de pleurer, j’étais peut-être un peu sonnée).

Pire encore : cette cohésion s’est poursuivie chaque soir jusqu’à vendredi.
Jeudi soir, on a même regardé tous ensemble le débat politique entre Dupont et Dupond en parlementant sur les programmes de l’un ou de l’autre (et en se moquant aussi un petit peu de la tête de Valérie Pécresse en arrière plan  : #Priceless)

Mon dieu.
J’ai eu du mal à m’en remettre tellement tout ceci est étrange sous notre toit.

Alors ok, les problèmes ne sont pas réglés, il va bien falloir à un moment donné s’assoir autour d’une table, reparler de son échec scolaire et de son éventuelle réorientation mais putain je vais vous dire une bonne chose : ma soupe du soir n’a jamais été aussi savoureuse que ces jours-ci.

Sinon, cette semaine :

 

 

thumb_image3_1024

Dimanche.
Avec le fils ainé de Chéri, on a eu une grande discussion.
Il me racontait comment une fois, chez une copine, ils avaient bidouillé une pizza avec une croûte fourrée au fromage, puis ils l’avaient fait cuire dans la cheminée et que c’était la meilleure pizza de sa vie parce qu’elle avait un goût de feu de bois.
J’ai cru me liquéfier à chaque mot qu’il prononçait et j’ai conclu par ce que l’on peut appeler un cri du coeur : « PUTAIN MAIS TU VAS NOUS LA FAIRE CE SOIR CETTE PIZZA ».
Voilà comment, à 20h, nous étions tous au spectacle : devant la cheminée en train d’admirer le travail du pizzaiolo.

Le problème, c’est qu’il y a eu un problème.
Ca n’a jamais cuit.
Et ça a enfumé toute la maison.
Pluies diluviennes avec fenêtres ouvertes, portes ouvertes, chauffage au sol qui tourne à fond et pizza qui ne cuit pas dans la cheminée : bienvenue chez les dingos.

Chéri qui dit « ça ne cuira jamais ».
Son fils qui dit « mais si, je te dis que ça avait marché super bien ».
Moi, qui suis toujours le positivisme incarné, surtout après un verre de vin, qui conclu que « de toute façon, cette cheminée c’est de la merde »

J’étais un peu pas contente (j’étais encore dépressive ce soir là et j’avais BESOIN de cette pizza) mais on a fini la cuisson au four, tout le monde s’est régalés, et on était heureux.

 

 

thumb_img_7439_1024

Lundi.
IL. A. PLU. TOUTE. LA. JOURNEE.
Sans discontinuer.
OMG.
Je comprends pourquoi j’étais au fond du trou quand j’habitais en Bourgogne. C’est pas humain de vivre ça. Enfin, heureusement qu’on avait nos nouvelles fenêtres sans quoi on aurait pu rejouer la scène de Moïse, sauvé des eaux sans aucun problème.

 

 

thumb_img_7398_1024

Même le Bouledogue, qui d’habitude devient fou à la vue de sa laisse, ne voulait même pas sortir (Xanax général pour toute la maison).
J’étais obligée de le prendre en poids pour qu’il se lève du canapé.
Par contre, je crois qu’il a kiffé l’idée ingénieuse que j’ai eu à savoir faire chauffer une serviette au sèche-linge pour l’enrouler dedans quand on rentre de la promenade sous la pluie.
Heureux le toutou.

 

 

 

thumb_image4_1024

Mardi après-midi.
Enfin, il ne pleut plus !
Pour fêter ça, on fait une graaaaaaande ballade avec le Bouledogue qui trépigne depuis 2 jours enfermé à la maison. Et je dois dire que si d’habitude, je vois un peu le fait de le sortir comme une corvée, ce jour là, ça m’a fait un bien fou de m’aérer et de me bouger un peu les fesses.

 

 

thumb_img_7405_1024

Ensuite, j’ai craqué pour les 2 nouveaux numéros de Healthy Food et Slowly Veggie remplis de bonnes recettes que j’ai toutes envie de faire : évidemment, je suis la cible parfaite pour ces deux magazines… Comment résister ?

 

 

thumb_img_7407_1024
Et puis en feuilletant Healthy Food, je découvre ma photo dans la « Communauté Healthy ».
Bon, c’est une photo toute pourrie, et même pas d’un plat que j’ai fait, mais Gniiii quand même quoi.

 

 

 

thumb_image1_1024

Jeudi.
Faute d’être partie quelques jours comme je l’avais éventuellement évoqué dans l’article précédent et que vous m’avez toutes encouragé à faire, je me suis auto-octroyée une journée rien qu’à moi.
C’est à dire une journée où je prends mon temps, où je ne pense pas qu’il faut faire ci ou ça pour untel ou untel.
Trop chouette!
Mais comme la vie, c’est quand même parfois de la grosse mierda, c’est le cas de le dire, notre fosse septique était bouchée dès 7h du matin.
Ah ça on était beaux sous la pluie et train d’essayer de réamorcer le machin et d’actionner le bidule pour la vider. Même les animaux étaient intrigués, on peut les comprendre, on l’aurait été pour bien moins.
C’te blague.
Sérieux on est jamais tranquille dans cette vie.

BREF.

Le réparateur ne pouvant pas venir avant la fin d’après midi (coucou la maison où tu ne peux pas te servir de l’eau ou des toilettes sous peine que TOUT déborde dans ton évier), j’ai tout de même profité de mon petit moment solo.

 

 

thumb_img_7430_1024

Je suis allée à la bibliothèque où j’ai passé un bon moment à flâner puis à l’Herboristerie du Père Blaize  (endroit préféré EVER) où j’ai été victime d’un embrigadement sauvage et où j’ai  acheté un prix fou des gelules de Moringa .
Tu ne connais pas le Moringa ?
Moi non plus.
Mais apparement, c’est un arbre super magique plein de bienfaits pour ton corps et ça a l’air tellement bien que je ne pouvais pas ne pas les prendre.
(il me tarde de voir la tête de Chéri quand je vais lui dire que je prends des gelules de poudre d’arbre : 😒 )

 

 

thumb_img_7432_1024

Ensuite, je me suis auto-félicité de ma zeintude (ahem) en m’offrant 2 soutifs / culottes chez H&m.
En vrai, c’est pas des culottes, c’est des « hipsters »
Hum.
(Si quelqu’un sait pourquoi on invente toujours des mots chelous pour désigner un truc simple, qu’il parle)
Quoi qu’il en soit, c’est ma cellulite qui est contente de ne plus avoir de culottes à trous !

 

 

thumb_img_7426_1024

Ensuite, je me suis offert un petit plaisir : une bio-box entièrement vegan à emporter au restaurant Les Ondines (près des réformés à Marseille).
Au programme : des tartines de houmous sur du pain maison, gratin dauphinois vegan, blettes au curry, et petite salade verte avec carottes et betterave rapées avec des sauces méga bonnes.
Je suis vite vite rentrée chez moi pour déguster tout ça et heureusement que j’ai choisi à emporter car à l’abri des regards, j’ai pu lécher l’assiette tellement c’était bon !

 

 

thumb_image11_1024

Vendredi.
J’ai fait un truc foufou.
Comme en ce moment j’ai de l’excèma sur la paupière droite (glam), je ne peux pas me maquiller les yeux.
Du coup, j’ai mis du rouge à lèvres.
Je n’en mets jamais car je trouve que ça ne me va pas du tout  (j’ai une grosse bouche et ça vire clairement au racolage passif) mais bon, ça c’est plutôt bien passé au final et j’avais trop l’impression d’être une femme fatale de la muerte. 

 

 

thumb_img_7434_1024

Et puis ensuite, c’était le black Friday bidule chouette.
En gros, c’est le jour où on se prend pour des américains : on ne fête pas Thaksgiving mais on peut quand même dépenser du pognon pour acheter des trucs inutiles à prix réduits (aaaaah la magie la société de consommation).
Et devinez qui a foncé droit dans le panneau ?!

 

thumb_img_7448_1024

J’ai notamment acheté un pull noir (ça change) mais avec des petites manches trop mignonnes en dentelle (L.O.V.E)

 

 

capture-decran-2016-11-26-a-17-22-37

Et puis en rentrant,  j’ai vu que j’avais reçu le plus beau mail du monde entier venant d’une lectrice de l’ombre.
Au début, j’ai honte, j’ai pris le mail pour un spam (tu sais les trucs genre « chère bien aimée, mon oncle ivoirien est mourant et veut vous lèguer 2 540 000 euros »).
Heureusement que je l’ai ouvert tu imagines ? Je serai passé à côté de ça ! Non mais la vie c’est de la folie parfois !

Quoi qu’il en soit, je suis toujours profondément émue et touchée lorsque l’une d’entre vous se manifeste de la sorte et cette fois-ci, ce mail à clairement été le rayon de soleil de ma journée. Ou plutôt de ma semaine (ou attendez : DE MA VIE?!).
Donc, merci infiniment Fabienne ! 

 

 

thumb_image1_1024

thumb_image2_1024

thumb_image3-1_1024

Sinon, j’ai photographié plein d’arbres cette semaine !
Je trouve que parfois, dans la vie, on passe beaucoup trop de temps à se plaindre et pas assez à regarder les arbres : et c’est un tort, évidemment.
(D’ailleurs, c’était un peu le thème de La Grande Librairie cette semaine et personnellement, je me suis régalée)

 

 

thumb_img_7420_1024

Vous vous souvenez des étourneaux de la semaine dernière ?
Ils sont revenus.
Et en masse !
Et c’est toujours aussi impressionnant.

 

 

thumb_img_7443_1024

Ah oui, j’ai oublié de vous dire.
Mon mec est devenu fou.
Il s’est mis en tête de fabriquer des jus de légumes bio.
😲
(Dire que parfois, je n’ose pas trop pousser mon délire de végétarisme trop loin de peur de l’effrayer : je crois que je peux y aller gaiment tellement il est loin devant)

Il m’a balancé ça comme ça, sans prévenir, alors que je faisais cuire des putains de fuckings cordons bleus dégeulasses pour ses enfants.
Après avoir passé des heures à étudier la chose (?) et après avoir regardé une conférence sur les bienfaits des jus (??), il voulait acheter dans la minute un extracteur ou une centrifugeuse (je sais pas trop, j’ai jamais compris la différence exacte) à plusieurs centaines d’euros la machine.
J’ai calmé ses ardeurs en lui disant qu’on pouvait PEUT ETRE commencer par sortir la centrifugeuse qu’on avait DEJA  dans le placard et qui ne servait pas depuis DES ANNEES, qu’il pouvait se faire la main dessus et que s’il kiffait vraiment la vibe des jus, on verrait après Noel.
Il a dit ok (je savais très bien qu’il allait faire ça 3 fois puis que ça le gonflerait prodigieusement).
Depuis, on boit des jus qu’il me sert avec amour et je fais semblant de m’extasier comme comme si c’était de grands crus.

#lamourtoussatoussa

 

 

 

thumb_img_7468_1024

Enfin, samedi soir, on s’est retrouvés en amoureux pour une petite soirée tranquille bien méritée (la journée avait commencé par une invasion de fourmis dans mes placards à provision, s’est poursuivie par une nouvelle panne de fosse septique et l’impossibilité de se servir de l’eau de toute la journée à la maison, les réparateurs qui passent la journée à essayer de la réparer, puis s’est finie par le chat qui gerbe partout dans la maison : j’aime ma vie).

Du coup, en quête de réconfort, on s’est fait une pizza automnale, aux champignons, épinards et potimarron, qui est donc la deuxième pizza en moins d’une semaine : faut pas chercher bien loin quand je vois que j’ai déjà 3 kilos en plus apparus comme par magie.

 

 

Voilà pour cette semaine !
Et chez vous, quoi de neuf ? 

 

 

Publicités