Les petits bonheurs #43

Bonjour, bonjour !
Il est 7h, on est dimanche, c’est l’heure de la retrospective !
Hastag la meuf au taquet de bon matin.
Et cette semaine, comble du luxe, j’ai même eu un peu plus de temps pour vous la préparer : elle est pas belle la vie ?!

Exceptionnellement, je vais remonter le cours du temps jusqu’à samedi dernier (le 15 pour ceux qui suivent) puisque vu le rush de la semaine précédente, je ne vous ai pas raconté cette journée qui en valait pourtant la peine : nous avons fait plein de choses trop drôles comme jouer les touristes dans de jolis quartiers mais aussi manger des points.

Oui, oui, on a mangé des points.

😦

Je sens que vous brulez d’impatience d’en savoir plus alors suivez moi, je vous raconte tout ça !

 

 

thumb_img_6654_1024

thumb_img_6672_1024

thumb_dsc_8183_1024

Samedi 15 donc.
En fin de matinée, on prend nos amis sous le coude et on va balader dans de jolis quartiers de la ville. J’aime autant vous dire que les amis, ça les a changé de la Belgique (rien contre la Belgique hein, mais je ne suis pas sûre qu’on s’y promène sous un ciel si bleu et des températures si clémentes en ce moment)
Tout d’abord, le Vallon des Auffes, une véritable carte postale ….

 

 

thumb_dsc_8216_1024

 

thumb_img_6675_1024

thumb_img_6678_1024

Et puis, Callelongue, enchenteresse.
On en oublierait presque les mauvais côtés de la ville.
(j’ai dit presque)

 

 

thumb_img_6682_1024

On rentre à la maison en début d’aprem, un peu de repos avant de repartir sur Aix en Provence où nous avons fait une rapide ballade dans la ville à la nuit tombée…

 

thumb_img_6683_1024

… avant de diner dans un resto gastronomique classé 1 étoile au guide Michelin « L’esprit de la Violette ».
(Pour les lecteurs fidèles, il s’agit de l’ami grâce à qui on a la chance de découvrir de bons restos puisqu’il nous avait déjà invité au Petit Nice de Gérald Passedat (3 étoiles)à relire ici – ainsi qu’à la Villa Madie à Cassis (2 étoiles)à relire ici )

 

Bon.
Comment vous dire?
J’ai été affreusement déçue.
Déjà parce que, à mon sens, quand tu marques dans le Guide Michelin que tu proposes à tes clients des alternatives végétariennes, tu te dois de proposer VRAIMENT des alternatives végétariennes et non pas du poisson.
Le poisson, c’est pas végétarien les mecs (La bouffe, c’est un peu leur métier, ils devraient le savoir, non ?)(et surtout quand tu le précises 2 jours avant au téléphone et qu’on te dit qu’il n’y aura aucun problème)
Bref … Je m’étais préparée à ça, pas envie de faire chier tout le monde, de saouler les amis qui nous invitaient donc même si j’avoue que ça m’a un peu contrariée, j’ai mangé mon poisson.

Ensuite, quand on est un resto qui se veut dans l’excellence, on accumule pas les fautes de service genre 10 minutes d’attente entre le moment où on te sers ton plat et où le sommelier arrive avec le vin, l’eau qu’il faut quémander 3 fois pour obtenir 2cl (dès qu’on est rentrés à la maison, on a bu des LITRES), le sommelier qui disparait littéralement au bout d’un moment, la musique douce et tranquille qui à minuit se transforme en NRJ ou Fun Radio …

Bref, et finalement, le plus important : les plats.
Ben franchement, rien d’exceptionnel.

 

 

thumb_img_6688_1024

Mon entrée était à mourir de rire (les autres ont eu du foie gras qui était très bon, parait-il)
« Gourmandise de tomates : « King Prawn » à l’essence de coco, vinaigrette, sel et poivre »
Autrement dit : 2 crevettes au lait de coco avec des tomates coupées en quartiers.
😒
OK.
(un truc qui, hors menu, est vendu 41€ à la carte : juste pour info)(tu la sens venir, l’arnaque ?)

 

 

thumb_img_6694_1024

thumb_img_6697_1024

thumb_img_6698_1024

Suivi du :
– homard cuit à la Vodka « Retour d’un bania Russe », voile de soja et crème de vodka
– Du turbot cuit meunière, chlorophylle d’estragon, épinards et poivrons rouges;
– du saumon avec des légumes dont je ne me souviens plus très bien le pourquoi du comment (les autres avaient du ris de veau avec un alignement de petit pois qui a bien failli me provoquer un fou rire)

 

 

thumb_img_6717_1024

Mais, heureusement que j’avais gardé mon fou rire en stock puisque j’ai pu l’utiliser à bon escient avec l’arrivée du pré-dessert, le gag de la soirée, tellement drôle que j’ai cru que j’allais m’étouffer avec mon pain : des  points.
😵😵😵
Ah non pardon : des « pointes de coulis de mon enfance ».
Que tu es censée saucer avec du pain perdu.
Je crois que c’est l’instant où on m’a définitivement perdue.

 

 

thumb_img_6719_1024

Enfin, le dessert, plutôt joli visuellement : des Saint-Honoré rose-framboise, crème chiboust, sorbet framboise avec une sorte de Chantilly à la rose. Pour le coup, c’était bon mais il faut aimer le gout de la rose, ce qui n’est pas mon cas, j’ai toujours l’impression de bouffer du Air Wick.

 

 

Bref, toute cette gaudriole pour une somme tout bonnement astronomique et surtout indécente (135€ le menu et 75€ pour l’accord mets et vins  par personne – on était 4 + les apéritifs : faites le calcul), j’ai trouvé que c’était le plus gros foutage de gueule EVER.

 

 

thumb_img_6805_1024

Dimanche.
Couchés à 2h, levée à 6h. Ca pique un peu.
Beaucoup.
Ok, j’ai envie de mourir.
Je prends la voiture direction la Ciotat.
J’ai compris que j’avais atteint un point de non-retour dans la fatigue quand après avoir chanté à tue tête « Sara Perche ti amo », toute seule comme une fadade pour essayer de me réveiller, j’ai essayé pendant 5 minutes de payer le péage avec ma carte de bibliothèque tout en ne comprenant pas pourquoi ça ne marchait pas.
Ah ben j’étais bien maligne de me moquer des gens du péage la semaine dernière, finalement je suis pire.

 

 

 

thumb_img_6720_1024

Arrivée sur place, j’ai la chance encore une fois de voir un magnifique lever de soleil. Je sens que je vous saoule avec cette histoire de lever de soleil que je vous balance chaque semaine mais je crois qu’il n’y a rien que j’aime plus que les levers de soleil (à part dormir, peut être).

 

 

thumb_dsc_8359_1024

Dimanche également.
Alors que les amis se lèvent péniblement à 11h (je les hais), je passe mon tour pour la ballade dans le quartier historique du Panier pour faire une sieste et laisse Chéri faire le guide touristique.
Je peux vous dire que j’ai déversé 3 litres de bave sur mon oreiller tellement j’étais fatiguée.

 

 

thumb_dsc_8458_1024

Dimanche soir, soirée à la maison avec les amis au coin du feu.
Ben franchement, c’était 1000 fois plus sympa que la soirée foutage de gueule de la veille (et moins cher aussi). Moins guindé, plus convivial, moins de chichis ou de tralalas, forcément moins recherché dans la cuisine (j’avais fait du riz noir, fondu de poireaux et noix de Saint Jacques), mais plus authentique, au final.

 

 

 

thumb_img_6515_1024

Lundi, après un aller-retour rapide chez ma mère, c’est journée tranquille à la maison avec les amis. Ca discute, ça papote, ça visite l’atelier de Chéri, ça grignote, ça papote encore … avant qu’ils ne reprennent la route de l’aéroport.

 

 

thumb_img_6737_1024

Mardi.
Premier jour OFF depuis 15 jours.
Pas d’aller retour chez ma mère, on fait un test pour voir comment elle s’en sort toute seule.
J’en profite pour régler quelques démarches administratives dont je n’avais pas le temps de m’occuper, faire des bonnes soupes maison qui m’ont bien manquées, et … me reposer un peu !
Après 3 jours d’excès, je peux vous dire que j’en rêvais, de cette petite soupe de légumes et qu’elle avait clairement le gout du bonheur. 

 

 

 

thumb_img_6735_1024

Mardi également : les bonnes surprises de la vie.
Avec la soupe, j’avais envie d’un bon gros gâteau au chocolat vegan.
Mais je n’avais ni recette, ni piles dans ma balance de cuisine.
J’ai mis plein de trucs en vrac dans mon saladier, farine au pif, tofu soyeux, yaourt soja, chocolat fondu, levure et hop au four.
45 minutes plus tard en ressort un gâteau super moelleux hyper bon à déguster le plus lentement possible car je serai bien embêtée pour le refaire !

 

 

thumb_img_6801_1024

Mercredi, grand moment chez ma mère : première sortie à l’extérieur depuis 15 jours !
On a failli se faire écraser un nombre incalculable de fois tellement elle est lente pour faire 2 pas et traverser un passage piéton mais on a réussi … C’était chou : On aurait dit une enfant qui voyait la mer pour la première fois.

 

 

thumb_img_6745_1024

Mercredi soir, accrochez vous bien, ce qui suivre va peut être vous choquer, nous avons eu :
Une.
Soirée.
En.
Amoureux.
Danse de la joie !!
Je m’étais fait bonnasse de la muerte (dans la mesure du possible bien sur), petit feu de cheminée, petit camembert chaud, petit verre de vin, petite musique … J’ai cru que j’allais pleurer tellement on était bien, tranquilles, in love de la vie … et puis …. mon mec a voulu regarder la télé.
Je l’aurai tué.

 

 

thumb_img_6740_1024

Jeudi, encore une journée à la maison !
J’ai tellement de temps libre, j’étais plus habituée, je ne sais même pas quoi faire.
Non je blague : en vrai, j’ai un milliard de trucs à faire.
A commencer par prendre en photo cette mini-pomme (les priorités de la vie) trouvée sur le chemin de la ballade avec le bouledogue, tellement mignonne.

thumb_img_6738_1024

Et qui dit mini-pomme dit mini-pommier.
Et qui dit mini-pommier dit maxi-choupitude.  
CQFD. 

 

 

les-grands-mythes-02-les-amours-de-zeus

En ce moment, comme je suis dans l’incapacité cérébrale d’ouvrir un livre et de lire la moindre ligne (ne parlons pas d’écrire, c’était dans une ancienne vie, semble t-il), je me délecte d’une série documentaire qui passe sur Arte le samedi vers 17h et qui s’appelle Les Grands Mythes.
Evidement, si comme moi vous avez une vie et que regarder la télé un samedi à 17h n’est pas trop votre truc, on peut aussi mater en replay.
Il s’agit donc d’une série de plusieurs épisodes de 30 minutes qui retrace les grands moments de la mythologie. Et la mythologie, moi j’adore ! En plus, c’est crée et raconté par François Busnel dont je suis un peu amoureuse, je crois.
Quoi qu’il en soit, c’est drôlement bien foutu et intéressant : j’ai appris d’où venait la constellation de la grande Ourse ou encore celle du Capricorne, ce qu’était vraiment « les champs Elysées », la belle et tragique histoire d’amour entre Orphée et d’Eurydice, appris pleins choses sur les multiples amours de Zeus... Bref, je suis fan !

 

 

thumb_img_6782_1024

Jeudi soir, trop happy de ce plat de pâtes aux champignons et épinards 100% vegan (crème soja et du faux-mage rapé). Personne n’y a vu que du feu et on s’est drôlement régalés.

 

 

 

image

Vendredi, une jolie journée se profile (j’attire votre attention sur cet accord texte / photo, ce petit jeu de mot profile/profil : je sens que je tiens un truc)

Ce qu’il y  a de drôle avec les épreuves de la vie, c’est que ok, c’est pénible, ce sont toujours des moments délicats à traverser, des moments fatiguants, éprouvants, on en voit jamais trop la fin, on doute, on perd espoir que ça s’arrange … mais même dans l’adversité, il y a aussi de bons côtés.
Pour ma part par exemple, je retiendrai tout ce temps passé en compagnie de ma mère, ces anecdotes qui nous ont soudées, ces questions et ces fous-rires, ces souvenirs qui resteront comme des moments forts, ceux qui, moins drôles, nous feront pourtant sourire dans quelques temps, les problèmes qu’il a fallu régler, ces interminables discussions-canapé en mode psychanalyse où elle me décortique l’histoire de la famille …
Et ça, vraiment, ce sont des moments précieux, à garder comme un trésor.

 

 

thumb_img_6808_1024

Justement, lors de ces innombrables discussions, j’ai notamment appris que mon arrière-arrière grand père était fromager.
Et ouais meuf, tout s’explique, je n’y suis pour rien, j’ai ça dans les veines!

Alors pour lui faire honneur (lui et sa femme est morts pendant l’exode de 1940, sous le feu d’un bombardier qui a fait sauté le pont qu’ils traversaient), j’ai sorti un bon vieil Epoisses qui empeste.
Le lien entre les 2 événements n’est pas forcément évident mais quelque part, je suis sûre que mes ancêtres étaient fiers. 

 

thumb_img_6810_1024

Dans la rubrique « Je fais des plats moches mais bons », je ne pouvais pas ne pas vous parler de cette assiette automnale avec du potimarron rôti au four, épinards frais poêlés et sauce aux morilles.
A tomber.

 

thumb_img_6644_1024

Pour finir, je vous avais dit que j’avais reçue la semaine dernière une super woufbox pour le Bouledogue avec plein de jolies surprises dedans : des jouets, des gourmandises, un truc pour éviter qu’il pue du bec (bien que mon chien soit comme moi, il ne pue JAMAIS du bec, non mais) …

 

thumb_img_6778_1024

Et une peluche qui couine en forme de canard dont il est littéralement dingue. 
Il lui roule de ces putains de patins à longueur de journée, c’est limite indécent. 

 

 

Voilà pour cette semaine ! 
Et chez vous, quoi de neuf ?

Publicités