Les petits bonheurs #37

On va dire que cette semaine a été dans la continuité de la précédente et chargée pour la résumer en un mot.
Du boulot sous le coude, une motivation toujours présente, beaucoup de jolis petits moments en famille ou entre amis, du soleil et une chaleur estivale qui n’en finit plus mais qui me ravit … Ce fut une semaine active et bien remplie !

 

 

thumb_img_5638_1024

thumb_img_5633_1024

thumb_img_5634_1024

Dimanche dernier, après avoir fait la maligne à la fiesta de nos voisins (genre « je suis encore jeune, je peux picoler ET me coucher hyper tard sans aucune conséquence physique »)(ahah), je vous avais laissé avec un mal de crâne  des plus horribles et une fatigue des plus intenses.
Pourtant l’après-midi, malgré une fainéantise aiguë et l’appel de mon lit, ce fut après-midi entre nanas aux Docks et aux Terrasses du Port* avec une copine.
*Centres commerciaux hyper branchés et bobos de notre belle cité phocéenne.

 

 

thumb_img_5636_1024

thumb_img_4485_1024

On a sillonné les magasins, on a regardé des trucs qu’on avait aucunement l’intention d’acheter ou que de toute façon on ne pouvait pas s’acheter (masochisme, quand tu nous tiens), on a fait des battles de photos et de selfies de cagoles, papoté, raconté nos viesC’était chouette, cet après midi en amoureuse. 

 

 

p1040005_1024

A peine rentrée à la maison, hop, on repart pour un diner à la Ciotat chez ma mère qui nous avait préparé un délice de lasagnes aux légumes grillés. Trop de mioum.

 

 

thumb_img_0299_1024

Lundi, journée studieuse puis on se détend avec LA grande soirée culturelle de la semaine :
💕 L’Amour est dans le Pré 💕
Je SAIS : c’est la honte intergalactique de regarder l’Amour est dans le Pré mais que voulez vous, c’est mon moment régressif de la semaine.
Les candidats sont en général bien tcharbés (ce qui, quelque part, me rassure peut être un peu sur moi même), les pseudos histoires d’amour ne tiennent pas la route une minute et on sent que tout ça va finir en drame, et petite cerise sur le gâteau, il y a toujours des petits animaux trop choupis qui me font pousser des gniiiiiii devant ma télé.
Bref, j’ai beau savoir que tout cela est manipulé et monté de telle façon juste pour nous émouvoir, je ne peux pas m’empêcher d’adorer (tout en suivant, le live-tweets en même temps, ça vaut son pesant d’or)

 

thumb_img_5666_1024

Aucun rapport avec l’Amour est dans le Pré mais j’ai aussi tenté de faire sécher des figues.
Non parce que les figues séchées, mon transit et moi, on adore ça.
Je mange ça comme des bonbons à tout moment de la journée mais il faut bien le dire, ça revient une blinde au magasin bio.
Plutôt sceptique au départ (j’avais déjà essayé il y a 3 ans et ça n’avais jamais marché), j’étais plutôt fière du résultat à J+8, jusqu’à ce qu’une armada de fourmis n’en fasse son gouter et m’oblige à tout jeter. 
Trop triste la vie.

 

thumb_img_0305_1024

thumb_img_0306_1024

Mardi, petit tour en ville le matin pour aller à l’herboristerie du Père Blaize (ceux qui suivent comprendront aisément pourquoi j’avais BESOIN de ma tisane pour le foie)

 

 

thumb_img_5652_1024

Et comme un détour en ville ne peut pas se faire sans un détour à l’épicerie Paysanne, je profite des derniers fruits et légumes d’été (#passionmelon)

 

thumb_img_5672_1024

Mercredi, j’ai été prise de convulsions à la bibliothèque.
J’étais partie pour chercher un livre qui n’avait rien à voir avec la bouffe (je vous JURE que c’est vrai) et la Providence a mis ça sur mon  chemin. J’étais heureuse comme un poisson dans l’eau. Ou attendez … peut être est-ce comme un pape ? (enfin, si toutefois le pape est heureux, on en sait rien après tout). Bref, je sais plus ce qu’on dit comme expression quand on est heureux mais je l’étais. Vraiment. Sincèrement. Profondément.

 

 

thumb_img_5670_1024

D’autant plus que je suis tombée sur ce livre au titre incroyable : toute l’histoire de ma vie contenue dans un livre !!

 

 

thumb_img_0329_1024

Jeudi, je suis allée dans une ferme d’un autre temps, où il faut aller ramasser ses légumes soi même dans le champ.
Je n’étais pas au courant si bien que j’ai bien failli faire une crise cardiaque de bonheur quand le type m’a donné un sceau et un sécateur et m’a dit vaguement « C’est par là! » en désignant une vaste entendue arnachique de ce que je croyais être des mauvaises herbes.
J’étais en tong et short (la cagole de la ville qui déboule quoi), je me suis salopé les pieds et les jambes  comme jamais mais j’ai triple kiffé cet instant bucolique et champêtre. 

Après, le type a pesé ma récolte avec une balance avec des poids.
Un peu comme quand on était petits et qu’on jouait à la marchande sauf que lui c’est pour de vrai. C’est pas un peu dingue la vie ?
Tu peux pas savoir s’il t’arnaque ou pas, c’est le grand mystère du truc mais bon, à 1,50€ le kilo des meilleurs tomates de la life, tu peux y aller.
Trop d’amour pour cette ferme.

 

thumb_img_5693_1024

L’après midi, le bouledogue a fait des roulés boulés … 

 

thumb_img_5707_1024

Ensuite, le soir, pour des raisons que je ne me vois évidemment pas développer ici car elles ne me concernent pas directement, le fils ainé de Chéri est revenu vivre à la maison. C’est du temporaire en attendant de trouver une autre solution mais du coup en attendant, exit les soirées romantiques en tête à tête une semaine sur deux, l’euphorie du vendredi soir et fini de se balader à poil dans la maison (ça va, c’est pour rire).
On sait tous sans le dire que c’est du temporaire qui peut être amené à durer et on doit désormais composer à 3 (voire à 4 donc quand l’Ado est là aussi), une chose que je vis étonnement bien … pour le moment ! (et sans aucun usage de drogue ou d’alcool)

 

 

 

 

P1030704(veille photo)

Vendredi, je ne sais pas ce qui m’a pris mais il m’est arrivé un truc que je pensais hautement improbable (à vrai dire, c’est le genre de truc qui ne m’arrive jamais de la vie) : j’ai été prise d’une frénésie de rangement.
Je n’ai plus supporté la vue de tout le bordel de la maison et j’ai rangé, jeté … Nettoyé, balayé, astiqué (la chanson de Zouk Machine dans la tête, c’est cadeau).

Ca a duré toute la journée, il faisait une chaleur de dingue, j’étais crevée, en nage mais je ne pouvais pas m’arrêter (Je crois que j’étais littéralement possédée par Marie Kondo).
Ca pourrait être une bonne chose, sauf que quand je lève les yeux et que je regarde la pièce, j’ai l’impression de n’avoir rien fait (le bordel est bizarrement toujours là) et ça, ça me donne un peu envie de pleurer.

 

thumb_img_5710_1024

Samedi matin, le petit runing qui fait du bien avant les chaleurs de ouf.

 

 

thumb_img_5719_1024

Et puis, c’est décidé : je ne fais RIEN.
Par rien j’entends : lire, écrire (running gag), me faire les ongles et un masque à l’argile, un peu de cuisine pour les repas du jour et écriture de la rétrospective de la semaine.
Enfin, si j’y arrive et que le Bouledogue m’en laisse la possibilité.

 

thumb_img_5722_1024

thumb_img_5731_1024

A propos du Bouledogue, sachez qu’il a une grande passion pour les pots de Nutella (une chose dont on ne peut pas le blâmer)
Il n’a évidemment jamais gouté (j’ai l’air folle, mais quand même) mais ça ne l’empêche pas de garder jalousement le pot comme s’il était sa propriété exclusive.

 

thumb_img_0880_1024

Quand a la Chatte, et bien que dire ? Les images parlent d’elles même. 

 

 

 

thumb_img_5734_1024

Si je ne vous parle plus de livres depuis quelques semaines, ce n’est pas parce que je ne lis plus, c’est parce que je suis toujours dans « Le Chardonneret » de Donna Tartt.
Bordel, j’en vois pas la fin, j’ai beau tourner les pages encore et encore, il y en a toujours autant (L’avantage, c’est que quand tu achètes ce livre, tu en as pour ton argent)
Attention, j’aime beaucoup et j’ai envie de savoir la suite et la fin, ce qui explique pourquoi je m’accroche et je lis avec plaisir mais j’ai TELLEMENT de livres en attente et TELLEMENT envie de m’y attaquer que j’ai hâte de finir celui-ci.

 

thumb_capture-decran-2016-09-10-a-11-09-44_1024

Et puis, en fin de journée, je suis retombée sur des mails d’il y a 1 milliard d’années (au moins), à l’époque où Chéri et moi, on se s’était encore jamais rencontrés pour de vrai, et où, fait extrêmement bizarre et hilarant aujourd’hui à la relecture …  on se vouvoyait. 
😵
(c’était tellement chou, drôle et touchant que je suis retombée amoureuse en 3 secondes illico)

 

 

thumb_img_5660_1024

thumb_img_5674_1024

thumb_img_5645_1024

thumb_img_5663_1024

AH OUI.
On s’est bien cassé le ventre aussi cette semaine.
Niveau bons petits plats, je vous présente :
la bruschetta (nom pompeux pour désigner un morceau de pain rassis avec un reste de sauce tomate et de la mozzarella prête à tourner de l’oeil) et ses jeunes pousses de Chou Kale
l’assiette dite « fermière » : une omelette avec des oeufs de poule qui gambadent et qui ont toujours leurs becs et leurs griffes, les tomates sus-nommées, et un yaourt de soja aux graines de Chia
des beignets de fleurs de courgettes et une soupe froide à la courgette
– et enfin, un truc d’une MOCHETE EXTREME mais très très bon, un genre de terrine aux lentilles qui sur la photo initiale était super jolie et au final ressemble à une sombre merde.

Mais comme ici, on est ouverts d’esprit et surtout contre toute forme de discrimination au physique, j’avais envie que cette terrine figure tout de même dans la rétrospective.

En effet, c’est pas parce qu’elle est moche qu’elle n’a pas de mérite. 

Sur cette phrase hautement philosophique, à méditer, je vous souhaite une bonne semaine ! 


Ici, elle devrait être bien bien chouette mais comme ce n’est pas encore sur à 100%, je ne vous dis rien pour l’instant et vous le verrez en temps voulu la semaine prochaine (pour les impatients, vous pouvez toujours me suivre sur Instagram).

Mais : Gniiiiiiiiiiiiii. Gniiiiiiii. Gniiiiiiiiiiiii.

Bonne semaine ! 

Publicités