Les petits bonheurs #24

En ce moment, le seul truc qui me fasse vraiment rêver dans la vie (à tel point que je pourrais vendre ma mère au plus offrant), c’est être au calme pour écrire.
En vrai, je rêve d’une retraite spiriualo-écritoriale (c’est un concept) dans la nature, me lever le matin et n’avoir que ça à penser sans avoir personne pour me faire chier distraire.

Parallèlement, malheureusement et autre truc en -ment, Chéri, qui depuis qu’on se connait passe ses journées dans son atelier à mener sa vie d’artiste, s’est dit que c’était le moment idéal pour faire tous les petits travaux de la maison qu’il a eu la flemme de faire depuis 4 ans.
A savoir : essayer de remettre notre maison qui tombe en lambeaux dans un état convenable, réparer les fuites, colmater les brèches, refaire les peintures … et puisqu’on est lancés allons y gaiement  ! Pourquoi ne pas faire le jardin ? Et oh, pour finir :
Faisons des mosaïques sur les rebords des fenêtres !

😒🔫

Je rêve de calme et je viens donc de passer une semaine à :
– faire des allers retours sans arrêt à Leroy Merlin, Weldom ou Castorama
Me coller de la poussière dans les bronches
Nettoyer les traces de ciment au sol 46 fois / jour
Subir les bruits incessants de coups de marteaux, scies, rotofil, tondeuse à gazon, j’en passe et des meilleurs

 

thumb_IMG_2214_1024

Les petits bonheurs quoi.

Ah et puis, rien à voir mais dans le genre calme cette semaine, je me suis aussi retrouvée à minuit sur le Vieux Port pile poil au milieu d’un affrontement entre CRS casqués et bouclierisés et hooligans anglais ivres morts prêts à en découdre (pléonasme).

L’art d’être au bon endroit au bon moment : l’histoire de ma vie.

Allez je vous raconte !

 

thumb_IMG_2225_1024

Le début de semaine fut donc consacré à la maison. Je ne vais pas revenir là dessus, je vous ai déjà dressé le tableau de ce qui pour moi s’apparente à l’enfer sur terre. Si certains aiment bien bricoler et arpenter les allées des magasins en quête de trucs et de bidules pour améliorer leur chez eux, clairement ce n’est pas mon cas.
Puis, vu mon degré de maladresse lorsqu’il s’agit de faire quelque chose avec mes mains, il est évident que personne n’a envie que j’aide : et c’est tant mieux.

 

 

thumb_IMG_2429_1024

Mardi, il s’est passé un événement mystico-bizarroïde comme je les aime.
J’étais dans le bus, seule avec ma tonne de fruits et légumes ramenés de l’épicerie paysanne quand soudain, un type complètement gaga vient s’assoir pile en face de moi (genre gentil mais un peu collant si toutefois ton regard à le malheur de croiser le sien).
Bien entendu, il a commencé à vouloir me faire la conversation (je suis un aimant à gaga), et comme j’étais dans un bon jour (comprenez : un jour où je détestais les gens un peu moins que d’habitude), je me suis prêtée au jeu.
Et là … Il a commencé à me sortir des trucs de dingue sur moi, un peu comme s’il lisait dans ma tête (le truc super FREAKY), il m’a dit qu’il ressentait des choses, je ne vais pas m’étendre mais il tombait juste à chaque fois.
Putain le mec on aurait dit The Mentalist quoi.

Tout en me précisant bien que lui, c’était pas son truc et qu’il n’y comprenait rien à la lecture toussa …, il m’a dit aussi qu’il savait que j’écrivais des livres (LOL) : on sera tous d’accord sur le fait que l’usage du pluriel est à ce stade quelque peu emphatique.
Puis ça a parlé bonheur et tranquillité de l’âme, épreuves de vie et keskisepasse après la mort :
La conversation tout à fait normale à 10h du matin dans le bus avec un inconnu.
Le bus était bondé et pas une personne ne prêtait l’oreille à ce qu’on disait, un peu comme si on était seuls dans un autre espace-temps.
Puis, il est descendu en catastrophe à 2 doigts de louper son arrêt, me laissant seule et flottante et je ne l’ai plus jamais revu.
La vie est décidément trop drôle.

 

thumb_IMG_2330_1024

Jeudi midi :
Ivre, elle décida qu’aller courir lui ferait le plus grand bien.
A midi. En plein soleil. Un jour de grosse chaleur.
Son mari ne retrouvera son corps que plusieurs heures plus tard, en rentrant du travail.
L’autopsie révèlera, en plus d’un manque évident de discernement, que sa mort fut lente et douloureuse.

 

 

thumb_P1200002_1024

Jeudi soir, avec quelques copains de promo, on s’est fait un délire « On s’était dit RDV dans 13 ans » (= ou comment aller montrer tes rides à des gens qui t’ont connue jeune et fraiche) (et grosse, mais c’est un autre problème)

C’était chouette, un peu bizarre au début de se retrouver avec des gens que tu connais bien mais en fait, que  tu ne connais plus, et un peu guindés de refaire les présentations (le tour de table du « Tu fais quoi dans la vie? » etc etc m’a quelque peu donné envie de me jeter directement dans le port) mais c’était super sympa.

Un peu comme si notre complicité d’alors s’était renouée en l’espace de quelques heures. On s’est raconté avec délectation les souvenirs un peu foufous de cette époque
On a par exemple eu le loisir de me rappeler comment, à 4h du matin dans les rues de Paris, après une nuit blanche à écumer les bars et boites de nuit –  donc un taux d’alcool à faire pâlir n’importe qui et une haleine probablement difficilement supportable à part pour moi même – j’ai transporté des bières dans mon sac pour qu’on les picole sur les marches du Sacré Coeur … Tout ça avant de finir la nuit (ou plutôt commencer la journée) dans un bar à putes à Pigalle.
😳
(un souvenir que j’avais bizarrement totalement effacé de ma mémoire) (Il parait qu’il existe des photos –> Je ne suis pas sûre d’avoir réellement envie de les voir).

 

thumb_P1200005_1024

Puis, alors qu’on était en train de descendre les bouteilles de blanc comme des hooligans anglais tout en parlant du Bon Vieux Temps,  les vrais hooligans eux, ils avaient pas chômé.

Les mecs, ils sont pas venus jusqu’ici pour rire hein : ils avaient saccagé la ville et crié des « Fuck the Police » dans tout le Vieux Port, les dingues.
Et ça, les CRS, ça les a pas fait kiffer … Laissez moi vous dire qu’ils ne comptaient pas laisser ces veaux alcoolisés s’en tirer à si bon compte.
L’espace d’un instant, on aurait pu croire qu’on était au spectacle son et lumière du Puy du Fou (j’avais bu) mais non : c’était pas un feu d’artifice, c’était des bombes lacrymos qui voletaient dans le ciel étoilé.
Et nous ? Ben on était au milieu en train de courir comme des antilopes pour attraper le dernier métro, tout en priant pour que ça ne dégénère pas juste à ce moment là.
Un bien beau tableau de vie.

 

thumb_IMG_2209_1024

Sinon ! J’ai lu « Le premier jour du reste de ma vie » de Virginie Grimaldi (le live que le monde entier a lu).
Sympa, très mignon, parfait pour vos lectures de plage cet été mais un peu trop « arc en ciel » à mon goût. Moi il me faut du drame quoi et là, même pas l’ombre d’une petite dépression : tout est 100% happy.
Vous passerez tout de même un chouette moment et je vous le dis en toute amitié, ce livre est tout de même un peu dangereux : vous allez clairement avoir envie de tout envoyer bouler pour vous inscrire sur la croisière du bonheur.

 

thumb_IMG_2361_1024

Vendredi, c’était l’ouverture de l’Euro.
Un truc dont je me tape comme de l’an 40 (manière de dire parce qu’en fait l’an 40 m’intéresse bien plus que l’euro) mais bon, on s’est dit que regarder le match avec les garçons créerait peut être un semblant de complicité dans notre foyer.
Certes, ça a marché … mais à quel prix : je suis obligé de me transformer en sac à vin pour supporter ça. Et dire que ça va durer un mois : je ne donne pas cher de l’état de mon foie au début du mois de juillet.

 

thumb_IMG_2253_1024

Sinon, il a fait super méga chaud cette semaine et ce fut l’occasion d’étrenner la piscine ainsi que mon maillot de bain Graouuuuu trouvé pour une bouchée de pain chez Primark et de commencer à mettre en place une stratégie bronzage (il faut avoir de l’ambition dans la vie).
(big up si toi aussi tu as des petits bourrelets de dessous les bras)

 

thumb_IMG_2382_1024

thumb_IMG_2403_1024

thumb_IMG_1147_1024

Sans transition, l’heure est venue de faire un Point Animaux :  Le bouledogue a la pêche, les tortues ont la fraise, et la Chatte elle, ben vit sa dure vie de chat. Tout va bien dans la maison du bonheur.

 

thumb_IMG_2297_1024

thumb_IMG_2298_1024

thumb_IMG_2304_1024

Enfin pour finir, quelques bons petits plats de la semaine (contrairement à ce qu’on aurait pu croire de prime abord, j’ai aussi essayé d’avoir une hygiène de vie convenable) : soirée sushis, salade de fèves au cumin et gaspacho, et salade aux graines germées, avocat et premier melon : triple mioum piqué.

 

thumb_IMG_2439_1024

thumb_IMG_2445_1024

Et côté sucré, j’ai retenté le fameux et désormais célèbre (dans le monde entier) bavarois avec glaçage miroir rouge en notant les proportions pour vous en proposer la recette bientôt sur le blog cuisine … Ca ne devrait pas tarder (et en plus, c’est facile : si si !)

 

Avant de vous laisser, je tiens à vous dire que ma copine Marie Kléber, dite l’Atmosphérique a sorti cette semaine un nouveau recueil. 
Après L’Essence de l’être, celui-ci s’appelle « Ils avaient un prénom »
Je ne l’ai pas encore commandé (ça ne saurait tarder) donc je vous en parlerai plus en détail très vite mais sachez que vous pouvez d’ores et déjà le commander. Le fruit des ventes de chacun de ces livres sera reversé à l’association Imad Ibn Ziaten qui oeuvre pour la jeunesse et la Paix : un joli geste et une raison de plus de courir se le procurer !

 

Voilà pour cette semaine ! 
Et chez vous, quoi de neuf ? 

Publicités