Les petits bonheurs #11

Après « Le test du Crayon » évoqué la semaine dernière, j’ai de la nouveauté à vous proposer !

Non parce que l’autre jour, j’étais au téléphone avec ma copine Laurie / Maman Rose (si vous cliquez sur Laurie, vous allez sur un super blog tout nouveau qui s’appelle Les Carnets de Laurie et qui parle de lecture, d’écriture et de moments de vie, et si vous cliquez sur Maman Rose, vous allez sur un autre blog, tout aussi super qui s’appelle Un Carnet Rose et qui parle de maternité – mais aussi de Pole Dance) et elle m’a expliqué se souvenir d’un autre test tout aussi débile pour voir si tu as pris cher dans la vie (nous avons des conversations très profondes).

Comme j’aime bien, que dis-je, j’adore les tests débiles, je la pousse à m’en dire plus et la voilà qui me parle du « Test du Miroir » tout en me prévenant bien : « SURTOUT NE LE FAIS PAS. JE NE PLAISANTE PAS ».

Sur le coup, je n’ai pas compris pourquoi elle insistait tant (je vous jure, elle frisait l’hystérie), et puis je me suis dit que, vu qu’elle connaissait ma tronche IRL, elle devait se douter qu’on filait droit à la catastrophe.

Le problème, c’est que quand on me dit « Ne fais pas ça », je n’ai qu’une envie : Le faire.
Surtout si la personne insiste fermement.
Et j’arriverai jamais à m’enlever ça de la tronche tant que j’aurai pas essayé.
Vous savez, un peu comme quand vous dites à un enfant « Ne touche surtout pas à la porte du four, c’est dangereux, tu vas te bruler! » et qu’il finit forcément par coller sa main dessus et pleurer sa race. Et bien voilà, c’est moi (= bonjour, j’ai 4 ans dans ma tête)

Donc, le fameux test du miroir, c’est tout con : tu t’assoies, tu poses un miroir sur tes genoux et tu te regardes.

Clairement, NE LE FAITES PAS. JE NE PLAISANTE PAS.
(Les Laurie sont pleines de bon sens)
En une fraction de seconde, j’ai compris pourquoi elle m’avait limite menacée. 

L’attraction terrestre, c’est moche.
Très moche.
Je ne peux désormais pas m’empêcher de plaindre mon mec quand je me penche sur lui pour le réveiller le matin.
Pas évident ce qu’il doit endurer au quotidien, le pauvre.

SINON.
Et bien, c’est une semaine éclair qui vient de s’écouler… Pas que j’ai fait des trucs de dingue, loin de là mais, je n’ai pas vu passer les 7 derniers jours et j’ai l’impression de ne pas avoir arrêté dans un enchainement de rendez-vous, aller et venues, trucs à faire …
Allez, je vous raconte !

 

 

thumb_IMG_7632_1024

Dimanche, on a fêté nos 4 ans d’amour avec Chéri.
4 ans qui sont passés bien vite.
4 ans et quelques accrochages, des bouderies, des pétages de plombs, des disputes qui font partir le matin avec la boule au ventre et les yeux humides, des remises en questions, des cigarettes fumées par colère sur le seuil de la porte d’entrée pour tenter d’apaiser le coeur qui battait trop fort après des mots qu’on ne pensait pas vraiment mais qu’on a dit pour faire du mal…

Mais surtout 4 ans de fous rires quotidiens, de petits papillons dans le ventre et d’étoiles dans les yeux, de moments ordinaires que le fait d’être ensemble rendent extraordinaires, de discussions sans fin et reprises inlassablement, 4 ans d’une complicité qui n’en finit pas de grandir et de soutien sans faille.

4 ans d’amour quoi.

 

thumb_IMG_7616_1024

Après ce petit interlude romantico-baveux, sachez que si certains offrent des boucles d’oreilles, des parfums, des parures de sous-vêtements, des bagues 18 carats ou que sais-je encore, moi mon mec il m’a offert … du pain.
Et ouais.
Je sais, ça fait rêver.
Mais bon, moi le pain, c’est un peu ma passion dans la vie (juste après rien foutre)

Mais attendez en plus, c’est pas n’importe quel pain : c’est le pain de la meilleure boulangerie de Marseille dont tout le monde parle en ce moment (Maison Saint Honoré rue d’Endoume dans le 8ème arrondissement pour ceux que ça intéresse).
C’est un peu à l’exact opposé de chez nous donc ce fut une expédition pour y aller, il a fallu faire la queue pendant 20 minutes dans le mistral glacé (pour du pain n’oublions pas, pas pour des places de concert de Beyoncé) et puis surtout … choisir parmi le milliard de variétés proposées.
J’ai échoué à la dernière étape et je suis repartie avec la quasi-totalité de la boulangerie.

Il y avait du pain aux olives, aux figues, aux lardons, aux cèpes (!!!!), aux truffes (!!!!) et attention roulement de tambour, une foccacia au charbon végétal. Même des pains à burger tous noirs. OH MY FUCKING GOD.
J’ai fait un petit peu pipi dans ma culotte (de bonheur) et j’ai fait mon stock de gluten pour un moment.

 

 

thumb_IMG_7645_1024

Le soir, comme à chaque fois pour nos anniversaires, Chéri a cuisiné.
Enfin …  J’ai tout préparé, fait une jolie table, mis des bougies, des jolies serviettes, mis le fromage dans une petite soucoupe et pas dans l’emballage explosé, pareil pour les épices, j’ai fait une mousse au chocolat pour le dessert, j’ai sorti la grosse marmitte pour les spaghettis qui est toujours à la même place depuis 4 ans mais qu’il ne trouve jamais sans mon aide, j’ai mis l’eau à bouillir et quand c’était en train de glouglouter, attention ! Intervention du Chéri : il a plongé les spaghettis dans l’eau.
Mais, ça lui fait plaisir de dire qu’il a cuisiné et si en 4 ans de couple, j’ai appris une chose : il faut parfois savoir se la fermer et s’extasier béatement devant les prouesses de son amoureux.
En plus, je suis mauvaise langue car il a aussi fait autre chose : Au bout de 10 minutes, il a égoutté les spaghettis et les a mis dans un saladier.
#standingovation

Chaque année, on fait une sorte de bilan et on doit dire si on repart pour une année ou pas. Ce petit rituel nous amuse beaucoup et on se fait monter la pression toute la journée (on est un peu con-con mais on le vit bien)
Alors que les pâtes étaient en train de cuire, Chéri me demande si on se donne les résultats de nos réflexions maintenant ou après avoir mangé.
J’ai répondu « Oh, après manger parce que si on se quitte, au moins on aura bouffé »
#pasfollelaguepe

 

thumb_IMG_7642_1024

Au dessert donc, j’avais prévu des langues de chat et des cigarettes russes pour aller avec la mousse au chocolat. Vu la gueule pathétique et surréaliste des gâteaux, ça ne laissait présager rien de bon quant au devenir de notre couple.
Et pourtant après une longue réflexion, on a finalement décidé de continuer encore un peu.
Du coup, on était contents et on a pu regarder Capital en toute sérénité.
Ou Zone Interdite peut être.
Enfin, un truc racoleur de cette chaîne bien intellectuelle qu’est M6.
#4ans

 

thumb_IMG_7888_1024

Lundi et mardi, fini les petits oiseaux et cupidon machin chouette et retour à la réalité de la vie. Rendez-vous chez mon médecin puis des analyses diverses puis chez un spécialiste pour les petits problèmes de santé dont je vous parlais vaguement la semaine dernière.

Je crois que mon nouveau gastro-enterologue est un peu timbré mais comme je le suis aussi, on était sur la même longueur d’ondes et on s’est super bien entendus. On s’est fait des blagues pendant presque 1h alors que la salle d’attente dégueulait de monde.
C’est bien simple, le mec, il m’a tellement kiffé qu’il s’est dit que pour mieux se connaitre, rien de tel qu’une petite exploration du colôn, comme ça, en passant.
Forcement, ça crée des liens, ce genre de choses.

Mercredi prochain, je vais donc passer, avec une grande joie, vous vous en doutez :
💕Une coloscopie 💕
(avec des petits coeurs, ça passe mieux)
Alors l’examen en lui même, je m’en bats l’oeil mais tout ce qu’il y a avant n’est que du bonheur …
Je ne vous en dis pas plus, ce sera sans doute pour la semaine prochaine ! (amis du glamour, soyez au rendez-vous)

 

 

thumb_IMG_7680_1024

thumb_IMG_7697_1024

Parmi tout ça, nous avons fêté l’anniversaire de l’Ado, pour qui je me suis lancée dans un entremet 100% citron qui fut brigement bon. Comme d’habitude, je vous mettrai la recette sur le blog Dans la Cuisine de Laurie, dès que je l’aurai rédigée (ce qui peut me prendre un temps certain étant donné que j’ai sous le coude un milliard de recettes en attente d’être publiées).

 

 

 

thumb_IMG_7895_1024

Jeudi : combo bibliothèque + courses à l’épicerie paysanne et solidaire = Best journée ever.
Je frétillais d’excitation à l’idée d’aller chercher de nouveaux bouquins et du même temps d’aller acheter de l’ail des ours.
Chacun son délire. Moi tu me donnes des livres et de l’ail des ours, ça fait ma journée.

 

 

thumb_IMG_7722_1024

thumb_IMG_7728_1024

D’autant qu’en chemin, je suis tombée malencontreusement sur une épicerie de maboul située sur la Canebière, un genre de caverne d’Ali Baba de l’épice qui s’appelle Saladdin (ça ne s’invente pas). Je suis ressortie avec des graines diverses et variées, du sésame au Yuzu (!!!), du sésame au Wasabi (!!!) et des légumes séchés (!!!) (je vous ai dit que c’était un truc de maboul) qui ont directement pris place dans des petits bocaux étiquetés (je SUIS l’organisation).

 

thumb_IMG_7759_1024

Comme la semaine dernière j’étais malade et que je ne suis pas beaucoup sortie, j’ai du dépenser le fric que je n’ai pas sur Camaïeu.fr pour m’occuper.
Enfin, un délire raisonnable puisque c’était Les Jours Camaïeu, une pluie de -50% en veux-tu en voilà, et j’ai dépensé la somme de 12 euros pour cette petite robe rouge reçue cette semaine. J’étais bien contente. Voyez d’ailleurs la tête de la meuf bien contente.
(Sachez que par respect pour vous, je vous ai épargné la vision d’horreur des 2 poteaux blancs et poilus qui me servent apparement de jambes en coupant la photo in extrémis)

 

12805788_786763288095167_6479627078060933620_n

En parlant de vision d’horreur, sachez que le mec qui a inventé les filtres Instagram mériterait largement un Prix Nobel. Non parce que sans filtre sur cette photo, j’avais une tête de Q. Mais genre le truc inimaginable. Et bim, un filtre et je deviens bonne.
Enfin, passable.
Enfin, un peu moins moche quoi.
J’aime.

 

 

 

thumb_IMG_7682_1024

thumb_IMG_7625_1024

thumb_IMG_7718_1024

thumb_IMG_7571_1024

thumb_IMG_7896_1024

Sinon, cette semaine, GROS GROS plein de fruits et légumes en prévision de ces prochains jours où je vais être obligée de suivre un régime sans résidu  (aucun fruit, aucun légume, aucune fibre, aucun laitage, aucune épice, aucune connerie à boulotter pendant 4 jours : autrement dit une dépression certaine … voire LA MORT).

Adieu tacos avec une farce végétarienne aux olives, tartines avocat – saumon, soupe de légumes, courge butternut poêlée à l’huile de sésame, et avocats – crevettes adorés ….

4 jours, c’est pas long et c’est pas grand chose mais je commence en ce dimanche matin et j’ai déjà, allez savoir pourquoi, une furieuse envie d’endives.
Alors que je n’aime pas particulièrement les endives.
Evidemment.

 

thumb_IMG_7869_1024

Et puis bon, les légumes c’est bien, mais comme je vais être aussi privée de gras, j’ai pris de l’avance avec ce camembert chaud (cuit dans un pain à l’épeautre home-made) qui suinte autant le bonheur que les calories.
Je crois que je peux affronter ces 4 jours tranquille.

 

thumb_IMG_7717_1024

Ensuite ! J’ai lu un chouette petit bouquin qui s’appelle Le Liseur du 6h27.
(Coucou, j’ai comme un peu de retard sur les bouquins à la mode en 2014)
C’est pas un bouquin qui transcendera l’histoire de la littérature mais j’ai bien aimé, les personnages sont attachants, certaines scènes sont très drôles, et pis y’a une histoire d’amour trop mignonne qui fait boum-boumer ton coeur.

 

thumb_IMG_7703_1024

J’ai aussi découvert un nouveau magazine trop trop bien qui m’a donné plein d’idées cuisine : Slowly Veggie ! C’est méga frustrant car j’ai envie de tester des tonnes de recettes mais bon, on est que 2 (ou 4 mais bon, je compte pas les garçons parce que les trucs veggie c’est pas trop leur délire) et on arrive pas à suivre le rythme de ma folie culinaire. #lesproblèmes

 

 

thumb_IMG_3206_1024

Vendredi, je vais mieux, et allez savoir ce qui me passe par la tronche, je me dis que je vais retourner courir. Non parce que j’avais pas fait de sport depuis au moins 2 semaines  et je me suis dit que ça allait me faire du bien.
30 minutes de course tranquille, super chouette, j’écoute des musiques de merde, je me sens bien, en fait, je suis une marathonienne qui s’ignore. Etirements, douche etc etc et 3h après : le retour de la douleur de la muerte dans la hanche qui avait fait que j’avais arrêté. Je sens que mon corps a décidé que je devais arrêter le sport. A tout jamais.

 

thumb_IMG_7893_1024

Quant au Bouledogue, et bien ma foi, il va très bien. Si ce n’est que je me rends compte qu’il vieillit à vitesse grand V, comme en attestent ces milliers de petits poils blancs qui envahissent son pelage noir sur la partie droite de sa tête. Je n’ose même pas imaginer le jour où…
BREF… Passons.

 

thumb_IMG_7787_1024

Je ne peux pas vous laisser sans vous parler de ce fromage trouvé à l’épicerie paysanne et solidaire des 5 avenues (13004 à Marseille). C’est de la ricotta fumée.
Un truc de déglingué.
Bien évidemment, il faut aimer le gout du fumé (ce qui est mon cas) parce qu’elle est tellement fumée cette ricotta que quand t’en manges un petit bout t’as l’impression d’avoir fumé un paquet entier de Marlboro. Ca tombe plutôt bien car comme je ne fume plus, je sens que je vais désormais me trimballer avec mon petit morceau de ricotta dans mon sac.
Just in case.

Voilà voilà !
Et chez vous, elle était comment cette semaine ?

 

 

 

 

Publicités