Les petits bonheurs #10

L’autre jour en perdant du temps sur Internet, je suis tombée sur un article que je ne retrouve malheureusement pas (ce qui est bien dommage vu son haut potentiel philosophique et crucial pour l’humanité) mais qui avait un titre bien racoleur du genre « Comment savoir si vos seins tombent? ».

Plutôt que de passer mon chemin comme l’aurait voulu le bon sens, j’ai lu l’article.
Et j’ai redécouvert le fameux Test Du Crayon.
Je dis redécouvert parce qu’il me semble bien avoir déjà lu ces foutaises quelque part = certainement dans Jeune & Jolie quand j’avais 14 ans.

(Tout à coup en écrivant, je réalise que mes 14 ans, c’était il y a 20 ans – 20 ANS!!!! – et ça me fout un peu les jetons. Quelqu’un peut-il m’expliquer ce qu’il s’est passé entre 1996 et 2016 ?)

Revenons en au test … Pour résumer, tu places un crayon à papier sous tes seins et si le crayon tombe, ça veut dire que tes tissus mammaires sont en pleine forme. S’il reste coincé, tu peux commencer à pleurer.

J’ai pesté contre la débilité de cet article et puis le soir, dans ma salle de bain, allez savoir ce qui m’est encore passé par la tête, j’ai voulu essayer.

Mais pas avec un crayon à papier puisque j’étais dans ma salle de bain et que forcément, il n’y a pas de crayon à papier dans ma salle de bain mais avec ce que j’avais sous la main à savoir  …  un eye liner.
Ce qui, techniquement, n’est pas si éloigné d’un crayon.

Je commence donc par placer l’eye liner sous mon sein gauche (c’est mon préféré, celui qui ne m’a jamais trahi) et BIM : l’eye liner ne tient pas, ah ah je le savais, j’ai une poitrine de jeune fille.
Big up my boobs !

Un peu méfiante, je passe ensuite au sein droit, celui là il sournois et pas toujours très sympa …
Et là stupeur : l’eye liner tient.
Et je vais même vous dire mieux : Non seulement l’eye liner tient mais clairement, je pense qu’en tassant un peu, mon mascara, ma brosse à dents et, allons y gaiement, limite ma brosse à cheveux auraient pu tenir tout aussi bien.

C’était consternant.
Cette image de l’eye liner bloqué sous mon sein droit me hante depuis, j’ai presque du mal à fermer l’oeil. Je pense que c’est peut être même ça qui m’a rendue malade toute la semaine (j’y reviendrai).

Comment voulez vous que je sois adaptée dans la vie normale avec un nichon de jeune fille et un nichon qui peut abriter tout le rayon cosmétique du Séphora des Champs Elysées ? Ca n’est tout simplement pas POSSIBLE.

J’en suis venue à la conclusion que, puisque j’avais un physique ingrat, il ne me restait que mon cerveau pour tenter de m’insérer dans la société.

Et par cerveau, j’entends : Ecriture vu que c’est la seule chose que je sais à peu près faire.

Enfin …

Là aussi, paie ta semaine anti-égo, puisque je vais vous raconter une autre anecdote :
En Novembre, j’ai participé à un concours d’écriture. Disons plutôt que j’ai recyclé la nouvelle écrite pour le concours Au Féminin en changeant quelques passages pour coller au thème.
En tout et pour tout, il y a eu environ 2000 participants et lundi, ils ont annoncés le classement des 500 premiers.
Allez savoir pourquoi, ils n’en ont pas annoncés 500 comme prévu mais 506.
Attention la grosse marrade arrive, essayez de deviner combien ma nouvelle s’est classée …
20ème ? Lol.
60ème ? Ouais presque …
340ème ? Tu chauffes !

503ème.
Genre avant-avant-avant dernière quoi.
Et ça mes amis, c’est ce qui s’appelle un sauvetage in extremis de la noyade et j’aime autant vous dire que je ne suis pas sure de m’en remettre un jour.

 

BREF.

Comme vous le voyez, ce fut une bien jolie semaine puisque pour couronner le tout, j’ai été malade, Chéri a été malade et Le Bouledogue a été malade.

Difficile de faire mieux.

Du coup, vu le piètre contenu de mes journées, pas vraiment de retrospective jour par jour cette semaine, seulement quelques petits moments de bonheur piochés ça et là au fil de la semaine :

 

 

thumb_IMG_7418_1024

Dimanche, juste après la soirée entre amis où je me suis dédoublée pour préparer à manger, ce fut petit déjeuner / déjeuner suivie d’une journée loque humaine.

 

thumb_IMG_7430_1024

Lundi soir, alors que je commençais déjà à flancher, assaillie par les microbes, on était invités chez des amis. J’avais fait des minis muffins curry/curcurma/brocolis pour l’apéro.
Encore un gros repas. Encore trop de bouffe. Encore couchés trop tard.
Personnellement, mon corps prend cher dès que j’enchaine deux excès coup sur coup.
(Oui car contrairement à ce que, je le sais, vous avez tendance à croire, je ne mange pas comme une truie à tous les repas)
Donc, un gros repas et j’arrive à compenser les jours suivants mais deux, ça me dégoute à tout jamais de la bouffe. C’est ce qu’il s’est passé cette semaine où je n’ai juré que par les soupes et les légumes bouillis.

 

thumb_IMG_7531_1024

Du coup, j’ai testé l’huile de massage de Puressentiel pour mon ventre en vrac. Ouais bof.
D’habitude j’aime beaucoup leurs produits mais là, déjà l’odeur n’est pas très très agréable mais surtout l’efficacité est discutable

 

thumb_IMG_7508_1024

Ensuite, plusieurs journées avec la tête quelque part dans l’arrière train, le ventre en vrac et au bout de ma vie. Lecture, écriture, films, câlin avec le bouledogue, gros glandouillage sur le lit et sur le canapé. Productivité, quand tu nous tiens.

 

 

thumb_IMG_7483_1024

J’en ai profité pour lire pas mal de bouquins, notamment « L’arbre du Pays Toraja » de Philippe Claudel. J’ai adoré mais autant vous prévenir tout de suite que ce n’est pas le livre le plus fun qui existe. Ca parle de la vie et de la mort, de l’avancée dans l’âge et la maladie… mais aussi d’amour et de désamour, d’amitié, de cinéma …  C’est d’une grande sensibilité et c’est très beau.

 

thumb_IMG_7552_1024

J’ai ensuite lu pas mal d’autres livres, des essais de Peter Handke et puis Biba aussi (comment ça c’est pas un livre ?)

 

 

thumb_IMG_7550_1024

Puis j’ai régalé mes yeux avec les sublimissimes photos de Salgado, que j’aime décidément beaucoup beaucoup .

 

 

thumb_IMG_7238_1024

thumb_IMG_7513_1024

Et puis j’ai regardé des films : « Mon roi » de Maïwenn et « Leviathan » un film russe d’Andrey Zvyagintsev.
Bon, je vais pas refaire de critique comme la semaine dernière sur The Revenant mais voilà quoi. Je n’ai pas été transportée à outre mesure. Il y a pas mal de trucs intéressants dans les deux films, bien qu’ils soient extrêmement différents l’un de l’autre, je ne peux pas dire que je n’ai pas aimé mais vraiment sans plus. Aucun des deux ne me laissera de souvenir impérissable.

 

thumb_IMG_7491_1024

Sinon, Le Bouledogue a été malade lui aussi et a failli mourir empoisonné par un anti-puces qu’on lui a administré. Il a fait une réaction allergique, n’arrêtait pas de se gratter comme un fou furieux et n’arrivait plus à manger tellement il était mal … Heureusement, super-véto nous a donné le conseil le plus débile qui soit : le laver pour faire partir l’anti-puces. #yenaquireflechissent

 

thumb_IMG_7442_1024

Seule survivante de la maison des branquignoles :  La Chatte, qui elle se porte comme un charme !

 

thumb_IMG_7541_1024

Sinon, ben du coup, c’était pas vraiment la folie des petits plats.
Mais jeudi, après avoir pris mon courage à deux mains pour prendre rendez-vous avec un spécialiste (je dois le faire depuis des mois mais comme j’ai les hôpitaux en horreur, je repoussais le moment jusqu’à n’avoir pas d’autre choix) et vu que j’étais en train de me liquéfier de trouille sur les éventuelles conséquences de ce rendez-vous, j’ai eu besoin d’un petit remontant : un bon repas de fromage avec un verre de vin. Le meilleur repas de tous les temps.

 

 

 

thumb_IMG_7591_1024

Petit cadeau de fin de semaine, depuis vendredi soir, que ce soit télé, ordi ou téléphone, je ne supporte plus les écrans plus de 5 minutes. Mes yeux brulent à en pleurer et ça me colle des maux de tête illico.
Je suis d’ailleurs en train de galerer pour finir coûte que coûte cette fucking retrospective, même avec mes super lunettes anti-reflets bleus + deux tonnes de gouttes et eau de bleuet sur les yeux.
Ah oui et si je ne me placarde pas 3 tonnes de maquillage sur la tronche, j’ai des cernes qui tirent sur le violet.
Chéri trouve aussi que je suis hyper pâle :
« ça fait peur, on dirait un cadavre » m’a-t-il dit l’autre soir.
Mon mec a le sens du compliment, ça fait plaisir.

 

thumb_IMG_7583_1024

Du coup samedi, comme je ne pouvais ni lire, ni écrire, ni être sur l’ordinateur, ni regarder la télé, et que je suis beaucoup trop HS pour aller gambader à l’air libre, il ne me restait plus qu’une seule activité : m’engraisser. Une activité dans laquelle j’excelle, surtout en étant aidée par ces petits cupcakes à la pistache et topping à la cerise griotte. Yummy.

 

thumb_IMG_7511_1024

Et quoi qu’il arrive et même à l’article de la mort : rien ne pourra m’empêcher de déguster une bonne petite pizza aubergines, chèvre et mozzarella devant The Voice, que j’ai regardé en alternance avec mon oeil droit, puis mon oeil gauche : Tout.va.bien.

 

Photo du 02-03-2016 à 15.34 #2

Et pour finir, ça c’est juste un petit cadeau pour illustrer l’anecdote du crayon évoquée en préambule 💕

 

Et chez vous, il s’est passé quoi de beau cette semaine ?

 

Publicités