Petits plaisirs et grands bonheurs #47

Bon, je ne vais pas encore revenir sur les événements de la semaine dernière, non pas parce que je n’ai pas envie ou que je suis « passée à autre chose » (pour vous en convaincre, il suffit de savoir qu’hier encore, j’étais en hyperventilation dans le métro à la vue de la moindre mallette ou sac de sport posé sur un siège et à deux doigts de descendre de la rame pour attendre la suivante : TOUT. VA. BIEN.), mais parce qu’aujourd’hui, c’est dimanche et le dimanche, c’est le jour des petits plaisirs et des grands bonheurs.

Autrement dit, c’est le jour des calories en trop, des futilités, des licornes qui volent et de la pluie de paillettes.

Et ça, pas question de nous l’enlever pas vrai ?

Alors c’est parti pour le résumé de la 47ème semaine de cette année 2015 …

 

thumb_IMG_3324_1024

Lundi dernier, le climat était encore électrique et après ces enchainements continus d’informations et d’images (comme beaucoup, j’ai quand même passé pratiquement 2 jours entiers à ne faire que regarder la télé, écouter la radio ou lire la presse), j’ai eu besoin d’évacuer, de me recentrer, de laisser mon cerveau faire le vide. J’ai couru et puis, j’ai fait du yoga et de la méditation. C’était bien.

 

thumb_IMG_5386_1024

Mardi, matinée pourrie. Vous vous souvenez peut être du rendez-vous raté dans le Var il y a 15 jours (si non, c’est que vous lisez les rétrospectives en diagonale et ça, c’est très mal). Et bien, le rendez vous a été reporté, et nous voilà repartis cette fois pour Toulon.
Coucou l’embouteillage de 2h (2 vraies heures, pas des heures marseillaises) dû aux renforcements des contrôles de sécurité aux abords du port de Toulon (Toulon = ville militaire = porte-avion Charles de Gaulle prêt à appareiller = climat légèrement tendu du string = gros bordel partout).
Pendant l’embouteillage, allez savoir comment, Chéri s’est retrouvé avec un « truc qui brûle dans l’oeil » (surement une poussière mais chez les hommes, ça veut dire qu’il risque de perdre la vue dans les 3 prochaines secondes). Il me demande de lui mettre un peu d’eau dans le creux de sa main pour qu’il puisse se rincer l’oeil (au sens littéral du terme). Il semblerait qu’il y ait eu chez moi comme un petit problème de coordination cerveau-mains puisqu’au lieu d’une goutte, je lui ai versé pratiquement l’intégralité de la bouteille d’eau sur le pantalon (il avait tout de même un peu d’eau dans le creux de la main ce qui fait que, techniquement, j’estime ne pas avoir entièrement failli à ma mission).
Il a crié, j’ai été prise d’un fou rire assez incontrôlable (il avait une auréole énorme au niveau de l’entrejambes et je ne pouvais pas m’empêcher d’imaginer la tête que ferait le mec avec qui il avait rendez vous en le voyant arriver) ce qui l’a fait encore plus crier, puis j’ai crié aussi en disant que c’était quand même pas ma faute s’il était incontinent (ça ne l’a pas fait rire du tout). GROSSE AMBIANCE. On s’est boudés 30 secondes puis il m’a dit « bon, tu me fais un bisou maintenant? » (#lamour)

 

thumb_IMG_3335_1024

En rentrant, j’ai fait de la sculpture sur une aubergine moche. Et ben c’était drôlement rigolo.

 

thumb_IMG_3383_1024

thumb_IMG_3384_1024

thumb_IMG_3469_1024

Mercredi, du bonheur dans ma boite aux lettres !  Des produits Puressentiel; « L’essence de l’être », le livre de Marie Kleber et un bon d’achat de 15€ chez Naf Naf dont je vous reparlerai quand je les aurai respectivement testés, lu, et dépensé.

 

thumb_IMG_3356_1024

Vous n’étes pas sans avoir qu’à l’adolescence, on fait quand même pas mal de fashion fails en croyant qu’on est trop dans le coup, et passé 30 ans, on se rend compte qu’on était passablement ridicules. Ce qui ne veut pas dire qu’on ne fait pas de faute de goût à 30 ans mais à 17, on en fait quand même plus…
Moi qui vous parle par exemple, l’été de mes 18 ans, je vivais quasiment en permanence avec un dos-nu côtelé couleur lavande qui m’arrivait à la moitié du ventre – ventre qui, déjà à l’époque, était bien loin d’être plat – et j’aurai pu tuer plutôt que de m’en séparer. (Je le porte d’ailleurs sur TOUTES les photos que j’ai de cette époque). Je pensais que ce petit haut fétiche était mon atout séduction n°1 alors que de toute évidence, je devais plutôt ressembler à une cagole assez vulgaire.
Bref, en ce moment, outre le jogging gris ou le pull léopard (triste mais vrai), l’accessoire indispensable de l’Ado, c’est cette casquette. Attends, c’est pas n’importe quelle casquette. C’est la It casquette de la cour du lycée (sur laquelle tout le monde se pâme sur snapchat et qui te vaut immédiatement respect quand tu la portes). Malheureusement pour lui, il l’a oublié un matin en partant, et je me suis transformée en ado attardée pour faire des photos wesh wesh avec sa casquette. Kiff.

 

thumb_IMG_3400_1024

Mercredi soir, j’ai troqué ma casquette d’ado pour une tenue plus conventionnelle et accueillir un couple de voisins à la maison pour diner. La vie c’est trop drôle parfois. Jusqu’à il y a peu, on détestait ces voisins parce qu’ils faisaient du bruit l’été. C’était le genre qui laissaient les enfants faire du trampoline à 3h du matin sous les fenêtres. Chéri était fâché avec eux depuis des années, il y avait même eu des engueulades et des plaintes. Et bien en fait, avec les problèmes qu’on a eu dans le quartier il y a quelques mois et l’association qu’on a montée, on est devenus amis. Et même qu’ils sont super sympas en fait. (et on a appris qu’ils ne sont jamais là l’été et qu’ils n’étaient même pas au courant du bruit puisqu’ils prêtent leur maison à leurs enfants …). Comme quoi, la vie est pleine de surprises.

 

thumb_IMG_3391_1024

Et puis, on a eu une invitée surprise à ce diner. Dîner pendant lequel on a encore trop mangé (l’histoire de ma vie résumé en 2 mots) et quand ils sont partis, j’ai décidé de ne plus manger jusqu’à nouvel ordre.

 

 

 

thumb_IMG_3428_1024

Jeudi, de nouveau le jour de la loose. Apparement, le jeudi et moi, on est pas trop copains. Vous vous souvenez peut être de la semaine dernière. Et bien ce jeudi, je retourne en ville pour aller chercher un live réservé à la bibliothèque. J’ai cru mourir d’angoisse à chaque pas mais tant bien que mal, j’arrive à la bibliothèque pour trouver la porte fermée, juste ce matin là. JOIE.
Sinon, j’avais un pull rose à paillettes et l’air de rien ça fait du bien au moral, le rose et les paillettes.

 

thumb_IMG_3405_1024

Du coup, je suis rentrée à la maison sans mon livre (re-angoisse) et finalement, après avoir décidé que je ne mangeais plus jusqu’à nouvel ordre, j’avais faim. Mais pas assez faim pour manger. Et puis il était 13h et j’avais envie d’un petit déjeuner. Mais je ne prends jamais de petit déjeuner. (#lesproblemes). Bref, j’ai mis 30 secondes à faire un jus d’orange, 30 secondes à le boire, et 1h à nettoyer la centrifugeuse. Mais le plaisir d’un petit jus d’oranges fraichement pressées vaut bien ça.

 

thumb_IMG_3502_1024

J’ai profité du calme de la maison pour … attention, ce qui suit va vous surprendre …  écrire. Oui je sais, moi aussi ça m’a choquée. En ce moment, j’alterne les périodes d’écriture et de démoralisation mais l’un dans l’autre, ça prend forme petit à petit (même si à ce rythme une sortie serait éventuellement envisageable en 2030)

 

thumb_IMG_3471_1024

Vendredi, me voilà repartie à la bibliothèque. Et puis j’ai fait de la mousse au chocolat au jus de pois chiche très très mioum. (deux événements qui n’ont pas le moindre rapport, l’un avec l’autre, on est d’accord).

 

thumb_IMG_3286_1024

thumb_IMG_3466_1024

En ce moment, je suis dans ma période biscuits. Mon plaisir, c’est de les manger avec une compote de pommes ou mieux : les tremper dans ma tisane le soir en regardant un truc à la télé (coucou, j’ai 90 ans). J’ai tenté des cookies au beurre de cacahuète et noix de pécan qui étaient bons et pas bons à la fois (ouais je sais, c’est fou) et des biscuits à la cannelle d’une mocheté extrême, mais bons quand même (par contre, le mec qui a inventé le tampon à biscuit était forcément un pervers qui a oublié que les biscuits, il fallait les cuire et que donc son tampon ne servait à rien sinon nous démoraliser)

 

 

thumb_IMG_5399_1024

Vendredi soir, l’Ado est parti et qui dit vendredi + Ado parti = petite danse de la joie et soirée en amoureux ! Au programme : une pizza aux poivrons et 4 fonds de bouteilles à finir … Oui 4. Mais il restait que des gouttelettes hein.

 

thumb_IMG_3514_1024

Samedi, on s’est laissé des petits mots doux sur le miroir de la salle de bain, c’était d’un chou.

 

thumb_IMG_3540_1024

Et puis, samedi soir, on a fini en beauté avec un petit plat de derrière les fagots : poulet gratiné au comté avec du riz venere et sauce à la crème et au comté.

 
 

thumb_IMG_3534_1024

thumb_IMG_3525_1024

thumb_IMG_3542_1024

La petite série animalière de la semaine, qui montre encore une fois combien ils sont tristes et malheureux… (Par contre, mon canapé n’est plus qu’un panier à animaux recouvert de poils)(mais comme on les aime à la folie, on s’en fout et on passe l’aspirateur non-stop)

 

 

thumb_IMG_3475_1024

Enfin, la petite phrase Yogi Tea de la semaine

 

thumb_IMG_3459_1024

Ah oui et puis sinon, j’ai respiré les arbres.

Voilà, c’est le moment où vous pouvez vous moquer….

 

Et chez vous, elle était comment cette semaine ? 

 

Publicités