Petits plaisirs et grands bonheurs #37

Bon, on ne peut pas dire que cette semaine fut meilleure … Au contraire, depuis La Mauvaise Nouvelle, je traine une langueur et une mauvaise humeur assez insupportable pour tout le monde, y compris pour moi-même.

Je n’arrive pas à rebondir ou à trouver une solution, à me remotiver ou à voir la chose de manière positive … Un gros coup de mou qui fait que je me trouve à la fois nulle, molle, grosse, moche (avec une peau particulièrement dégueulasse en prime) (on dit merci au syndrome pré-menstruel).

En quête de réconfort, j’ai eu également la bonne idée de ne pas lésiner sur la bouffe (de préférence bien sucrée et/ou bien grasse) ce qui n’a arrangé ni mon tour de taille (coucou les 2 kilos de plus apparu comme par magie) ni le regard peu bienveillant que j’ai envers moi.

Rajouté à ça, le chaud et froid soufflé par un ado aux hormones en folie qui nous envoie chier 2 soirs de suite dès qu’on essaie de lui parler, et qui tout d’un coup, se transforme en moulin à paroles et prend plaisir à nous raconter ses journées dans les détails (Faut suivre.)

BREF.

Après avoir passé plusieurs jours sur le canapé à trainer sur les réseaux sociaux (en pleine crise sur les migrants, les commentaires que j’ai parfois pu y lire n’a également rien arrangé sur mes sentiments envers l’espèce humaine), j’ai eu comme un sursaut et j’ai opté pour l’hyperactivité.

 

thumb_IMG_4942_1024

Dans la même journée, j’ai donc : posé une espèce de bâche occultante sur le grillage pour masquer le vis-à-vis avec les voisins (je ne sais pas comment ça s’appelle mais c’était bigrement galère), fait le ménage de fond en comble de la maison, cuisiné, balayé un monticule de feuilles mortes devant notre portail (c’était limite si on ne pouvait plus rentrer chez nous), balayé un tapis d’aiguilles de pin sur la terrasse, marché plus d’une heure avec le Bouledogue, couru un peu pour finir la journée en beauté (j’ai tenu lamentablement 15 minutes – fucking quartier en pente).
Comme vous le voyez sur la photo, Le bouledogue n’a pas survécu à tant d’activité !

 

IMG_1105

IMG_1107

IMG_1111 (1)

J’ai trouvé une ferme bio pas trop trop loin de chez moi, un endroit complètement hors du temps, au fin fond d’un petit chemin même pas goudronné, qui vend des fruits et légumes de ouf, bio et cultivés sur place of course. Les tomates ont un vrai gout de tomate, les oeufs ont de la paille et des petites plumes accrochées sur leurs coquilles, les haricots sont gouteux et croquants … Bref, de vrais légumes pour pas super cher : j’aime !

 

thumb_IMG_1182_1024

J’ai tenté le cake volcanique aux carambars (recette tirée du site La cuisine de Bernard). J’avais déjà testé plusieurs fois (et approuvé par tous ceux qui ont pu le gouter) le cake ultime au citron  et ce gâteau est encore une fois une réussite … Très moelleux (même s’il semble sec sur la photo, ce n’est absolument pas le cas) et un délicieux gout de carambars … Un pur délice que je vous conseille vivement !
L’Ado, souvent frileux à l’idée de gouter mes réalisations, s’est laissé tenté et a même dit : « C’est bon, on dirait qu’on mange du carambar, mais en gâteau«  (il parait que, au niveau neurologique, le cerveau des adolescents n’est pas tout à fait fini – OH REALLY?!!)

 

thumb_IMG_1185_1024

Euh … et ces coulures de carambars, on en parle ?

 

 

thumb_IMG_1062_1024

Tu as du mascarpone ? Tu as une tablette de chocolat blanc ? Tu as besoin de réconfort ? Fais donc cette mousse au mascarpone et au chocolat blanc qui te colle direct 1 kilo dans chaque cuisse !

 

 

thumb_IMG_1065_1024

thumb_IMG_1243_1024

Petite salade du midi avec quelques crevettes, de la sauce soja … et avec l’avocat parfait qui, on peut le dire, a déchainé les passions sur Facebook. Je croyais avoir une tare, un genre d’addiction très dangereuse à l’avocat mais vous êtes apparement aussi dingos que moi. Ca rassure !  #teamavocat

 

thumb_IMG_1236_1024

Après « D’après une histoire vraie » dont je vous parlais la semaine dernière, j’ai eu envie de relire les anciens livres de Delphine de Vigan, déjà lus et adorés il y a quelques années.

Dans « Un soir de décembre », on suit l’histoire de Mathieu, 45 ans, une femme, 2 enfants, une vie confortable, et soudain l’envie d’écrire, le premier roman, le succès, les lettres d’admirateurs… Parmi ces lettres, celles de Sara, empreintes d’une passion ancienne qu’il croyait avoir oubliée. Et qui va tout bouleverser. Au creux du désir, l’écriture suit la trajectoire de la mémoire, violente, instinctive – et trompeuse.

Dans « Les jolis Garçons », il est question de 3 hommes dans la vie d’Emma. 3 rencontres sur des musiques différentes, basses et douloureuses, rieuses et légères, hantées par un même motif : l’illusion. Combien de fois faut-il rejouer la fable pour être capable de s’en défaire ?

Je me répète mais j’aime beaucoup Delphine de Vigan, j’admire ses mots, son habileté à les manier, le désarroi et la force qu’elle arrive à transmettre à ses personnages … et ces deux livres là ne font pas exception. Ils sont pour moi une référence, tout ce que j’aimerai écrire et décrire si toutefois j’en avais le courage, la force… et le talent bien sur.

 

IMG_1069 thumb_IMG_1158_1024

thumb_IMG_1175_1024

thumb_IMG_1177_1024

Enfin, les animaux ont eu une semaine intense. Rentrée littéraire pour le Bouledogue, partie de chasse, jeux et farniente autour de la piscine pour tous les deux … Trop dure la vie quoi.

 

thumb_IMG_1274_1024

Samedi soir, profitant de 2 tickets que j’avais acheté quand je travaillais, on est allés au cinéma voir Youth, le nouveau film de Paolo Sorrentino, après La Grande Bellezza. C’est une réflexion très intéressante sur le temps qui passe, la vieillesse, l’amour, l’amitié, les choix que l’on fait dans la vie … Esthétiquement et philosophiquement, c’est sublime.

 

thumb_IMG_1266_1024

Dans la nuit de samedi à dimanche, il y a eu un orage terrible … et La Chatte était dehors ! On a passé 1h a essayé de l’appeler (à 5h du matin un dimanche – joie) et quand elle est enfin rentrée (trempée jusqu’aux os), le Bouledogue a essayé de la réconforter comme il a pu !

 

thumb_IMG_1124_1024

Sinon, j’ai fait un truc particulièrement intelligent aussi. A la maison, on a une machine sodastream pour faire de l’eau pétillante et sur la notice, il est bien marqué en majuscules et en gras : NE GAZEIFIER QUE DE L’EAU PLATE, SANS AUCUN ADDITIF. Mais là, je sais pas, dans mon délire, je me suis dit « Tiens, et si je gazéifiais de l’infusion! Y’a pas d’additif, c’est juste de l’eau dans laquelle on a fait tremper quelque chose » Me voilà donc en train de pshitter le gaz dans la bouteille … Jusqu’ici tout va bien… Mais quand j’ai dévisé la bouteille, j’ai compris pourquoi le fabriquant avait écrit en gros et en gras : un geyser a inondé entièrement la cuisine (moi y compris). Un peu comme quand tu secoues une bouteille de coca avant de l’ouvrir. Bref, dégoulinante d’infusion, trempée des pieds à la tête, je me suis maudite, puis je me suis changée, et après avoir passé 1h à éponger, j’ai quand même pu sauver un verre au fond de la bouteille … Et c’est bien dommage car c’était bien bon. Mais à ne pas reproduire chez vous, donc.

Ah oui et les concours ne devraient plus tarder sur la page Facebook de Chroniques et Tribulations ! Alors, à vos clics et à vos partages pour arriver à 1000 « j’aime » !!

Et chez vous, elle était comment cette semaine ? 

Publicités