Mieux dans mon corps et dans mon esprit … Mon défi pour le mois d’Avril

P1020870

Après les agapes de ce week-end, mon corps tout entier (mais plus spécialement mon estomac et mon foie) militait activement pour une mise au vert et une bonne détox de printemps. 

Quand on en arrive à avoir des hauts-le-coeur devant les restes de pizzas au frigo et qu’on trouve cette odeur absolument écoeurante, c’est signe qu’il faut faire quelque chose… et d’urgence !

Quant à mon esprit, vous le savez maintenant, il ne cracherait pas sur un peu plus de zénitude… En ce moment, je rêve de calme, de tranquillité, de verdure et de longues balades dans la nature … Ce beau programme n’étant pas d’actualité, il va falloir faire sans et c’est dans le quotidien que je vais devoir trouver un peu de sérénité.

Je me suis donc lancée un défi que j’espère tenir tout au long du mois d’Avril.

Entendons nous bien : il ne s’agit en aucune manière d’un chamboulement de vie, de privation ou de régime drastique … Le but n’est absolument pas de perdre du poids ni de devenir un bonze, il s’agit simplement d’une petite reprise en main à la fois dans mon alimentation et dans ma manière de vivre.

Au programme donc :

1. Se faire plaisir mais sans excès.
Comme beaucoup de gens, j’ai souvent tendance à trop manger… Si à la maison, j’arrive plutôt bien à gérer car je suis seule décisionnaire du contenu et de la quantité de mon assiette, les choses sont plus compliquées le midi à la cantine (devant la profusion de nourriture quasi-gratuite et carrément bonne, les collègues et moi avons toujours la sale manie de remplir nos plateaux jusqu’à ce que plus rien ne rentre dessus) ou lors des repas entre amis au cours desquels, alors que je n’ai plus faim depuis belle lurette, je me ressers du plat, je mange du fromage après l’avoir refusé mais juste parce qu’il est sous mon nez, et je ne crache pas sur le désert, certes bon, mais too much… Dimanche par exemple, j’ai terminé la journée avec des fuckings douleurs à l’estomac et en me détestant de ne pas avoir su m’arrêter à temps (on ne sait jamais, hein, des fois qu’il y ait la guerre demain).
L’idée est donc de se recentrer sur les sensations, ne s’interdire aucun aliment du moment qu’il me fait vraiment envie et que j’ai suffisamment faim pour le manger. Ne pas se priver mais s’écouter. Savoir dire non aussi. Non, personne ne se vexera si je ne reprend pas du plat ou si je zappe le fromage … Du bon sens en somme mais pas toujours facile à appliquer en collectivité.

Autre point important  : lâcher prise sur mon poids. Depuis quelques temps, j’ai développé un rituel hyper toxique … me peser matin et soir. Histoire de garder un oeil en permanence sur le chiffre. Le truc qui ne sert à rien du tout si ce n’est m’autoflageller si j’ai pris 500g, alors que les fluctuations du poids dans une journée ou même d’un jour à l’autre sont plus que normales. Bref, à ma demande, Chéri s’est emparé de l’objet de mon addiction et l’a planqué je ne sais où. On va voir comment je gère la chose mais déjà, au bout de 2 jours, je suis à peu près persuadée d’avoir pris une bonne dizaine de kilos.

2. Privilégier les produits de qualité et éviter l’industriel.
C’est déjà ce que je fais au quotidien depuis pas mal d’années donc ce point là ne devrait pas être difficile pour moi… Se faire du bien avec de bonnes choses : Du pain ? Oui mais du bon ! Des fruits et légumes ? Oui mais frais ! Une gourmandise ? Oui mais pas n’importe laquelle ! Ce mois ci, le mot d’ordre sera qualité et non quantité.

3. Prendre le temps.
Un gros problème pour moi : je ne prends pas le temps. Que ce soit pour manger ou autre d’ailleurs … Je cours, je fais vite en permanence. A table, mon défi sera de prendre plus de temps, me recentrer sur les goûts et les sensations, apprécier mes envies et ma satiété … Au quotidien, essayer de ne plus courir et essayer de ne plus prononcer ces phrases :  « je n’ai pas le temps », « je suis en retard », « je n’aurai jamais le temps de faire ça » serait déjà un immense pas vers le bien être…

4. Faire 2 séances de yoga ou de méditation par semaine (minimum)
Dimanche, la séance de yoga m’a rappellé à quel point j’aimais ça. Pour en avoir pratiquer il y a longtemps dans une association, j’en connais les bénéfices sur le corps et l’esprit … J’ai donc décidé de m’y remettre. Pas forcément longtemps, pas forcément fort, mais un petit peu, tranquillement, avec plaisir, prendre 30 minutes voire 1h de temps en temps pour me détendre, faire du yoga ou méditer.

5. Gérer mon budget et consommer mieux.
Le défi portera sur 2 points :
Vérifier mon compte tous les jours (ça prend 2 minutes tous les matins) et arrêter de faire la politique de l’autruche (je ne regarde pas, je ne vois rien donc tout va bien)
Arrêter d’acheter et d’entasser dans mes placards des objets, des produits, des vêtements dont je n’ai pas une vraie utilité mais que j’achète parce que « on ne sait jamais peut être un jour ». Résultat : des placards qui débordent, un congélateur rempli à ras bord (souvent de plats maison faits en plus grande quantité mais que j’oublie et qui s’accumulent parce que je n’y pense plus)
Si cela est vrai pour la cuisine, c’est tout aussi vrai côté penderie. Dans mon idée : je n’ai rien à me mettre. Objectivement : je n’ai besoin de rien. Mis à part d’un maillot de bain car le mien à rendu l’âme l’an dernier, mais cet achat peut largement attendre. Moi qui suis un peu acheteuse compulsive sur les bords, il va y avoir du travail.
Comme pour la nourriture, en cas d’envie, l’idée sera de réfléchir avant de composer mon code de carte bleue : En ai-je vraiment envie ? Avec quoi je vais le porter ? Quand ? Est ce que je trouve ça juste joli ou est ce que  le rapport prix / utilité est justifié ? Est ce que cette même somme ne pourrait pas être investie dans autre chose de plus utile ?

6. Tenter quelques jours (minimum 2) de détox digitale.
Comme beaucoup de monde, je suis une vraie accro à mon ordi et à mon smartphone. Toujours le nez dedans, à vérifier si j’ai pas reçu un mail, une notification Facebook, les nouvelles sur Instagram etc etc … Parfois, c’est trop ! Difficile voire même impossible de se déconnecter en étant au boulot donc j’aimerais bien tenter ça sur un week end. Pas d’ordi, pas de smartphone = beaucoup plus de temps pour soi et pour se ressourcer.

7. Accepter de mes faiblesses.
Je ne suis pas un modèle de sérénité, c’est certain… Ce mois sera donc l’occasion de regarder mes défauts et mes faiblesses en face, voir ce qui est facile et ce qui ne l’est pas pour en tirer les conclusions à la fin du mois. Il n’y aura pas de craquage car il n’y a pas de privation… Il n’y aura pas d’échec car pas de but en soi … Mais il y aura peut être des moments où je ne gérerais pas aussi bien que sur le papier, il y aura peut être des petits débordements … un mois c’est long !

Rendez vous à la fin du mois pour le bilan !

Et chez vous, il s’annonce comment ce mois d’Avril ? 

Publicités