Petits plaisirs et grands bonheurs #4

Hop, hop, hop ! C’est pas parce que j’ai eu une semaine de merde qu’il faut zapper le rendez-vous hebdomadaire … Je dirais même raison de plus de ne pas le zapper ! 

D’autant que cette semaine, malgré ces magnifiques instants de vie familiale, a tout de même été parsemée de petits plaisirs, comme par exemple :

P1020134

La jolie assiette colorée du dimanche midi : purée de potimarron à la ciboulette, beignets aubergine et petite salade. Peu de gourmandises cette semaine entre le manque de temps et d’envie pour cuisiner et ma volonté de faire un peu attention. Un objectif louable, certes, mais pas forcément réussi (régime et contrariétés ne font généralement pas bon ménage). On les perdra au printemps, ces fuckings 2kg de trop.

 

P1020136

La nature après la pluie … Cette semaine, entre vent et pluie incessante, il a fait particulièrement mauvais temps. J’ai aimé, entre deux averses, aller prendre en photo les petites goutes qui restent accrochées aux brindilles.

 

P1020168

Faire des emplettes à la Biocoop et ramener plein de bonnes choses : quelques fruits et légumes, des galettes de polenta aux tomates séchées et galettes de pois chiches (tuerie), du muesli, des figues séchées, des amandes enrobées de chocolat, du thé Detox au Kombucha et de la tisane Digestion de Yogi Tea …

 

P1020175

Lire « Juste avant le bonheur » d’Agnès Ledig.
Prix Maison de la presse 2013 (really?)
Attention, j’ai l’impression qu’on tient la nouvelle Katherine Pancol. Bon, l’histoire n’est pas vraiment crédible : un cinquantenaire plutôt riche et fraîchement divorcé se prend d’affection pour une maman célibataire de 20 ans, caissière dans un supermarché. Il décide de subvenir à presque tous ses besoins sans raison, juste parce qu’elle a pleuré et que ça l’a touché (normal). Mais ils ne sont pas en couple car il est vieux et elle est jeune et ça c’est caca. Ils partent en vacances avec leurs fils respectifs. Au début, tout le monde se déteste puis il se passe un drame et à la fin, tout le monde s’aime. Bref, ça rigole, ça pleure, ça s’aime … Je ne peux pas dire que je n’ai pas aimé (ça se lit bien dans le bus en rentrant du travail) mais je n’ai pas trouvé qu’il soit particulièrement bien écrit et c’est un peu trop plein de bons sentiments à mon goût. Perso, c’est ce que j’appelle une glace à la vanille. Le petit plaisir sympa et régressif qui fait du bien mais qui n’a rien de transcendant et d’exceptionnel.

Mais s’il n’y a qu’une phrase à retenir de tout le livre, c’est celle-ci :

Ne baisse pas les bras, tu risquerais de le faire deux secondes avant le miracle

 

P1020157

Faire le marché du samedi matin dans la ville de mon enfance. J’ai du y aller 3000 fois et même si souvent je ne cherche rien ou que je n’achète rien pas grand chose, rien que le fait de m’y promener me fait du bien. Je pense que je ne m’en lasserais jamais.

 

P1020197

Braver le mistral glacial à 100km/h pour aller voir « Le Crayon de Dieu n’a pas de gomme » au Théâtre de la Criée à Marseille : le récit d’un ethnologue qui nous entraîne à la découverte des communautés soussou qui peuplent l’univers fascinant des mangroves de Guinée. Si je n’ai pas aimé le spectacle plus que ça, j’ai adoré la discussion qui en a résulté avec Chéri. J’ai aimé le voir expliquer avec force et arguments pourquoi la pièce était nulle. Oui, nulle. Pour lui, pas d’émotion = pas d’art. Et cette pièce, il est vrai, n’était pas touchante. Il est comme ça mon homme, entier, passionné, sévère parfois dans son jugement de ce milieu qu’il a fréquenté pendant des années puisqu’il a lui-même tenu un théâtre et a été scénographe pour des pièces, mais toujours juste, et chacun de ses arguments étaient fondés. Moi qui suis toujours plus réservée dans mes jugements, je le regardais parler, ça a fait des petits papillons dans mon ventre et je me suis souvenue pourquoi je suis tombée très amoureuse de lui il y a 3 ans en arrière.

P1020195

Juste avant le théâtre, passer sur le Vieux Port et apprécier ma ville la nuit (juste une minute le temps de la photo hein parce que ça soufflait dur).

 

P1020164

Un petit repas simple mais efficace : fromage de chèvre et fougasse aux olives du marché, salade de jeunes pousses d’épinards et un verre de Gigondas.

 

P1020190
Un joli coucher de soleil tout rose de la fenêtre de la salle de bain.

 

Et au niveau, petits bonheurs sans photos :
Rire à en pleurer quand une collègue de travail nous raconte que sa fille de 1 an lui fait terriblement honte car elle fait le singe dans la rue. Son imitation valait tout l’or du monde.
Des réunions de travail avec des galettes des rois maison, ça donne toujours plus envie de travailler (mais comment voulez vous que je maigrisse dans ces conditions)
La petite danse de la joie de vendredi soir à 19h (il se peut que j’ai fumé une cigarette à l’intérieur de la maison, symbole d’émancipation extrême)
Le repas entre amis vendredi soir : Si je n’ai toujours pas digéré l’aïoli préparé par nos amis (pourtant excellent mais tout cet ail … WHY ????), la soirée était vraiment sympa et tombait à pic pour décompresser.

 

Et toi, ta semaine ? 

Publicités