Finalement, j’ai décidé d’en rire …

imageJ’aurais du attendre pour me réjouir
Parce qu’après avoir crié sur tous les toits que mes dents c’était de l’histoire ancienne, fuck les complexes et toussa toussa, la roue a tourné.

Ma dent a pété.
Un dimanche.
2h avant l’arrivée d’une dizaine d’amis pour le repas.

Toute ma bonne humeur s’est évaporée à l’instant même où je me suis vue dans le miroir.

Pas entièrement pétée non … disons plutôt felée et en tout cas avec un beau morceau en moins.

J’ai d’abord été en colère contre ma dentiste, contre le stomato et contre le prothésiste (« putain les enfoirés, au prix où on les paie, ils sont mêmes pas foutus de faire un boulot correct bordel de cul« )(je suis assez vulgaire quand je suis énervée)(les gênes Marseillais ne sont jamais très loin).

Puis, parce qu’il fallait bien prendre quelqu’un en grippe, j’ai été en colère contre Chéri qui me disait que ça se voyait pas (de loin) et qu’il y avait pire (seriously ? a-t-on déjà vu phrase de réconfort plus nulle?)

Et puis ma colère s’est transformée en tristesse.
Et puis, j’ai pleuré.
J’ai pleuré longtemps.
J’avais les yeux tous rouges.
Imagine un peu à le combo yeux rouge / dent cassé et tu auras une idée de mon niveau de séduction ce matin là.

Tout ça, à H-2 avant l’arrivée des amis, n’oublions pas.

Justement, une des amies qui devaient venir le midi m’a téléphoné pour faire le point sur la bouffe que chacun devait apporter (on a toujours peur de crever la dalle et au final on finit par s’exploser la panse et râler qu’il y a trop de bouffe).

J’en ai profité pour lui raconter ce qu’il s’était passé.
Je l’ai fait de manière détachée comme si cela n’avait pas d’importance pour moi et ça m’a fait du bien de le prendre comme ça.
J’ai dit qu’on s’en foutait et que je les accueillerai quand même avec le sourire…
Un sourire ébréché certes, mais un sourire quand même …

Alors ils sont venus… on a ri, on a parlé, on a mangé, personne ne s’est formalisé pour ma dent pétée…

Je ne sais pas combien de temps il va falloir pour avoir à nouveau un résultat convenable mais tant pis, ça mettra la temps qu’il faudra, ce n’est pas grave …

Car finalement, j’ai décidé d’en rire. 

PS : sinon, tu te souviens que je disais que j’avais postulé pour un boulot en plus du poste de journaliste ? Ben j’ai été prise aussi et j’ai commencé mercredi dernier. J’ai donc maintenant 2 jobs, ce qui, en soi, est une super nouvelle mais laisse moi te dire que je paie cher le glandage intensif auquel j’étais abonnée depuis Janvier (coucou le réveil à 7h les yeux bouffis, le bus / métro à 8h collés comme des sardines, le week end amputé par les corvées que tu ne peux pas faire en semaine, l’impression de ne pas avoir de vie et j’en passe MAIS l’agréable sensation d’avoir un cerveau qui fonctionne à nouveau)

Publicités