Derrière les persiennes

L1060273

J’aime cette ambiance de Provence qui règne dans la maison en plein après-midi, en pleine chaleur, quand les volets sont entrecroisés. Ce tout petit filet de soleil qui s’immisse dans la maison, cette chaleur que l’on essaie de contrer, cette sieste à laquelle il est difficile de résister … Cette impression furtive et difficile à décrire mais qui, je le crois, me renvoie à l’enfance et à ses étés qui n’en finissaient plus.

J’aime le chant des cigales, parfois si assourdissant qu’il en devient agaçant.

J’aime me blottir et m’endormir contre son épaule à la sieste pendant qu’il lit, mettre mon nez dans son cou, juste sous son oreille et respirer son odeur.

J’aime la chaleur de sa main libre posée sur ma joue.

J’aime, malgré l’adversité et les difficultés du quotidien, les disputes et les larmes trop nombreuses ses dernières semaines, me souvenir pourquoi il y a 2 ans et demi j’ai mis toutes mes affaires dans ma voiture toute pourrie pour qu’elle m’emmène vers ma destinée.

J’aime quand il pose ses lèvres sur mes yeux fermés. Je sais qu’il me regarde dormir, il sait que je ne dors pas vraiment, mais je n’ouvrirai les yeux pour rien au monde, pour prolonger au maximum l’instant.

J’aime sentir peu à peu le sommeil s’emparer de moi, la semi-conscience avant enfin, de lâcher prise …

J’aime que plus rien d’autre n’existe que cet instant

Dans 3 jours, je monterai sur un bateau qui m’emmènera en Corse pour une semaine. Magique, évidemment, mais loin de lui. 9 nuits qui peuvent sembler ridicules mais qui me paraissent une montage. Nous n’avons jamais été séparés. Il semblerait que je sois devenue une des ses affreuses et affligeantes nanas qui ne peuvent rien faire sans leur mec. Erk.

Les circonstances actuelles font que je suis partagée entre un grand soulagement, une envie de fuir un peu lâche, une volonté d’oublier, de laisser les problèmes à la maison et d’aller passer du bon temps, et une envie de tout annuler, la peur du manque et la culpabilité de le laisser tout seul dans cette galère.

J’ai hâte d’y être, en fait. Ca fera du bien à tout le monde.

Il fait un peu moins chaud chaque jour.
Quand je reviendrai, on parlera de rentrée scolaire et de liste de fournitures et je me remettrai à la recherche d’un travail. L’été sera derrière nous. Tout sera différent.
Alors, en attendant, je profite de chaque seconde, je l’enregistre, et je la garde comme un trésor. Encore un peu.

Publicités