L’arbre de la vie

L1060303

Ce week-end, j’étais de baptême.
J’avais mis une belle robe, je m’étais maquillée et coiffée, avec l’arrière pensée secrète de montrer à mon ex (présent de l’assemblée) que, depuis qu’il m’a quitté il y a des siècles, j’étais devenue super bonne. (Ne mens pas, je suis sûre que tu l’as déjà fait aussi).

La vérité est telle que ça n’a absolument pas marché. (je ne suis pas très bonne)

BREF, cet article ne prend pas du tout le tournant que je voulais lui donner.

Chéri étant d’obligation familiale (fête des pères oblige), j’ai passé le plus clair de mon temps avec mes deux amies les plus proches. On a beaucoup trop mangé, on a bu quelques verres de rosé et on a eu une discussion sur la vie. Sur la religion, sur Dieu, sur la réincarnation, sur le bien, le mal, la galaxie et les espaces-temps. Mais surtout sur la vie en général. 

L’une d’entre elles nous a fait part de sa vision à savoir que la vie, c’était comme un arbre avec une multitude de branches. A chaque décision, on choisit une direction, un chemin, une branche, et cette décision impacte sur le reste de notre vie. Avoir pris une autre décision aurait donné un tout autre tournant à notre vie.

Je ne sais pas si je suis claire mais je t’assure qu’après une sangria et un verre de rosé, tu as l’impression d’être Michel Onfray qui parle avec Bernard-Henri Lévy.

Pourtant, c’est bel et bien une réalité : Chaque décision que l’on prend, si minime soit elle, impacte sur le cours de notre vie. 

Cette idée me terrifie et me fascine
Je me suis mise à repenser aux moments clés ainsi qu’à la multitude de moments à première vue sans importance, ces milliards de moments qui depuis ma naissance ont donné à ma vie son aspect actuel.

Je me souviens cette nuit où l’homme-que-j’aimais-mais-qui-ne-voulait-pas-de-moi était seul et déprimé. Il avait reclamé ma présence, il avait besoin de moi et, pour me venger de lui, je lui avais dit non. Notre relation n’a plus jamais été la même après ça. Que ce serait il passé si j’avais dit oui ?

Comment aurait été ma vie si, il y a 8 ans ce matin là, avant de prendre ce cachet et me rendre toute tremblante à l’hopital, j’avais changé d’avis et décidé de garder cet enfant que je portais ?

Aurais-je eu une carrière épanouissante si je n’avais pas foiré l’entretien et si j’avais été embauchée comme rédactrice dans ce magazine à Paris ?

Aurais-je pu connaître le bien et épouser les mêmes valeurs si je n’étais pas, auparavant, allée dans le mal ?

Quelle aurait été ma vision de la vie si mon père n’était jamais tombé malade et si je n’avais jamais été confrontée à des situations que je ne souhaite à personne?

Que ce serait il passé si j’avais eu les couilles de prendre mon sac à dos pour faire cette mission humanitaire en Inde, comme je le rêvais ?

A quoi ressemblerait ma vie si, ce jour là, au fond du gouffre et profitant de la connexion wifi du Mac do, je ne m’étais pas inscrite sur ce site sordide et je n’avais pas cliqué sur la photo de cet homme qui dort aujourd’hui à mes côtés ?

Je suis là, aujourd’hui, à cet instant, à écrire cet article. Peut être que je rate quelque chose qui aurait pu se passer si j’avais choisi de faire autre chose ou peut être que de cet article va découler quelque chose que je n’avais pas anticipé.

La branche sur laquelle je suis actuellement dépend de toutes ces décisions prises auparavantUn seul minuscule changement et tout aurait été différent.

Quand j’y pense, ça me donne le vertige d’imaginer les milles vies que j’aurais pu avoir.
J’ai fait des erreurs évidemment, il y a des choses dont je ne suis pas fière et auxquelles j’évite de repenser, mais je crois que je ne regrette rien.

Puis je me suis demandé quel arbre symboliserait ma vie : un chêne fort et solide ? un sapin qui conjure les mauvais sorts ? un amandier, symbole de renaissance ? un saule pleureur ?

Comme tout le monde, je n’ai aucune idée de ce qui m’attend sur les branches suivantes et c’est ce qui est à la fois excitant et effrayant dans cette putain d’aventure.

Parfois les branches sur lesquelles on se trouve sont un peu pourries, fêlées, prêtes à craquer.
Parfois l’arbre semble mort.
Dans ces cas là, il n’y a qu’une chose à faire : toujours se dire qu’il y a encore plein de branches à venir et faire confiance à sa bonne étoile. 

Publicités