Le type qui boit beaucoup d’eau et qui fait caca

IMG_1842

Le lieu où je travaille est un lieu public.
Ce qui fait que les gens peuvent aller et venir librement et surtout … nous demander des choses.
Et nous, on est payé pour leur répondre.
On se rend pas compte mais en fait, c’est super chiant, les gens.

Près de mon bureau, il y a une fontaine à eau.

Tous les jours, il y a un vieux un peu « léger mentalement » qui vient.
Et à chaque fois, c’est la même chose…
Il me dit : « J’peux vous prendre un verre d’eau siouplait ? »
Je réponds : « Bien sur« .

Là, il boit environ 2 litres (l’été) ou 1 litre (l’hiver).

Sérieusement, mis à part pour une préparation à la coloscopie, j’ai jamais vu quelqu’un boire autant d’un seul coup.

Pendant ce temps là, et c’est le moment le plus pénible, il essaie de faire la conversation.

C’est pas que j’aime pas faire la conversation avec des inconnus, mais … je déteste faire la conversation avec des inconnus.
Ses problèmes de santé, les jeunes que « c’est vraiment plus ce que c’était », le prix de l’essence… tout y passe.

Du coup, je vocalise un max « humhum » « oui » « ah » … et je fais semblant d’avoir un travail super-méga-urgent à finir sur Facebook Excel.

Il me propose toujours des tas de trucs : « un chewing-gum« , « une cigarette« , « des pastilles pour la gorge« , que je refuse toujours poliment.

Après, il me dit « J’peux vous laisser ça là ? »
(« Ça » ce sont ses affaires. Et « là », c’est devant mon bureau)
Je dis « Bien sur ».

Il enlève, sac, manteau, canne, chapeau (ou bonnet selon la saison), il dépose tout sous mon nez puis il part s’enfermer aux toilettes pendant environ 15 minutes.

Dieu seul sait ce qu’il y fait mais une chose est sûre, il en revient rayonnant.
Il reprend ses affaires, remets son manteau et son bonnet bugs-bunny (triste mais vrai), il me fait un grand sourire (édenté) et il nous dit : « Allez, si j’vous revois pas d’ici là, j’vous souhaite un « Joyeux Noël » ! »

Depuis le 1er décembre, il nous le dit TOUS LES JOURS.

Souvent, ça m’agace.
Souvent, je souffle quand je le vois arriver parce que je sais qu’il va me tenir la grappe pendant longtemps et que j’ai pas envie.
Souvent, je suis soulagée de le voir partir.

Mais samedi, c’était mon dernier jour de travail
Quand il est arrivé, j’ai eu un petit sourire ému en me disant qu’il ne le savait pas mais que je le voyais pour la dernière fois.
Le rituel a été identique aux autres jours.
Quand il est parti, il m’a souhaité « Joyeux Noël » et je lui ai répondu « Joyeux Noël à vous aussi Monsieur … »

J’ai pas fini ma phrase parce que j’ai réalisé que je ne connaissais pas son nom.
Depuis un an et demi, je vois cet homme quasiment tous les jours et aujourd’hui je réalise que je ne connais même pas son nom.

J’ai été très en colère contre moi-même quand il est parti.
En colère parce que c’était trop tard.
En colère que parce qu’avec ma petite tendance connasse, je n’ai même pas été capable de m’interesser sincèrement à lui.
En colère qu’il ne reste dans ma mémoire que comme « le type qui boit beaucoup d’eau et qui fait caca ».

La journée s’est finie… Juste avant de partir, j’ai bidouillé une petite affiche rapide où j’ai marqué que « toute l’équipe vous souhaite un Joyeux Noël«  avec un clipart moche de Père Noël.

J’ai accroché l’affiche sur la porte en pensant à lui et en espérant que demain, il allait la voir et il allait sourire.

Une fois que j’ai été bien sure de ne rien oublier, j’ai posé les clés sur le bureau et je suis sortie par la porte de secours.
Il faisait nuit et froid. C’était mon dernier jour dans ce boulot.
Je l’ai tellement attendu que j’aurai du être contente mais je n’arrivais pas à m’enlever cette culpabilité.

J’aurai pu mieux faire.

Demain, c’est le réveillon de Noël et je me dis que plutôt que d’amonceler les cadeaux et la bouffe on ferait mieux d’offrir 5 minutes de notre temps ou un sourire à ceux qui sont seuls. Tendre la main à ceux qui en ont vraiment besoin. 

Juste ça.
Facile à dire et je suis la preuve vivante que ce n’est pas facile à faire.
Je ne suis pas parfaite. J’espère que, quand l’occasion se représentera, je ne referai pas les mêmes erreurs.

Je vous souhaite de passer un doux et beau Noël avec les gens que vous aimez !

Publicités