Rentrée des classes, assiette sale et liste de petites choses

photo

Alors voilà …
Il semblerait bien que, depuis quelques jours, je sois atteinte du syndrome de « déprime de la rentrée ».

Syndrome qui s’est légèrement aggravé hier soir, quand au lieu des 45 minutes de trajet habituelles pour rentrer chez moi, j’ai mis 1H15.

Et puis, il y a eu la rentrée scolaire.
Dans la maison, on a prononcé les mots « intercalaires« , « protège cahiers« , « compas » et « c’est l’heure de se coucher« … 

Et puis, le réveil sonne à 7h et il ne fait même plus jour.
Et puis, à 21h, il fait nuit.
Et puis, on ne dort plus la fenêtre ouverte et on utilise même plus le ventilateur.
Et puis, mon bronzage se fait la malle.
Et puis, et puis, et puis ….

Du coup, je suis d’une humeur de chiotte et Chéri trinque à chaque fois qu’il y a un truc qui ne se passe pas EXACTEMENT comme je le voudrais …

Genre quand il a pris la dernière feuille de salade à table.
Ou pire : une assiette sale qui traîne dans l’évier quand je rentre du travail.

Je me suis même mise à pleurer parce que je savais à quel point c’était ridicule mais que cette putain d’assiette me faisait chier quand même.

*Bonjour, je suis folle* 

C’est ça ou ça sent l’arrivée de mes règles à plein nez.

Du coup, j’essaie de me motiver à coup de citations philosophiques de comptoir du genre « hapiness is not a destination, it’s a way of life » (que j’ai mise en fond d’écran de mon téléphone) mais jusqu’à présent, ça ne me donne que 2 envies : aller me coucher ou démissionner. Ou plutôt démissionner et aller me coucher.

Même regarder l’Amour est dans le Pré le lundi soir ne m’amuse plus.

Puis j’ai commencé à manger compulsivement des figues séchées pour essayer d’apaiser mes angoisses (ne me demande pas pourquoi, c’est ma nouvelle obsession)(sans doute un problème non résolu par rapport à l’enfance)(quelque chose en lien avec mon père peut être)(bullshit de psy).

Là, j’ai compris que l’heure était grave et je me suis dit : « Ma chérie, il te faut un PLAN »

Soyons honnête : il y a peu de chance de gagner au loto sans jouer et encore moins que 100 millions d’euros (j’ai des besoins simples) soient découverts dans notre jardin. Il est donc fort probable que je doive encore travailler pendant les 30 prochaines années de ma vie.

Alors, histoire de mettre un peu de rose dans tout ça, je me suis mise à faire la liste des 20 choses qui me rendrait heureuse et que j’aimerai bien faire avant décembre. Toutes ces petites choses, ces toutes petites choses, qui feront que finalement, ça ira un peu mieux :

1.  Essayer de me lever avec le sourire

2.  Prendre un petit déjeuner tout les matins.

3.  Manger des spaghettis au basilic en tête à tête

4. Aller au sport au moins une fois par semaine. (2, ce serait l’idéal mais … soyons réalistes)

5.  Faire un stage de poterie.

6.  Perdre définitivement les 3 kilos que je n’arrête pas de prendre, de perdre et de reprendre

7. Chercher (vraiment) un autre travail et ne pas faire croire que je le fais sans résultat.

8. Aller visiter le MUCEM

9.  Lire les 5 livres de la rentrée littéraire que je viens d’acheter compulsivement.

10.  Reprendre les articles « Lectures » sur le blog.

11.  M’acheter de vraies jolies tenues d’hiver chez Mango sans y laisser tout mon salaire.

12.  Regarder de temps en temps un épisode de Friends (selon moi le meilleur antidépresseur connu à ce jour)

13.  Continuer d’écrire ce putain de livre

14.  Arrêter de dire « Putain »

15.  M’occuper de mes racines

16.  Aller un peu plus souvent au cinéma

17.  Et voir des concerts

18. Arrêter de croire que ma vie semaine entière est fichue parce que je travaille parfois le soir et/ou le week end.

19.  M’aimer (un peu)

20.  L’aimer (beaucoup)

Rendez-vous en décembre pour le bilan !

Et toi, ça se passe comment ta rentrée ? Tu le vis bien ?
Y’a quoi dans ta liste de petites choses à faire pour voir la vie en rose ?

Publicités