Do you, do you, do you …

IMG_1186

J’ai toujours détesté Saint Tropez.
Jugement un peu hâtif de ma part et uniquement basé sur des à-priori puisque, jusqu’à lundi, je n’y avais jamais mis les pieds et avais juré de ne jamais les y mettre.

N’étant pas certaine de la véracité grammaticale de cette phrase, permettez-moi d’enchainer assez rapidement…

A mes yeux, Saint Tropez représente tout ce que je déteste : l’argent, l’égo, le narcissisme, le besoin de se montrer, le bling-bling, les grosses voitures, les DJ & boites de nuit, les nichons à l’air sur des yachts et les bouteilles de champagne à 10 000.

Erk. Excusez moi je vais vomir et je reviens.

Aussi, lorsque nos amis nous avaient proposé une journée à la mer dans le var et que nous leur avons dit oui, nous étions loin de nous douter de ce qui allait suivre. Et quand ils nous ont annoncé fièrement qu’on allait visiter St Tropez le matin avant le pique nique, j’ai cru mourir.

Pendant une semaine auparavant, Chéri et moi avons eu tout le loisir de nous monter mutuellement la têtecomme quoi ça allait être une journée trop pourrite. Mais comme nous avions plusieurs fois refusé ou annulé les sorties de ces mêmes amis, nous ne pouvions pas décemment refuser une nouvelle fois sous peine de les perdre définitivement. C’est donc avec des semelles de plombs que nous nous sommes traînés sur la côte.

Après 3h de route, (un accident sur l’autoroute nous a fait perdre 1h (j’ai clairement vu là un signe du destin mais je ne pouvais pas formuler ma réflexion a haute voix)) nous sommes arrivés au pays du pognon.

J’étais dans un état d’énervement assez avancé, à critiquer tout ce que je voyais.
J’avais chaud et envie de faire pipi. (c’est encore loin?)(bonjour j’ai 8 ans)
On est passé par une rue commerçante ou j’ai tout trouvé moche et/ou « scandaleusement hors de prix », puis nous avons débarqué sur le port.

Je commençais à être à court d’adjectif pour déverser mon fiel et mon dégoût quand tout à coup, sans m’y attendre une seconde, j’ai vu ça :

IMG_1187

Oh pute borgne !
(« pute borgne » est une expression marseillaise fort peu raffinée exprimant la grande stupeur de l’interlocuteur)(il est vrai que voir une pute borgne serait assez surprenant en soi, ceci expliquant peut être l’etymologie de cette expression)(mais cela dit, je ne suis pas experte en sémantique marseillaise)

Bref, Ladurée quoi.

J’ai eu aussitôt des contractions très nettes au niveau de l’utérus, que j’ai traduit comme la réaction inévitable de mon corps devant cette excitation hors norme(Alors c’est ça, l’orgasme ?)

Étant donné que tout le monde continuait d’avancer comme si de rien n’était (sont-ils fous?!), j’ai attrapé le bras de Chéri et lui ai dit « Chéri ? Écoute moi bien! il FAUT qu’on repasse par là au retour, tu m’entends ? Il y a Ladurée. »
– « La-quoi ? » qu’il me dit

Je rêve.
J’ai tenté de lui expliquer le pourquoi du comment il était vital pour moi de me ravitailler avant de partir, mais,trop occupé à critiquer les yachts (on est pas en couple pour rien) je ne suis pas sûre qu’il ait compris l’importance.

Aussi suis-je allée directement harceler mes amis, G.O. de cette charmante journée, pour m’assurer qu’on repasserait bien par le même chemin au retour. Pendant le reste de la visite, j’ai dû leur poser la même question 5 ou 6 fois ce qui, à la longue, les a un peu agacé. (non mais tu es sûr hein?!)

Cet évènement inattendu m’a tellement mis en joie que je n’étais qu’amour pour la ville.
Ville qui, en toute objectivité, est quand même très jolie, si on fait abstraction du monde et du bling bling.  La vue tout en haut de la Citadelle est à couper le souffle et les petites ruelles fort agréables.

Je ne saurais vous dire si j’ai croisé quelconque célébrité mais par contre, tout en marchant on a fait un jeu hilarant qui était de trouver des ressemblances inexistantes entre les gens et des célébrités. Genre « Tiens voilà Susan Boyle » / « regarde là bas, c’est PPDA! »

Tout ceci n’a aucune importance car finalement, le moment tant attendu est arrivé : j’ai pu aller acheter des macarons.
Mention spéciale du parfum le plus bizarre du monde pour Yuzu-gingembre. (Chéri m’a demandé ce qu’étais le Yuzu, j’ai répondu « une sorte d’épice ». Il a cru que j’étais cultivée alors qu’en fait, je n’ai pas la moindre idée de ce que c’est)

Bien entendu, j’avais anticipé le fait que les amis allaient boulotter tous mes macarons pendant le pique-nique, aussi en ai-je pris 2 boites : une pour le pique-nique, et une que j’ai planqué sans rien dire au fond de mon sacpour le lendemain. (je m’aime)

On a passé l’aprem sur la plage à discuter, on a pris l’apéro et on a re-pique niquer le soir avec les restes. Chéri ne m’a jamais fait autant rire que ce jour là (j’ai passé mon temps à glousser comme une dinde chaque fois qu’il ouvrait la bouche, à tel point que j’en suis moi-même venue à trouver mon propre rire exaspérant.)


Tout ça pour dire qu’en définitive, et malgré toute la mauvaise volonté que j’y avais mise, elle avait quand même un petit goût de bonheur, cette journée.

IMG_1199

Saint Tropez & Ladurée

IMG_1203

Pique-nique à la plage de Gigaro et apéro « Chez Marius »

IMG_1202

Pique-nique sur la plage, coucher de soleil et bain nocturne avant de repartir …

Et toi, ton week-end ?

Publicités