Bikini Point

IMG_0705

L’autre jour, entre midi et deux, j’ai vu une copine.
Avoir une vie sociale me sauve parfois, j’étais bien partie pour passer ma journée à griller tout mon capital solaire.

Il était prévu qu’on mange ensemble mais la veille, elle m’envoie un sms en me demandant si ça ne me dérange pas qu’elle « mange avant et qu’on ne boive qu’un coca light » parce que c’etait « plus pratique pour le régime« .

J’ai répondu que ce n’était pas grave du tout et que je m’adaptais, ce qui est vrai, mais je dois dire que cette anecdote m’a fait réfléchir.

Ces satanés régimes …
Comment peut-on arriver au point de refuser un déjeuner entre copines ?
Comment peut-on se priver au point de refuser ne serait-ce qu’une salade dans un bistrot parce qu’on ne maîtrise pas les ingrédients ou la quantité d’huile ?
Comment peut-on arriver à ne pas s’aimer à ce point et à s’infliger ça ?

Dans la discussion, elle m’a appris qu’après avoir essayé tous les régimes de la terre (dont Dukan of course), son corps ne répondait plus. Plus de signaux de faim, de satiété et surtout impossibilité de perdre du poids, quelque soit l’alimentation adoptée.
Et si elle a compris aujourd’hui qu’il fallait arrêter toutes ces conneries, il n’en reste pas moi une souffrance et des complexes à gogo.

Comme je suis plus sympa que j’en ai l’air, j’ai évité de bouffer sous ses yeux et j’ai pris moi aussi un coca light.

Mais ça m’a fait mal parce que je me suis revue, il y a encore quelques années, à enlever les lardons de ma salade parce que c’était trop gras, à manger des légumes insipides sans aucun assaisonnement parce que j’avais pris 200g, à n’être de bonne humeur que si la balance affichait un chiffre inférieur à la veille, et à croire que j’étais une grosse merde parce que, lasse de privations, j’avais mangé 1 pain au chocolat. Ou finir en larmes parce que, foutue pour foutue, j’en avais mangé 2

Même si aujourd’hui j’ai banni le mot régime de ma vie, je ne suis donc moi même pas une référence ni un modèle de sagesse ayant eu et ayant encore parfois un rapport peu serein avec la nourriture et de grosses difficultés à m’assumer.

Ne serait-ce que dimanche où l’idée de me mettre en maillot devant une vingtaine de personnes après avoir ingurgité un nombre surréaliste de calories m’a dérangée … Je crois malgré tout avoir fait du chemin : il y a quelques temps et bien que plus mince qu’aujourd’hui, je ne l’aurais pas fait. (Dieu bénisse les paréos)

Pour l’anecdote, j’ai fini par me faire piquer par un taon dans le dos si bien que, les personnes qui n’avait pas prêtées attention à mon fessier cellulité quand je suis sortie de l’eau avaient tous leurs yeux sur moi pour examiner la piqûre. (il faut vraiment creuser cette histoire de marabout)(Comme par hasard, Nadine était là)(elle est clairement plus grosse que moi en maillot)

Bref ! J’ai eu envie de dire à mon amie que même si elle a de la poitrine, du ventre et des hanches, elle est BELLEQue je l’adore. Et qu’elle est tellement belle à l’intérieur que même si demain elle était défigurée ou qu’elle prenait encore 30 kilos, elle serait toujours magnifique.

Ça vaut pour elle, mais ça vaut aussi pour nous toutes qui malheureusement croyons encore que notre vie serait mieux avec 5 kilos de moins.

Alors je vous souhaite un bel été, avec des frites, des glaces et des barbecues (ou peut être du melon et des abricots)… Mais surtout avec les gens que vous aimez et un grand sourire sur le visage (c’est ça qui rend beau)

Sur ce, moi je pars quelques jours en vacances.
Ne foutez pas trop le bordel en mon absence.

Et toi, l’épreuve du maillot, tu le vis comment ?
Tu régimes ou tu régimes pas ?
Tu pars en vacances ?

Publicités