Roue crevée et pyjama

IMG_0616

Depuis que j’ai repris (péniblement) le travail, ma vie se découpe de la manière suivante :
Le réveil sonne à 7h15. Chéri et moi faisons le débriefing de la nuit tout en partageant nos haleines fétides (« Bonjour mon amour/ Bonjour mon amour » / « tu as bien dormi » / « Bof, j’ai rêvé qu’une licorne magique me poursuivait, et ensuite on a croisé Benoît XVI …  » Enfin, tu vois le truc quoi).
Tout ça jusqu’à 7h30. Théoriquement. Parfois ça déborde et je me lève à 7h45 comme une furie « putain, chuis en retaaaaaaard« . Je prends ma douche et me prépare. A 8h15 pétantes, je décolle pour être au travail à 9h15.

Une mécanique bien rodée.

Sauf que, l’autre jour, un petit grain de sable est venu tout bouleverser.

Je monte dans ma voiture et démarre, mais très vite, un bruit très très bruyant est venu m’alerter que quelque chose ne tournait pas rond.

Je m’arrête (en plein milieu de la route) (mais c’est normal, on est à Marseille) et me rend compte que ma roue est à plat. Je me fais insulter (oh connaussseuh, tu peux pas te mettre ailleurs)(normal, on est à Marseille), je réponds (j’ai crevé tu veux que je fasse comment?!)(normal … tu sais où on est).

Bref …. J’appelle Chéri (réflexe de la nana qui ne sait pas survivre sans son mec).

– « Boooooouuuuhhhh … Chéri, j’ai crevééééééééé »
– « Je t’avais dit qu’il fallait gonfler les pneus! »
– « Bon, je fais quoi?! »
– « Reviens à la maison! »
– « T’es sure que je peux rouler? »
– « Non ne roule pas, tu vas massacrer la roue »
– « ok, je reste là et tu viens toi »
– « non, reviens à la maison »
– « mais tu m’as dit de pas rouler! »

J’ai senti que notre couple partait mal niveau gestion de la crise.
D’autant que les gens me klaxonnaient non stop et que je commençais à partir dans les aigus. J’ai donc raccroché après avoir marmonne un inaudible « j’arrive » et ai pris la décision unilatérale de rentrer à la maison en roulant super méga doucement. Un escargot n’aurait pas fait mieux.

Chéri a regardé et a dit : « Bon, on va changer la roue » (« On » ? Comment ça « on » ?)

J’ai un peu honte d’avouer que la première chose qui m’est venu à l’esprit c’est « Putain, je vais niquer ma manucure« .

Pauvre naïve. Niquer ma manucure, c’était rien.
Parce que quiconque n’a jamais changé de roue avec son mec ne saura pas l’horreur que j’ai vécu. Je te jure mon couple a bien failli y rester.

Si jamais cette mésaventure vous arrive, laissez moi donner 3 règles de base :
1. Partez du principe que l’homme fait toujours mieux que la femme. Ça c’est la base.
2. Ensuite, rappelez vous bien que l’homme est susceptible. Il est inutile de suggérer de faire autrement.
3. Enfin, ne vous impatientez pas, même si de toute évidence, l’homme galère sa race avec le cric.
4. ps : faire une blague sur le cric – genre faire comme si c’etait un rongeur et le faire bouger en faisant « Cric-Cric » … ce n’est pas drôle DU TOUT.(dire : « tu veux une Kriek?« . Pas drôle non plus)

Au bout de ce qui m’a paru être 3 jours, quand la roue a été changée (et mes ongles noirs), on est partis au garage.
Petit garage sympathique dans les quartiers huppés de la ville (Plombières) où j’étais la seule femme aux 3 kilomètres alentours.
Chéri a pris le truc en main puisque de toute façon personne ne m’adressait la parole.

Ils nous ont appris que j’avais été victime d’une attaque au couteau et que mon pneu était mort. Sur le coup, j’ai même été un peu émue.

Mon émotion s’est vite dissipée quand, perdue dans mes pensées et en pleine contemplation de Chéri, au loin, j’ai réalisé qu’il était … en pyjama.

D’abord, j’ai ri. Beaucoup.
Et puis j’ai pensé : Un mec tombé du lit, pas habillé, pas lavé, pas coiffé, qui se démène corps et âme pour vous changer une roue ?
Soit il a très très envie que vous partiez vite au travail pour être tranquille …
Soit il vous aime vraiment très très fort …

J’ai bien envie de croire à la deuxième possibilité… (même s’il a quand même beaucoup râlé)

Et toi, tu as déjà changé une roue ?
Une galère avec ta voiture ?
Tu vas bien sinon ?

Publicités