L’après-travail selon Liliane

562502_552359171476070_1862779952_n

Entre 2 rdv pas rigolos de toubibs qui veulent m’ouvir le bide, j’ai reçu dernièrement un mail d’une agence de Relations Publiques m’invitant à un Afterwork Beauté à l’academie « L’oréal Professionnel » de Marseille.

Cette phrase est la phrase la plus biatche que j’ai jamais écrite, je le concède.

Genre comme si j’étais invitée tous les jours par des agences de RP à des Afterwork L’oréal.
Genre comme si les mecs de L’oréal avaient besoin que Laurie parle d’eux sur CET.

Genre.

Si je n’ai toujours pas compris quel était l’intérêt de cette soirée, je me suis dit que cela ne pouvait pas me faire de mal de prendre un peu soin de moi dans cette période où glamour semble être un mot définitvement rayé de mon existence.

D’autant que sur le papier le programme avait l’air sympatique :manucures pop, brushings glamour et chignons Trendy (si tu ne sais pas ce que veux dire Trendy, sache que tu n’es pas seul(e))

Ça c’était sur le papier.
En vrai, c’etait différent.

Déjà j’arrive et je donne mon nom au mec en costard à l’entrée (beau comme un Dieu et qui avait du passerautant de temps à la salle de Gym que moi sur le canapé à bouffer des Milkas).

Après 2 ou 3 secondes de flottement, il est devenu évident que je n’étais pas sur la liste.
Genre « Bonjour, je suis une pauvre fille qui essaie de se taper l’incruste« .
D’entrée, ça te fout un sacré sentiment de bien être, j’te dis pas.

Le temps que Brad éclaircisse tout ça, je souriais niaisement aux filles derrière moi pour m’excuser de les retarder tout en essayant de les convaincre que j’étais vraiment inscrite. Certaines me regardaient d’un air compatissant (ma pauvre, j’aimerais pas être à ta place), d’autres ne me regardaient pas du tout et étaient plongées dans leur smartphone, et d’autres me lançaient des regards dépités (ça va, dis le que tu n’es pas inscrite et laisse nous passer).

Ca a bien duré 5 grosses minutes (ce qui est long quand tu es dans une situation embarrassante) avant qu’ils n’acceptent ma présence.
Finalement, c’est parce que j’étais inscrite à Laurie Blogueuse Chroniques et Tribulations.
Et ça, ça leur en a bouché un coin à Brad et aux meufs.

Une très jolie fille d’environ 2m50 qui n’avait jamais du manger un seul milka de sa vie et qui avait en plus le culot d’être adorable m’a ensuite accueillie. Elle m’a donné un sac contenant un mini vernis Essie et m’a dirigé vers le buffet.

Genre comme si j’avais l’air d’avoir besoin de bouffer.

Il était 18h45 et ils voulaient me faire boire du champagne.
J’ai dit « non merci, je vais plutôt prendre de l’eau »
– « Pétillante? »
– « Oui s’il vous plaît »
– « Badoit ? Périer ? »
Pour les faire chier, j’ai dit « Vous n’avez pas de la San Pellegrino? »
Il m’a dit : « Non »
J’ai dit : « Plate alors »

Je riais toute seule dans mon verre d’eau mais comme j’étais vraiment seule, c’était un peu triste, en fait.

J’ai fait semblant de m’intéresser à des shampoings qui coûtent une journée de travail exposés dans le hall, sans avoir bien sûr aucune intention de les acheter.

Ensuite, je me suis dirigée vers la salle où avait l’air de se passer la sauterie.
Une femme m’a accueillie et, sans trop me demander mon avis, elle a jugé bon de me faire tester le brushing au Steampod. Un coiffeur très gentil s’est effectué.
J’ai fait semblant de ne pas avoir remarqué le photographe qui me photographiait pendant la coiffure et je faisais semblant d’avoir l’air cool tout en parlant avec le coiffeur. Genre « Helloooo, je suis complètement habituée à être prise en photo à la dérobée« .

Grâce à l’association Kératine + vapeur du Steampod, il est vrai que j’avais des cheveux de déesse.
Dans un moment de folie, j’ai pensé me l’offrir mais quand il m’a dit le prix, je me suis dit que j’allais attendre un peu.

Bien contente de ma chevelure, j’allais ensuite d’un pas assuré vers la manucure. La même femme m’ayant dirigé vers la coiffure m’arrête en plein élan et me dit « ah non mais c’était l’un ou l’autre. Soit la coiffure, soit la manucure« .

Dans ma tête, j’ai dit « Connasse, tu es en train de me dire que j’ai fait 1h de détour et que j’ai tourné une demi heure pour me garer pour 3 bouclettes ? Et montrer ma sale gueule cernée sur la page Facebook de L’oréal et ainsi être la risée du monde entier ? »

Ça c’était dans ma tête. 
En vrai, j’ai dit « Ah bon, d’accord » et je suis partie.

Avec les bouchons et tout, je suis rentrée à la maison à 21h et quand il m’a vu, Chéri m’a dit « Mais …qu’est ce que t’as fait à tes cheveux ? ».

J’ai eu envie de pleurer puis on s’est fait des pâtes au beurre.
Après, ça allait mieux.

Et toi, tu sais ce que ça veut dire trendy ?

Bonne semaine !

Publicités