It’s not lupus #2

house

Figure toi que, ces temps-ci, non contents de ne jamais avoir disparus, mes boutons du cul  (qui n’existent désormais qu’au pluriel) fleurissent comme les cerisiers au japon.
Sans doute un des miracles du printemps.

Pire encore, j’ai eu des douleurs insoutenables au bide pendant des jours et j’ai douillé comme un vieux chien galeux.

Je n’avais aucun doute : mon système digestif entier était en train de pourrir.
J’ai donc ravalé ma fierté et suis allée reconsulter une nouvelle fois.

C’était un mardi.
En m’auscultant (toujours à 4 pattes mais là ça va, j’ai pris le coup), la femme s’est affolée et a dit : « OULA LA ! Ça a complètement changé d’aspect ! IL FAUT PASSER UNE COLOSCOPIE AU PLUS VITE !!!« 

J’ai entendu : « Vous allez mourir. On va juste vérifier combien de temps il vous reste« 

Je vous jure, je fais pourtant des efforts sur l’hypocondrie.

Elle a poursuivi : « On est mardi donc à partir de … maintenant vous êtes au régime sans résidu (Sans quoi?)rdv avec l’anesthésiste ce soir à 17h à l’hopital (où ça ?), jeudi soir vous allez boire 1l de Moviprep (de quoi?), je vous préviens c’est dégueulasse! Ça va vous faire évacuer tout ce qu’il sera possible d’évacuer (c’est à dire?), vendredi matin à 6h (du matin?), vous recommencerez et vous vous viderez encoreinterdiction de manger entre jeudi midi et vendredi soir (quoiiiii?) et on se revoit vendredi aprem pour la colo à l’hopitalça fera 45€ »

Aussitôt sortie du cabinet, j’ai fondu en larmes.

Je vous jure, je fais pourtant des efforts sur l’émotivité.

Persuadée de vivre mes dernières heures sur cette terre, j’ai attrapé mon téléphone et j’ai appelé chéri en quête de réconfort.

Malgré une couverture réseau excellente, la conversation à donné à peu près ça : « Il…faut…que…je…fasse…une…colo…scopie…vend..redi… j’ai…rdv…avec…l’anés..thé…siste…ce…soir…à…17h… A L’HOPITAAAAAAL …  pruuuuufffff  (là je me suis mouchée) …Je …dois…faire..un…régime…Bouuuuuuh…. Tu … m’amènes…dis ?

Bien sur, Chéri m’a ammenée. Ce n’était qu’un rendez-vous avec l’anesthésiste mais il me serrait très fort la main.
Ça me faisait mal mais j’ai rien dit (J’étais sûre qu’il savait que j’allais mourir)

Les jours suivants, j’ai donc suivi un régime sans résidu qui est très simple : le midi du riz. Le soir, des pâtes.
Basta. (En vrai, tu as le droit de manger d’autres trucs mais je suis genre légèrement excessive)
Chéri m’a dit qu’il ferait pareil que moi en guise de soutient moral mais il n’a tenu sa résolution qu’environ 1h.
Le vendredi, avant de partir à l’hopital, alors que j’avais pas mangé depuis 26h, il s’est envoyé du chocolat sans même prendre la peine de se cacher. Le salaud.

Bref, le moment le plus succulent de cette délicieuse aventure a été le jeudi soir. Jour du Moviprep.

J’avais prévenu les mecs : INTERDICTION FORMELLE d’approcher la salle de bain à moins de 3 mètres pendant toute la soirée. (Ce qui les a arrangé, je crois (les ados détestent se laver))

Le Moviprep, comment dire …
C’est une solution buvable transparente mais qui a le goût et la texture du PAIC Citron. Le genre de truc qui te colle la nausée direct quoi.
En 1h, tu dois en boire 1L + 2 autres litres d’eau.
Au bout de 3 litres de flotte dans le bidou, tu as l’impression soit que tu vas mourir d’une explosion intestinale(ce qui n’est pas entièrement faux) soit d’être enceinte d’un aquarium.

Je vous passe les détails sordides de la vidange qui dure bien 4 heures.
Entre deux, j’ai eu le temps de me faire un masque, les ongles des mains et des pieds, m’épiler les sourcils, lire, écouter de la musique et aller sur FacebookTout en évacuant mes 3 litres, remember ?

Quand j’ai rencontré Chéri, j’avais trouvé bizarre d’avoir un canapé dans la salle de bain.
En fait, même pas un canapé mais un morceau de canapé, ce qui est encore plus bizarre.
Je me disais « ouais, c’est un artiste, donc il fait des trucs chelous« .
Aujourd’hui, je suis en mesure d’affirmer que : qui ne comprend pas l’utilité d’un canapé dans une salle de bain n’a jamais pris du Moviprep de sa vie.

Le lendemain matin, rebelote de 6h à 11h du mat avant de partir à l’hosto.
C’était pas peu dire que j’étais vidée. Légère comme une plume.

Pour finir, la coloscopie s’est tellement bien passée et j’ai tellement été cool (avant qu’ils m’endorment, j’ai fait des « traits d’humour » pour dissiper ma gêne car j’avais clairement vu qu’on voyait mes seins à travers la chemisette) (je ne suis pas qu’un corps, merde), que pour me revoir, ils ont décidé de m’opérer dans 1 mois.

4 jours d’hospitalisation + 15 jours de convalescence.
Et ouais.
Qu’est ce que tu veux, y’en a qui ont de la chance et d’autres pas.
Salope de Gisèle Bundchen.

Edit : J’ai oublié de vous dire. Après la colo, je suis repartie avec un dossier garni de photos de mon cul. Et ça, c’etait quand même un des trucs les plus cools de ma vie.

Publicités