Le joli mois de Juin

Salut les chouchous !

Il est 1h14 du matin, je rentre du travail (non, je ne suis pas péripatéticienne) et comme je suis parfois un peu étrange comme fille, je me suis dit « tiens, j’ai travaillé 16h d’affilé mais si au lieu de dormir, j’écrivais un article« . 

Bonjour l’idée foireuse. 

Bref. Ca fait au moins … pioooouuuuffffff… genre tout ça que je n’ai pas fait de rétrospective photos du mois écoulé.
Au début, j’ai cru que ça allait chambouler toute la blogosphère et que le monde se révolterait pour se délecter de mes photos artistiques et de mes péripéties exceptionnelles. 

En fait, non. 
Point de manifestation. Point de grève de la faim. Point de peuple en colère.

J’oscille entre la tristesse et la déception. Peut être même un peu de dégoût.  
Mais comme je suis une battante, une winneuse, je me suis dit « Qu’à cela ne tienne, ils vont quand même en bouffer de la retrospective« .

En juin donc, à part ma reprise du boulot qui me laisse chaque soir sur les rotules (d’une manière PAS du tout agréable), il s’est passé ça : 

IMG_2577IMG_2588IMG_2589
IMG_2590IMG_2591IMG_2592
IMG_2593IMG_2594IMG_2595

1. J’ai eu des pieds de girafe. 
2. J’ai vu plein de jolis paysages plein de Sainte Victoire.
3. Et ben ouais. J’ose. (je sais, j’ai grossi du cuissot)(Garde tes réflexions pour toi, steuplé, on avait dit pas le physique bordel)
4. J’ai eu une installation d’art contemporain sur ma tête. Ou peut être que j’ai voulu être encore plus blonde.
5. Il a fait super trop beau et chaud et j’ai regardé les avions dans le ciel en me demandant où ils allaient (c’est un de mes TOC) et en rêvant d’être à bord. 
6. J’ai passé quasiment toutes mes pauses de midi sous ce magnifique saule-pleureur (la photo ne lui rend pas justice) à travailler mon bronzage (un des avantages d’avoir 2h30 de pause)
7. J’ai carburé au thé « Joie de Vivre ». C’est bon mais au bout d’un moment, ça fait quand même un peu mal au bidou. 
8. Je n’ai pas DU TOUT le temps (ou peut être l’envie) de ranger ma chambre, mais il serait grand temps. Ca donne un joyeux bordel. Convivial mais peu pratique pour trouver quoi se mettre le matin. 
9. J’ai su sur qui compter en cas de coup dur. Le professeur Mata veille sur moi (tu peux cliquer pour lire) 

PS : Si tu ne me suis pas sur Facebook, je t’invite vivement à le faire. Parce que si mon rythme de publication d’articles va en s’amenuisant, j’espère bien faire l’inverse sur Facebook et vous mettre de temps en temps, entre 2 articles, quelques photos trop lol de mes aventures palpitantes (promis, y’aura pas de photo de plats au restaurant ou de trucs du genre)

Et toi ton mois de juin, c’était cool ?

Publicités