Lectures de janvier

Normalement, qui dit mois écoulé dit non seulement rétrospective en images mais également rétrospective littéraire. Aussi, même si je suis clairement un peu à la bourre, je vous propose aujourd’hui un petit passage en revue des bouquins qui sont passés sur ma table de chevet en janvier :

Un jour de David Nicholls

un jourRésumé : Comédie de moeurs, tableau social de l’Angleterre des vingt dernières années, mais surtout sublime histoire d’amour, « Un jour » est le livre qui a fait chavirer l’Europe tout entière. Superbement construit, un roman drôle et lucide sur l’amitié, le passage à l’âge adulte, les occasions manquées, les illusions perdues. Lui, Dexter, issu d’un milieu aisé, séduisant, sûr de lui, insouciant. Elle, Emma, d’origine modeste, charmante qui s’ignore, bourrée de complexes, de principes et de convictions. Nous sommes le 15 juillet 1988. Margaret Thatcher est au pouvoir, la new wave bat son plein,  Dexter et Emma viennent de passer une nuit ensemble. Ces deux-là ne le savent pas encore mais ils ont vécu un coup de foudre. D’année en année, Dexter et Emma vont se chercher, se perdre, s’aimer, se détester, se séparer, et finir par comprendre qu’ils ne sont jamais aussi heureux que lorsqu’ils sont ensemble. Nous sommes le 15 juillet 2004. Tony Blair est Premier ministre, Robbie Williams cartonne et la vie, la vie qui va, réserve encore bien des surprises…

Mon avis : J’ai connu « Un jour » par l’intermédiaire de Mydiscoveries qui ne tarissait pas d’éloges sur ce roman. Aussi, je m’y suis plongée quasiment les yeux fermés et je l’ai dévoré avec avidité. Ce roman est très bien écrit, se lit facilement, l’histoire est très touchante et on retrouve toute la british-touch au niveau des dialogues plein d’humour qui font souvent mouche. J’ai trouvé assez originale la manière de traiter le roman (chaque chapitre se passe un 15 juillet): on suit donc les deux personnages dans la durée et dans leurs évolutions. 
Toutefois, je me permets d’y apporter une petite nuance : N’ayant lue que des critiques ultras-positives, je m’attendais vraiment à l’histoire d’amour du siècle qui ferait palpiter mon petit coeur de pierre et détrônerait Jack & Rose dans Titanic (oui, mes goûts cinématographiques sont parfois douteux). « Un jour » est une très belle histoire certes, mais je n’ai pas été chavirée. Cela dit, on a de l’amitié, du drame, du comique, du tragique, du miel, tous les ingrédients sont là pour passer quand même un très beau moment. (Après le livre, j’ai regardé le film dans la foulée. Euh, comment dire ? Tu peux t’en passer. Sauf si tu as des problèmes d’insomnies)

Pour celles et ceux qui l’attendaient avec impatience, Un jour vient de sortir en format poche aux éditions 10-18.

avant d'aller dormir

Avant d’aller dormir de S.J Watson

Résumé : A la suite d’un accident survenu une vingtaine d’années plus tôt, Christine est aujourd’hui affectée d’un cas très rare d’amnésie : chaque matin, elle se réveille en croyant être une jeune femme célibataire ayant la vie devant elle, avant de découvrir qu’elle a en fait 47 ans et qu’elle est mariée depuis vingt ans. Son dernier espoir réside dans son nouveau médecin, Ed Nash. Celui-ci lui a conseillé de tenir un journal intime afin qu’elle puisse se souvenir de ce qui lui arrive au quotidien et ainsi reconstituer peu à peu son existence. Quand elle commence à constater de curieuses incohérences entre son journal, ce que lui dit son entourage et ses rares souvenirs, Christine est loin de se douter dans quel engrenage elle va basculer. Très vite elle va devoir remettre en question ses rares certitudes afin de faire la vérité sur son passé… et sur son présent.

Mon avis : Je ne m’aventure que rarement dans le monde du roman policier car je suis très souvent déçue. Le dernier lu était une vaste daube qui mérite à peine d’être citée (« Du bois pour les cercueils » de Claude Ragon.) Quand je pense que ce livre, dont le style d’écriture s’apparente à une rédaction niveau 4ème et dont l’intrigue est aussi palpitante qu’un (mauvais) épisode de Derrick, a obtenu le Prix du Quai des Orfrèvres 2011, j’ai envie de dire « Quel est le feuque?« . Ca m’a plus fouttu les chocottes que le bouquin. 
Bref, revenons en  Avant d’aller dormir qui pour une fois sort un peu du lot. On est effectivement très rapidement pris dans l’ambiance, on s’attache à l’héroïne, on se demande assez souvent « Mais pourquoi du comment qu’est ce?« , les pages se tournent sans qu’on s’en rendent compte… Même si le suspense n’est pas vraiment à couper le souffle, l’intrigue est prenante et on a qu’une envie : savoir la suite. Au final, même si on devine la fin bien avant le dénouement (et ce n’est pas parce que je suis très perspicace, je vous l’assure), on tient là un livre qui vaut le détour.

jours sans faim 

Jours sans Faim de Delphine de Vigan

Résumé : « Cela s’était fait progressivement. Pour en arriver là. Sans qu’elle s’en rende vraiment compte. Sans qu’elle puisse aller contre. Elle se souvient du regard des gens, de la peur dans leurs yeux. Elle se souvient de ce sentiment de puissance qui repoussait toujours plus loin les limites du jeûne et de la souffrance. Les genoux qui se cognent, des journées entières sans s’asseoir. En manque, le corps vole au-dessus des trottoirs. Plus tard, les chutes dans la rue, dans le métro, et l’insomnie qui accompagne la faim qu’on ne sait plus reconnaître. Et puis le froid est entré en elle, inimaginable. Ce froid qui lui disait qu’elle était arrivée au bout et qu’il fallait choisir entre vivre et mourir. »

Mon avis : Les nouveaux lecteurs de CET ne le savent sans doute pas mais je voue un culte sans nom à Delphine De Vigan, qui pour moi est l’incarnation de ce que je voudrais être quand je serai plus grande. J’ai lu tous ces romans et les ai tous adoré. Il ne me restait plus qu’à découvrir celui-ci, qui en fait le premier qu’elle a écrit.
Dans un style que l’on pourrait qualifier d’autofiction, l’auteur raconte l’hospitalisation de Laure, une jeune anorexique, et son combat acharné contre cette maladie sournoise, contre la nourriture, ses mois entre la vie et la mort… 
Je ne peux pas dire que je n’ai pas aimé, car on retrouve bien le style De Vigan mais c’est une histoire qui m’a moins touchée que les autres. Ce n’est donc pas mon De Vigan préféré mais il reste quand même un moment très touchant et bouleversant, tout en simplicité et retenue.  

lavieadeux 

La vie à deux de Dorothy Parker

Résumé : Célébrée pour son humour et son extraordinaire sens de l’observation, Dorothy Parker a laissé une oeuvre dans laquelle les petits ratés de la vie de couple prennent souvent l’allure d’une comédie désopilante. Qu’il s’agisse de cette amoureuse, tremblante à côté d’un téléphone qui ne sonnera pas ou de cette ex-reine de beauté qui cherche à prolonger ses illusions par un whisky sans glace, chacun des personnages de ce recueil de nouvelles devient attachant parce qu’il nous ressemble. Pour reprendre le mot d’Edmund Wilson, les écrits de Dorothy Parker nous renvoient l’écho d’une voix à nulle autre semblable. Ecoutons-la nous parler de nous.

Mon avis : Intriguée depuis longtemps par Dorothy Parker, fortement appréciée et conseillée par Papillote, j’ai découvert avec plaisir La vie a deux, une série de nouvelles autour de la vie de couple. Toujours très drôles et très vraies (ma préférée reste celle de l’amoureuse qui attend désespérément le coup de fil de son amant), ces petites histoires très différentes les unes des autres, s’enchainent avec plaisir. Je ne suis généralement pas très friande des nouvelles (j’ai toujours du mal à m’attacher  des personnages dans une histoire d’une dizaine de pages) mais force est de constater que Dorothy Parker a su quand même me séduire, surtout par sa capacité à saisir les petits détails à la fois affligeants et amusants. Idéal donc pour tous ceux qui ont du mal à lire, et qui sont adeptes d’un petit chapitre avant de dormir.

Et toi, tu les as lu ? 
T’as lu quoi dernièrement ?

Publicités