Les 4 saisons de 2011

DSCN7254Une coutume familiale à l’origine obscure voulait que les soirs de Saint-Sylvestre, chaque convive écrive sur une feuille de papier tous les mauvais souvenirs qu’il gardait de l’année écoulée. Chaque papier était ensuite brûlé dans la cheminée ou dans le jardin : une manière symbolique de se débarrasser des mauvais souvenirs, de laisser derrière soi les vieux démons et de s’alléger de quelques soucis. De quoi commencer l’année plus sereinement en quelque sorte. 

(Petite précision : contrairement, aux apparences, je n’ai pas grandi dans une secte. Nous ne faisions ni incantations cheloues ni chants mystiques pour accompagner ce rituel. Nous ne dansions pas nus autour du feu non plus.)

Comme je ne compte ni mettre le feu à ce blog, ni attendre le soir du réveillon pour faire un post, ni me concentrer uniquement sur les points négatifs de cette année, il semblerait bien que cette coutume tombe à l’eau. 

Mais, comme j’aime les listes et les bilans, je vous propose quand même un petit tour d’horizon 2011
Et comme je suis d’humeur Vivaldienne, je vous fait ça en 4 saisons
Je me lance, et après c’est ton tour ok ?

L’hiver 
D’abord, il y a eu de l’alcool. 
Non pas parce que les démons de la fête étaient de la partie, mais parce que c’était la seule façon de supporter l’insupportable. Un réveillon où le coeur n’y était pas et où on s’est souhaité une Bonne Année sans le penser. 
Alors il y a eu beaucoup de vin, beaucoup de chocolats, beaucoup de sourires de surface pour masquer l’étendue du désastre.  

Il y a eu une bouteille d’huile d’olive qui se brise en mille morceaux dans la cuisine, le 1er janvier 2011 à 3h52. 
Une sorte de présage qui annonçait que ça allait être la merde.
(ou que j’avais trop bu – j’étais pas très sûre de la signification)

Il y a eu des batailles.  
Des moments où chaque coup de téléphone est une angoisse. 
Des nuits sans sommeil où l’on voit chaque minute passer avec une lenteur incroyable.
Des jours entiers où on se renferme parce qu’on pense que personne ne peut comprendre.
Des jours où on pense qu’on a pas la force de continuer.
Des séances de psychothérapie où l’on ressort en ayant l’impression d’aller plus mal que bien.
Une apnée longue qui ne prendra fin qu’une fois le fond touché.
Et puis l’épilogue : beaucoup de phrases : celles prononcées sur un répondeur « je ne sais pas s’il va passer la nuit« , celles  prononcés au creux d’une oreille et qui n’ont peut être jamais été entendues, celles qu’on ne dit pas. 

Et puis, est venu le printemps
Et avec lui, le bout du tunnel. La vie qui reprend. Une renaissance.
Des sourires de plus en plus sincères. 
Des moments où on se surprend même à rire de bon coeur. 
Une force inconnue qui nous tire vers le haut. 

Il y a eu le retour de l’envie d’écrire et la reprise en force de ce blog, après l’avoir laissé à l’abandon quelques mois.
Il y a eu de belles rencontres virtuelles, de beaux fous rires, de beaux moments.
Une séance photo qui redonne un minimum d’amour-propre
Des escapades à droite à gauche
Des amis que l’on revoit avec une joie sincère
Une blessure qui est toujours là mais que l’on a appris à apprivoiser, à vivre avec. 

Eté
Il y a eu un enlèvement pour un week-end surprise à Musilac
La perte de ma virginité festivalienne
Des tonnes de concerts et de décibels (jour 1jour 2jour 3)
Il y a eu beaucoup d’aller-retours entre MaVille et MaVraieVille
Des heures sur la plage à se faire dorer
Des cigarettes qu’on se remet à fumer bêtement après plus de 3 ans d’arrêt
Des mariages, des bébés qui grandissent et qui n’en sont plus tout à fait
Des moments de doute
Des pages et des pages écrites, qui ne donneront peut être jamais quelque chose
Des soirées entre amis
Des soirées en solo
Des soirées en amoureux
Tout un tas de petits riens dont on ne se souvient pas forcément et qui forment la douceur du quotidien

Automne
Il y a eu des moments fabuleux au Maroc
De belles rencontres, entre deux crises de turista.
Une rencontre moins fabuleuse avec Jean-Pôle
Des contacts inattendus via ce blog et de belles surprises
Les phrases des amis « j’étais sûre que ça marcherait« 
Il y a même eu des gens qui ont parlé de « talent« 
Il y a un ego qui était parti si loin que je le croyais à jamais perdu 
Et toujours vous : je pense à InesMydiscoveriesSoGirlEncore une FilleAnnCha et ClemlaptitesoazCla,Fulminalaviedlamouetteles C&I : Brie Vent du Sud et Lady BabaCaro de Ponpom&Cacahuètekik’sKaellie,SandrineT., Bobafett, Mamzel R.StellaSoBusyClochetteMisscrobesMlle ToutouillePetitbobunAnnabelle,AlainGus GagLa fée tatouéela Mère à frangeHappyVieMypianocantaFloColinetteMissChocorêve… 
Et tous les lecteurs de l’ombre qui lisent mais qui ne commentent pas. 
(pitain, comment ça fait trop remise des Oscars mon truc en fait – sans vous rien ne serait possible #emotion )
Il y a la fin d’un cycle. 
Des pages à tourner. 
Des choses, non pas à oublier, mais à accepter. 
Un chemin à continuer. 
Des projets à concrétiser.

2011 a été une année aussi noire que rose. 
2011 a connu des renversements de situations sans précédent. 
2011 n’a pas été une année banale.
2011 a été une année de vie. 

La page se tourne sur ces 12 mois, je vous souhaite un bon « bout d’an » comme on le dit chez nous, et surtout, une très très belle année 2012.  

PS : la photo n’a rien a voir, je te l’accorde… ou peut être que si. 
La vie est un jeu et chaque partie revèle des surprises. 

PS 2 : Si je ne meurs pas d’une implosion intestinale ou d’une crise de foie, je serai de retour début janvier. Je te fais un bisou, sois sage!

Et en attendant, raconte moi ton bilan 2011 !

Publicités