Jean-Pôle, Gisèle et moi

polejeanpole

Hier, j’avais mon premier rendez-vous galant avec Jean-Pôle.
Jean-Pôle est beau, Jean-Pôle est riche, Jean-Pôle est à la tête d’une société nationale pleine d’avenir.
Jean-Pôle m’a gentiment conviée à un atelier intitulé « Droits et devoirs des Pôleurs ».

J’ai évité le smoky-eye et le rouge péripatéticienne sur ma bouche parce que pour un premier rendez-vous, ça le fait pas trop.

Je croyais que c’était le genre de rendez-vous autour d’un café, qui allait nous permettre de mieux nous connaître.
Un petit quickie, vite fait-bien fait, qui allait m’occuper genre 30 minutes et que je pourrai rentrer rapidement pour faire du sport, faire la cuisine, m’épiler geeker.

Erreur ! Le rendez-vous s’est prolongé tout l’aprem.
Car plus d’être populaire, Jean-Pôle est entreprenant. Et bavard.

Me voilà donc au milieu d’une assemblée de 30 personnes fort sympathiques qui avait visiblement un plaisir sans borne à être ici. Tous plus radieux les uns que les autres.

On attendait tous Jean-Pôle avec une impatience fiévreuse.
Quelle ne fut pas notre déception quand on s’est aperçu que de Jean-Pôle il n’y aurait point, et qu’à la place on aurait Gisèle.

30 minutes après l’heure à laquelle nous étions convoqués, Gisèle a dit Bonjour.
Alors, on lui a répondu « Bonjour » tous en choeur.
Elle s’est lancée dans un monologue pour nous expliquer le pourquoi du comment nous avions la chance d’être réuni en ce jour béni.

Puis d’un coup, Gisèle a hurlé :
« ARRETEZ AVEC LES CLIQUETIS DES STYLOS PARCE QUE JE VAIS PAS Y ARRIVER »

Bouh. Ambiance.

Tout le monde a arrêté et a baisé les yeux.
Et moi ? Je n’ai pas pu m’empêcher de pouffer comme une dinde.

Gisèle m’a lancé le regard le plus noir de l’histoire des regards noirs et des éclairs sont sortis de ses yeux.
J’ai eu peur qu’elle me saute à la gorge, qu’elle découpe mon corps de rêve en morceaux et qu’elle le jette dans une étendue d’eau vaseuse, alors j’ai arrêté.

Elle a dit « On va faire un Quizz pour voir si vous connaissez bien Jean-Pôle »
J’étais contente parce que j’aime bien les quizz.
Cet après-midi prenait un tour festif et ludique assez intéressant.

Le quizz était fait sur Power Point version windows 3.11.
Y’avait des animations de ouf.
Genre les questions, elles arrivaient en tournant.
Une fois, elles arrivaient du côté gauche, l’autre fois du côté droit.
Y’a même eu des réponses qui sont arrivées par surprise et qui ont rebondies plusieurs fois.

C’était beau.

J’ai pensé qu’il y avait un mec qui avait du bosser bien une semaine complète pour faire ces animations.

Ma voisine de droite n’était pas très forte en quizz alors elle regardait mes réponses avant de cocher les siennes.
J’essayais de cacher avec ma main. Elle a dû croire que j’aimais pas trop les gens et elle avait raison.

A la fin du quizz, soit une bonne heure, 52 textos envoyés en douce et 18 articles de blogs lus sous mon bureau, Gisèle a donné les réponses et elle a dit « vous pouvez prendre des notes »

Tu m’etonnes que je vais prendre des notes, je ne voudrais surtout pas oublier une seule seconde de ce délicieux après-midi.

Après, on a rempli des formulaires. Vu que j’avais pris de l’avance pendant ce quizz soporifique, j’ai fait cliquer mon stylo plusieurs fois de suite en regardant Gisèle pour voir à partir de combien de cliquetis elle allait sortir de ses gonds.

*Petite conne attitude*
Une vraie rebelle de la lïfe.

Quand elle a compris que ce bruit assourdissant provenait de ma main, elle a levé les yeux vers moi.
Elle avait pas l’air très contente. J’ai dit « J’ai fini de remplir ma fiche ». Elle m’a dit d’un ton très autoritaire « Venez me la montrer ».

J’ai senti que j’avais à faire à une dominatrice.
Sûre que chez elle, elle a un fouet, des menottes et des cuissardes en cuir.

Je me suis levée et d’une démarche souple et chaloupée, je suis allée lui remettre ma copie.
Gisèle l’a examinée. Elle a dit « Vous avez écrit quoi là ? ».
« Euh ben … mon nom », j’ai dit.
« Ah ». Gisèle semblait surprise.
En même temps, en face de la case NOM, j’allais pas écrire ma liste au Père Noël.

J’ai compris que Gisèle traquait la moindre faille dans mon formulaire.
Elle a été embêtée parce qu’il n’y en avait pas. Alors elle a été obligée de dire « Bien », j’ai senti que ça lui faisait mal à la bouche.
« Je serai votre conseillère personnelle, on se revoie bientôt » elle m’a dit. « vous pouvez partir »

J’ai hésité à faire un petit pas de danse pour montrer ma joie mais je me suis dit que ça serait mal venu. Contrairement aux apparences, j’ai un minimum de décence.

Par contre, quelque chose me dit que c’est pas demain que je vais recevoir mes alloc’.
La faute à ces putains de cliquetis.
Faites moi penser qu’il faut que je note « Grandir » dans ma liste des trucs à faire.

Et toi, tu la connais Gisèle ? 
(Gisèle est sournoise, elle est parfois chez Jean-Pôle, parfois à la banque, ou encore à la Poste, à la Sécurité Sociale, à la Préfecture … Bref, tu dois forcément la connaître)

* un copyright est apposé sur le terme de Jean-Pôle par la plus princesse des blogeuses, j’ai nommé lapetitesoazqui nous raconte aussi ses déboires avec JP ici.

Publicités