Bonjour, c’est les pompiers !

quote5Tu croyais que ma nouvelle vie de Desperate Housewife allait être ennuyeuse et chiante à mourir ? Que nenni !

Car après avoir rangé mes pépitos et renoncer à savoir danser le Kuduro, j’ai entrepris un nouveau chantier : savoir me faire des smoky-eyes de la mort pour briller de mille feux pendant les fêtes de fin d’année.

Tu remarqueras deux choses :
– que je suis particulièrement en avance sur mon temps par rapport aux fêtes
– que mon ambition professionnelle est toujours à son comble

J’ai donc maté un tutoriel sur Youtube et suis allée essayer aussitôt dans ma salle de bain avec un khôl adapté à la situation.

Me voilà donc en train de me peinturlurer la face, tracer le trait et estomper le résultat. On aurait dit que j’avais fait ça toute ma vie. C’était de toute beauté. J’étais fière.

Après, je me suis souvenue que j’avais eu un échantillon d’un rouge à lèvres particulièrement rouge.
La teinte, c’était rouge-pétasse.

Comme j’étais seule, je n’ai pas hésité à le mettre en même temps que le smoky-eyes.

Une erreur, bien entendu.
Il est de notoriété publique qu’il ne faut pas se maquiller à la fois les yeux et la bouche.
Même moi, je sais ça. Mais là, je me suis lâchée tu vois.
C’est pas la fête du mauvais goût tous les jours.

J’avais l’air d’un travesti échappé du bois de Boulogne.
Ou d‘une actrice de film porno version cheap.
Au choix.

Après, j’ai entendu que MSN me réclamait corps et âme et je me suis mise à papoter avec B. pendant un petit moment.
Ok, un long moment.

Assez longtemps pour que j’en oublie mon maquillage de tasse-pé qui ornait mon sublime visage.

Aussi, quand la sonnette a retenti, je suis allée ouvrir sans une once d’inquiétude.

C’était les pompiers qui venaient vendre leur calendrier.
Deux espèces de bombasses pleines de testostérone moulées dans leur petit pull de marin pompier.
Il est clair que le fantasme de l’uniforme a encore de beaux jours devant lui.

– « Bonjooooour », j’ai dit. En prenant la pose que m’a apprise AnnCha, particulièrement naturelle et détachée.

J’ai battu des cils et lancé des coeurs avec mes yeux mais je ne crois pas qu’ils l’aient remarqué parce qu’ils ont fait une tête cheloue et ils se sont lancés un regard interrogateur.

J’ai tout de suite compris.
Mon dieu. Mon maquillage d’Halloween. Espérons au moins que le rouge à lèvres n’ait pas coulé sur mes dents.

– « On vient pour les calendriers! » qu’il m’a dit le Pompier n°1 (que l’on appellera Georges C.)
Comment leur expliquer que non, malgré les apparences, je n’avais pas de liasses de billets en liquide sur moi ?

– « Vous pouvez faire un chèque! » qu’il me dit le jeunot (que l’on appellera Jude L.)
Un chèque chéri ? vraiment ? je suis au chômage. Tu crois quand même pas que je vais faire un chèque pour acheter un calendrier où vous n’êtes même pas nus alors que je peux même pas m’acheter du démaquillant.

Je n’avais qu’une hâte : écourter au plus vite cet échange particulièrement stressant et peu flatteur.

Je leur ai proposé de repasser plus tard. Et j’ai aussitôt couru dans la salle de bain effacer toute trace de cet épisode tragique.

Je crois que j’aurais encore préféré les Témoins de Jéhovah ou les Amoureux de Jésus qui auraient vu en moi une parfaite cible à remettre dans le droit chemin.

Mais pas les pompiers bordel. C’est sacré ces choses-là.

Maudit Karma.

Vous pouvez retrouver cet article sur le site des So Busy Girls (SBG pour les intimes), le premier blogzine des blogeuses.
Un chouette magazine en ligne rédigé par des blogeuses et pour des blogeuses, et qui se veut pétillant, original et plein d’humour. J’avoue que je suis à la fois honorée et en joie de faire partie de la team! Allez clique !

Publicités