Nuits d’Arabie

DSC_2205-framedAvant de clore le chapitre Maroc (j’aurais encore des caisses de trucs à raconter mais ça commence à sentir un peu le réchauffé), je tenais quand même à vous faire part de THE moment, la cérise sur le gâteau, le topping sur le cupcake, que dis-je le clou du pestacle : Le trek en chameau et la nuit dans le Sahara.

J’aurais pu faire un post marrant sur le trek en chameau, me moquer de cet animal particulièrement disgracieux mais non moins amusant, te raconter comment j’ai souffert ma race pendant 1h30 les jambes écartées à mort sur le machin (non, je parle pas de CA), ou t’avouer qu’entre 2 « Ooohh » et « Aaaahhh » ébahis, j’ai passé quasiment tout le trek à chanter « On a Horse with no name »  parce que je trouvais que ça faisait cool et que ça collait trop bien à la circonstance – au grand dam de mes compagnons de fortune (une affreuse rumeur dit que je chante très mal)

Je t’aurai volontiers raconté comment j’ai fait pipi dans ma culotte (de rire) parce que mon chameau a éternué sur l’homme et qu’il avait plein de morve de chameau partout sur son pantalon. C’était juste ❤ (le glamour n’avait définitivement pas sa place dans ce voyage).

Et puis, il y a eu la soirée passée au son des tamtams touareg, à regarder le plus beau ciel étoilé que j’ai jamais vu de ma vie, main dans la main avec Moha, un jeune touareg de 23 ans, à l’écouter nous raconter sa vie et des blagues berbères qui m’ont fait me tordre de rire (j’avais bu une quantité non négligeable de vin rouge pour me réchauffer. Ceci expliquant peut être cela).

J’aurai bien aimé aussi te dire comment j’ai passé la nuit sur un matelas aussi épais qu’un tapis de yoga, à me geler les miches, malgré mon triple haut/polaire/jean/chaussettes/couverture, et à me gratter partour parce que j’avais du sable jusque dans ma culotte.

J’aurais pu aussi te raconter comment les touaregs ont commencé à jouer du tamtam à 5h25, et que j’ai eu envie de les étriper. Et qu’ils nous ont fait remonter sur les chameaux à 5h50, les oufs.

J’aurais pu te dire que j’ai tout oublié (l’heure, le froid, ma mère) quand j’ai vu le soleil se lever sur les dunes et le spectacle magique qui se déroulait sous mes yeux ébahis.

J’aurai pu te raconter tout ça, mais j’ai du mal à trouver les mots justes qui transmettraient la magie de l’instant. 

Alors, je laisse les images parler d’elles mêmes …

DSCN6897-framed

Ca c’est nos chameaux : ils sont beaux non ?

DSC_2275-framed

Non, ils sont pas très beaux en fait.

DSC_2220-framed
Ca c’est des dunes.

DSCN6921-framed

Et encore des dunes.

DSCN6919-framed
Et toujours des dunes

DSC_2242-framed
Ca, c’est la vue depuis la cabine de pilotage

DSCN6909-framed

Ca c’est des dunes et des arbres

DSC_2234-framed

Et là juste une dune

DSC_2226-framed
Ca c’est un monsieur, il était perdu dans le désert meskine.

DSCN6931-framed

On l’a laissé derrière nous, ça m’a fait de la peine, un peu

DSCN6985-framed

Ca c’est le camp touareg où on a dormi.

DSCN6989-framed

Ca c’est mon lit.

DSCN6996-framed

Ca c’est les touaregs qui jouent du tamtam.

DSCN7014-framed

DSCN7024-framed

Et ça, c’est le lever de soleil le matin. C’était bô.

Et toi, c’est quoi ton plus beau souvenir de voyage ?

Publicités