Même les princesses peuvent avoir la turista

activiaAmis de la poésie bonjour !

Pendant que j’étais en vacances, la blogosphère s’est transformée en lieu cracra, où l’on a parlé de mycoses vaginales et d’hydrothérapie du colon (nom poétique pour dire lavement) et comme je n’ai aucune personnalité, je vais te raconter un moment particulièrement savoureux qui peut arriver en voyage : la turista.

Faisant partie en théorie du monde des « connasses heureuses » (copyright Encore une fille), je devrais te dire « Oh, c’est génial, pendant les vacances, mon chéri-doudou et moi, on a tout partagé » et glousser comme une dinde pour te balancer mon bonheur à la figure.

Mais, tu me connais. 
Premièrement, je ne dirai jamais « mon chéri-doudou« . 
Ou si un jour je le fais, je t’autorises à me taper. 
Deuxièmement, crois moi sur parole, cette idée de vouloir tout partager en couple est aussi utopiste qu’idiote.

Mieux vaut l’oublier définitivement si toutefois, tu souhaites conserver une once de glamour. 
Parmi la multitude de choses qu’il vaut mieux éviter de partager, je crois que la turista arrive en bonne place dans le top 10. 

Ça commence sans crier gare, un beau matin. 
La veille au soir, tu as fait pété un petit resto qui paye pas de mine et dans lequel on mangeait pour une bouchée de pain. 
Par précaution, tu as même fait attention a ce que celui-ci soit conseillé dans le Routard, la bible du voyageur s’il en est. 
La soirée était sympa, il faisait bon, t’as bouffé ta tajine en terrasse, en prenant soin de pas manger la peau des courgettes, privilégiant la semoule et le poulet (Dukan approuved), t’as fumé des cigarettes et t’as bien rigolé en faisant la conne sur les photos. T’es rentrée te pieuter et tu as bien dormi sans savoir ce qui allait te tomber dessus. 

Dès le reveil, tu sens que c’est tout chelou dans ton ventre mais tu décides d’ignorer les symptomes, vu que tu as mal au ventre environ 28 jours/30 par mois. Tu descends prendre ton petit déjeuner, tu bouffes, et là tu SAIS que ce n’est pas normal. 
Tu finis par te ruer aux toilettes. 

#GAMEOVER. 

Tu peux d’ores et déjà te préparer : les conversations de prochains jours entre ton homme et toi vont prendre une tournure particulierement inédite et déroutante.

Tu peux oublier les mots : « vie sexuelle« , « séduction« , « glamour« 
A la place, tu parleras de « selles« , de « maux de ventre« , de « toilettes« , de « papier toilette« , de « riz« , de « smecta » et d' »Immodium« .

Le plus délicieux quand les deux parties du couple sont touchées par ce fléau ravageur, c’est que tu peux faire des comparaisons sur l’état de tes maux de ventre, de tes maux de coeur et des tes selles. 

C’est choupi.

Autant te dire qu’elle était loin, la princesse des 1001 nuits. 

Le seul point positif de ce fâcheux évènement est que pour la première fois de ta vie, tu pourras te féliciter de revenir d’un voyage avec 2 kilos, non pas en plus mais en moins. Tu le sais car tu grimperas sur la balance aussitôt la porte de la maison franchie. 

La vie est faite de petites victoires comme celles-ci.

Par contre, va falloir ramer dur pour retrouver un certain standing.  Mais ça, c’est une autre histoire.

Crédit Photo : Activia de Danone 
Actif à l’intérieur et ça se voit à l’extérieur (priceless comme slogan)

Edit du 9/11 : Cet article, qui est le plus crade que j’ai jamais écrit, est à retrouver en Une d’Hellocotonaujourd’hui. Comme quoi. Par contre, le glamour, c’est bel et bien fini pour moi.

Publicités