Un dimanche presque comme les autres

photo

Tout à l’heure, alors que la France entière profitait d’une journée quasi-estivale, tu étais peut être en train de : 
– passer le dimanche en famille, à soupirer à l’idée d’entendre la 42ème blague de l’après-midi de Tonton Jacques, regardant ta montre et observant les minutes qui ne passaient pas.
– profiter du beau temps en te baladant à droite à gauche, au bord de la mer ou en forêt, avec ton amoureux et tes enfants.
– passer du temps avec tes amis autour d’un bon barbecue, un verre de rosé à la main, discutant de tout et surtout de rien
– Faire les corvées que tu n’as pas le temps de faire d’habitude : ménage, rangement, courses, repassage, jardinage (ça a du être cool ton week-end)
– Taper des mots clés improbables sur Google pour arriver sur ce blog : « Epilation des sourcils ratée » ou « hyperphagie blog » par exemple.
– comme moi, te faire dorer au soleil, en compagnie deMurakami pour tenter de prolonger les restes de ton bronzage estival.
– Faire d’autres choses que la décence m’empêchera de citer sur ce blog (petite cochonne)

Pendant que les gens s’adonnaient à tous ces programmes divers et variés, celle qui n’est pas ma soeur de sang maisma grande soeur de coeur était en train de donner la vie
Je ne pensais pas être autant touchée par l’événement, mais depuis que je l’ai appris, je suis dans un état flottant. 
Je ne cesse de penser à la vie en général et à celle de ce tout petit bonhomme âgé de quelques heures à peine. Je me demande de quoi sera fait cette existence toute neuve et j’espère que le fait qu’elle commence un jour où il n’y a pas le moindre nuage dans le ciel est un bon présage

Je pense à lui, à elle bien sûr, à cette étoile paternelle qui depuis quelques mois brille au dessus de nos têtes et qui veille sur nous, à la vie en général, à celle que je donnerai peut être un jour, à la mort, à la maladie, aux choix qu’on prend parfois et qui impactent sur tout le reste de notre existence …

Putain d’hormones de merde. 
Et tout en chouinant dans mon mouchoir, je me dis que la vie, c’est une saloperie. Mais … quelle magnifique saloperie.  

(Promis, je ne jurerai plus autant dans un post parlant de naissance à l’avenir)

Publicités