C’est grave docteur ?

Je pense que j’ai un problème psychologique …

Oui, je te le dis parce que c’est vraiment trop lourd à porter sur mes frêles épaules.
Puis, tout de suite, je suis sûre que je me sentirai mieux si je le partageais avec toi.

Je t’explique : l‘autre jour, j’etais chez le medecin à 7h30. 
(oui, d
u matin)

Et il me demande : « Vous avez de l’appetit en ce moment?« 

Tout de suite, j’ai eu envie de lui demander si c’etait une blague et qu’un seul coup d’oeil à mon tour de hanches suffisait à répondre à sa question.

Après quelques secondes de réflexion, j’ai finalement répondu : « Oui, oui, tout va bien« .

Il enchaîne avec un « Vous êtes plutôt attirée par le sucré ou le salé ? »

Bizarre comme question ça… Les deux, mon capitaine ! J’aime tout moi, c’est bien mon problème. 
Je me suis contentée d’une réponse neutre : « Heu, ben ça dépend du moment, les deux en fait« 

Il a hoché la tête d’une manière satisfaite et j’en ai conclu qu’il était content de ma réponse. 

Puis, dans le quart de seconde qui a suivi, l’image d’un macaron m’est aparue.

Genre Bernadette Soubirou version Ladurée.

J’ai pensé que ça faisait une éternité que j’en avais pas mangé (au moins 2 mois) et j’ai estimé que ça faisait beaucoup trop longtemps. J’ai pensé à cette coque craquante, toute fine et toute légère qui cache ce coeur fondant. Ce délicat goût de chocolat qui se répand sur les papilles, plein de saveur mais jamais écoeurant. J’ai pensé au chocolat, puis aux autres parfums, me demandant si il y avait des nouveau parfums chez L., mon temple vénéré… 
J’en avais la bouche pleine de salive, dis donc.

A 7h40 du matin.

J’ai regardé le monsieur en rougissant, honteuse comme si je venais d’avoir les pires pensées pornographiques, puis j’ai répondu avec un petit sourire gêné: « Beaucoup plus sucré en fait« 

Du coup, en rentrant chez moi le soir, je me suis lancée dans la confection de macarons chocolat mais là, il s’est produit un phénomène chimique étrange.

Vous savez normalement un macaron, sur la photo de la recette (l’Internaute en l’occurence), ça ressemble à ça :

macarons_chocolat_392649

La dernière fois que j’en ai fait, ça ressemblait à ça (j’estime le résultat assez honorable) :

51920875_p

Et bien là, c’était comme ça :

DSCN3100

Je me suis tout d’abord demandé comment il était possible, avec les mêmes ingrédients, le même four, les mêmes méthodes, la même façon de faire … d’arriver à des résultats si éloignés.

Puis ensuite, j’ai pensé à mon ami Parisien qui me dit nonchalement, presque l’air de rien qu’il n’a jamais mangé de macaron. Jamais… Etre dans LA ville du macaron et ne jamais en avoir mangé ne serait-ce qu’un seul : le comprendre est au dessus de mes forces.

Finalement, j’ai tenté de me consoler de mon inforturne en boulotant quelques unes de ces croûtes, qui en plus d’être moches, étaient dures comme du béton.

La vie est d’un cruel parfois …

Publicités