Paris, c’est bien. En abuser, ça craint

DSCN2909_framedCe week-end, comme tu l’as compris par mon précédent article, je suis partie en goguette à Paris.

Et y’a pas à dire: Paris, c’est quand même une ville sublime.

Allez, pour l’occasion, je propose de te raconter mon séjour en un petit J’aime / J’aime pas :

J’aime : Le beau temps magnifique qui nous a accompagné pendant 2 jours sur 3. Un ciel sans aucun nuage et la chaleur qui va avec. Enfin, un temps de printemps comme il se doit.

J’aime pas : Mettre 40 minutes pour sortir de la station de métro « Clémenceau » dimanche vers 15h pour cause de manifestation « Nature Capitale » sur les Champs Elysées. 40 minutes bloqués dans les couloirs du métro à la chaleur intense. Claustrophobes s’abstenir. 
Pendant 2 jours (dimanche et lundi) les champs ont été transformés en « maquette géante de la France agricole ». En gros, un panorama des différentes cultures, espèces animales ou végétales. L’idée était de créer un rapprochement entre la campagne et la ville. L’ensemble était assez sympa et surtout original, avec l’impression assez étrange d’avancer vers l’Arc de triomphe, au beau milieu de végétaux.

J’aime : La superbe expo Turner et ses peintres vue dimanche après-midi. J’ai trouvé l’expo assez bien faite, retraçant très bien l’évolution de son art et mettant en évidence les sources d’inspirations qu’il a pu avoir tout au long de sa vie. Si certaines ressemblances sont évidentes, d’autres, plus subtiles donnent à réflechir et les explications, claires et concises données à chaque tableau aident parfaitement à la compréhension. Bref, une expo très intéressante, mais malheureusement si tu ne l’as pas vu : c’est trop tard.

J’aime pas : Le monde, toujours du monde, encore du monde … Partout où tu ailles, quoi que tu décides de faire : il y a du monde, énormément de monde. Des files d’attente partout. Il faut souvent savoir prendre son mal en patience.

J’aime : La vue à couper le souffle tout en haut de la Tour Eiffel. Je sais, c’est le truc touristique par excellence mais quand même quoi : c’est absolument grandiose, surtout quand on voit le temps qu’il faisait.

J’aime pas : Avoir marché 118km en 48 heures, monté 461 marches de métro, couru sur 12,5 km pour changer de métro à Châtelet, été bousculée par 37 personnes qui ne s’excusent pas, compatibilisé 3 ampoules sur mes pieds… A Paris, on fait les choses en grand.   

J’aime : Pouvoir manger japonais, argentin, indien, italien, afghan, chinois, créole et j’en passe… tout ça dans la même ville. Pouvoir s’offrir une Haggen Dazs comme dessert en sortant du resto (concept impossible là où je vis : si tu prends pas de désert au resto, c’est mort)

J’aime pas : Les tarifs prohibitifs carrement abusifs : 100€ la nuit d’hôtel pour une chambre de 3m2 (j’exagère mais presque), 1,70€ la demi-heure de parking, 2,30€ le café, 10,50€ la place de cinéma ! Les parisiens vont sans doute me rire au nez mais bon sang, c’est l’hallu non ? 

J’aime : Avoir l’impression de pouvoir tout faire à n’importe quel moment de la journée ou de la nuit. L’impression de pouvoir voir n’importe quel film au ciné, voir n’importe quelle expo ou n’importe quel concert, trouver facilement tous les magasins qu’on aime (en version immense) et les arpenter n’importe quel jour de la semaine, avoir l’impression qu’il se passe toujours quelque chose.

J’aime pas : Que la seule direction retour que nous indique le GPS soit le périph fermé pour travaux. Au final : énorme détour, bouchons pendant plus d’une heure, et départ de Paris à 1h du matin (au lieu des 23h initialement prévu)

J’aime : Lever la tête et voir des bâtiments superbes à tous les coins de rues : la ville est d’une richesse architecturale incroyable. 

J’aime pas : Ne pas avoir manger UN SEUL MACARON LADUREE de tout le séjour. Oui, tu as bien lu : je n’ai pas mangé ni même emporté un seul macaron. Frustration intense.

J’aime : Malgré tout l’intéret du séjour et toutes les belles choses vues, apprécier le retour au calme chez soi. Penser à la vie hyper stressante que ça doit être au quotidien, et se dire que finalement, ma vue sur les champs  (de vrais champs verts, pas les Elysées), c’est pas mal aussi.

DSCN2907_framed

DSCN2888_framed

DSCN2926_framed

DSCN2931_framed

DSCN2941_framed

DSCN2874_framed

Publicités