Spécial Rondes par Elle

2F1324OC4Par ce samedi matin pluvieux, je pris mon courage à deux mains pour affronter la pluie et le froid et aller gaiement acheter notre pain quotidien. Après avoir acquis  ma baguette, je fis un tour par la presse voisine.

Je sens que cette chronique quotidienne te palpite. Mais patience, j’en arrive au fait… Qu’elle ne fut pas ma stupeur quand lorsque j’aperçus le « Elle » de cette semaine.

Je manquais de m’étouffer avec mon quinion.

Triple zut. Un spécial Rondes. Ils ont osé, les bougres. Avec un mannequin taille 48 en couverture.

Ni une ni deux, j’attrape la bête avec une impatience non modérée, mettant instantanément de coté ma décision de boycotter le magazine.

Sur le trajet qui me ramena à ma modeste demeure, je commençais légèrement à divaguer. Et oui, mon article « coup de gueule » contre le spécial Maigrir était tellement bien écrit et convaincant, que même chez Elle, ils ont flippé. Hin, hin, mon influence rayonnante va révolutionner la blogosphère et la rédaction des magazines. Je pense d’ailleurs que dès lundi je peux présenter ma démission et prendre le premier train pour Paris. Mon bureau de rédactrice en chef chez Elle n’attend que moi. Ce n’est qu’une question d’heure avant qu’ils me contactent…

Plus sérieusement, je réfléchissais en fait à l’ironie de la chose: il y a 2 semaines un Spécial Maigrir et aujourd’hui, un spécial Rondes. Cherchez l’erreur…

Bon, ils ont pas choisi n’importe quel mannequin taille 48. Tara Lynn, plutôt superbe la nana. Et les fringues qu’elle porte sont sublimes. Cela dit, même en 40, je suis certaine que j’aurai l’air d’un saucisson mal ficelé dedans. La vie est ainsi faite. 

Avec une excitation proche de la jouissance, je propose de te faire un petit topo sur l’article :

Page 96-97 :  Le dossier commence par « A Elle, on aime les rondes, les vraies ! Parce qu’elles sont appétissantes, vivantes, sexy et qu’elles donnent du corps aux vêtements les plus tendance« . Soit. Bizarre, je ne suis pas super convaincue de la véracité du discours. Rappelons qu’il y a 15 jours, on avait tout un tas de programmes pour perdre du poids.

Page 98 à 101 : S’en suit une succession de pages mode, de photos sublimes et de vêtements non moins sublimes. C’est sur qu’avec une chemise en popeline à 265€, un collier à 374 € et un trench coat à 949 €, j’aurai peut être l’air fashion. Le problème c’est que si tu additionne tout ça, ça fait même pas mon salaire. Et pour tout ça, j’ai même pas de pantalon avec … c’est balaud.

Page 102 : Pas grave, je viens de trouver une combi pantalon à 2400€ et un maxi besace à 2100€. Cool, c’est seulement un peu plus de 6 mois de loyer.

Page 111 : Oh My God, je suis tombée amoureuse de la robe longue Hermès ouverte dans le dos à 2300€. 
Pas sûr que je trouve des arguments pour convaincre mon cher et tendre de l’importance vitale de cette robe. En effet, les seules soirées mondaines ou cocktails prévus dans l’immédiat (seuls endroits où il est possible de porter cette robe) c’est jeudi soir avec Desperate Housewives, et repas de famille dimanche pour Pâques. Donc bon …Et c’est vrai que c’est difficilement mettable quotidiennement, je suis pas certaine que ça passe au bureau. Je renonce donc à lui en parler et sauve ainsi mon PEL.

Page 116 à 125 : On en arrive aux conseils. Rappelons que sur la couverture, on nous a vendu du « Notre coaching style et nos bonnes adresses« . On trouve donc un article sur Tara Lynn, puis les interview de la bloggeuse Stéphanie Zwicky, alias Big Beauty, le top Johanna Dray, et la chanteuse Juliette Katz. Toutes les trois nous donnent les adresses de leurs boutiques préférées, quelques idées vetements forts jolis et un petit paragraphe sur leur rapport au corps.

Pas vraiment de conseils style et de bonnes adresses de la part de la rédaction, mais je ne leur en veut pas : ils ne doivent pas avoir trop l’habitude.

Bref, j’ai bien aimé cet article à contre-pied des tendances actuelles. Par contre, il faut être réaliste, félicitonsElle pour ce joli coup de pub:  le but étant bien évidemment d’attirer l’attention sur leur magazine, provoquer la surprise et donc l’achat : exactement ce que j’ai fait j’avoue, mais dans le genre mouton, je suis pas mal.

Ne soyons pas dupes et ne crions pas à la révolution trop tôt. Ça y est, ils ont atteints leur quotats de kilos pour l’année. Dès la semaine prochaine, retour de l’adolescente à peine pubère taille 34 pour la couverture.

Finalement, et c’est le plus dommage, c’est pas encore demain la veille qu’on verra des filles normales dans la presse.  Faut faire rêver la lectrice, lui montrer ce à quoi elle ne ressemblera jamais ET créer chez elle la frustration de ne jamais y arriver. Ce cocktail détonnant est sans doute plus vendeur.

Alors je me réjouirai vraiment quand, tout au long de l’année et pas dans un numéro spécial, je verrai des filles qui nous ressemblent, des filles qui ont du style mais qui ont aussi des plis au niveau du ventre, des filles avec un tour de hanches supérieur à 90cm… Oui, oui, c’est compatible.

Publicités