Le lundi, c’est ravioli

DSC_0912On est d’accord, le lundi, c’est pas super fun comme jour… L’arrivée au bureau est psychologiquement difficile, t’as encore la tête dans le week end, et tu peux même pas encore imaginer le week end suivant tellement ça semble loin. En plus, y’a forcement un collègue qui te sort un gentil « oulà, t’as une petite mine toi », histoire de t’enfoncer encore un peu plus dans ton desespoir.

Du coup, tu vérifies encore une fois les numéros de l’Euromillions, on sait jamais, si des fois tu t’etais trompé et qu’en fait, c’etait toi un des 2 gagnants des 500 000€. Ah raté, c’est pas toi… Il te reste plus qu’à essayer de chopper exprès un petit virus, assez méchant pour te faire arrêter un semaine, mais pas trop pour pouvoir passer ta journée au lit à manger des marshmallows devant Dr House.

Autre option : avoir des pensées positives, ça peut aider à mieux traverser ce jour noir. Donc, tout au long de la journée il faudra s’efforcer de :

1. Penser qu’on est à 6 jours du printemps. 6 jours putain!! Et même si je suis consciente qu’on risque de continuer à se les peler un petit moment, mentalement, ça fait du bien. Puis, ça ouvre de nouvelles perspectives : genre « bientôt, je crèverai de chaud ». L’espoir fait vivre il parait.

2. Dans le même genre, dans 13 jours, on change d’heure : à nous les apéros sur la terrasse ! Qui a dit « sous la pluie » ?? Pfff n’importe quoi.

3. Mettre en fond d’écran de son PC une image qui nous plait et qui nous rappelle de bons souvenirs : pour ma part, aujourd’hui c’est celle que j’ai mis en illustration. Un pique nique, un soir d’été avec le coucher de soleil sur la rade de Marseille…

4. Vers 10h, au moment de la pause Kitkat, quand la saturation commence (déjà) à arriver, penser à un truc qui nous a fait vraiment rire ce week end. Pour moi, ça sera les pastiches de chansons dans la voiture de retour du stade de France, avec les 2 compères qui chantait à tue-tête. Ou la vidéo de la partie de Wii. Ou les bruits improbables du chien. J’ai de la chance, j’ai le choix (j’ai bien ri ce week end)

5. Se dire que ce soir, y’a pas foot à la télé. Youuuhou ! Bon, ok y’a rien d’autre non plus, mais au moins y’aura pas de négociations pour la télécommande. Faut en profiter, demain et après demain, c’est mort.

6. S’offrir un thé « Joie de vivre« . Promis, je l’ai pas inventé. Imagine le brainstroming chez Lipton pour trouver des noms genre « nuit tranquille« , « élimination et bien être » ou le mythique « jambes légères« . Mais « Joie de vivre« , je te jure que quand tu tombes dessus dans ta boite de thé, tu es obligée de rire.

7. S’entraîner à mettre ses yeux en mode « positif ». C’est super difficile, mais tu peux au moins trouver un ou 2 trucs dans la journée. Par exemple: ne pas se plaindre qu’il fait froid (ça changera rien) et que tu dois ENCORE gratter ton pare-brise, mais plutot voir que le givre à formé de jolis cristaux sur les cotés de la vitre, comme une pluie de flocons de neige emprisonnée sur la voiture. C’est bôôôôôôô.

Autre exemple: ne pas râler de la lumière néon du bureau qui rend quasi-aveugle pendant 8h et de la plante verte qui est sur le point de rendre l’âme… mais prendre 2 minutes pour arroser le ficus, voir que c’est pas si mal un peu de verdure et oooh, un rayon de soleil! Chouette, je peux éteindre le néon!

Finalement, on a de la chance (je confirme d’autant plus après mon escapade dans le 93)

8. Enfin, penser à cette jolie phrase : « On s’etonne trop de ce qu’on voit rarement et pas assez de ce qu’on voit tous les jours« .

Publicités